voeux Benjamin Dirx 2021 (12).JPG

Le député du Mâconnais présente ses vœux aux habitants et profite de l'occasion pour faire un premier bilan de mandat, ainsi qu'un point sur l'actualité du territoire et nationale, entre crise sanitaire et plan de relance…

 

Benjamin Dirx a insisté sur son soutien au monde rural et à la viticulture. Il a ainsi contribué dans le cadre des états généraux de la vigne, à la création d’une licence professionnelle vigne et vin sur le site universitaire de Mâcon, à l’inclusion des plusieurs communes du Mâconnais et du Clunisois en zone de montagne, ainsi qu'à l’accompagnement des communes Dompierre-les-Ormes, Matour, Tramayes, Pierreclos et Cluny dans le cadre du programme national de soutien financier « Petites villes de demain ».

A Mâcon, où il est également conseiller municipal depuis 2020, il tient à souligner le travail réalisé conjointement avec le maire et le préfet pour inclure le programme de revitalisation du centre-ville dans les objectifs multi-annuels financés par l’Etat (Action Cœur de ville). Tout comme le projet de la future cité judiciaire (5 M€).

À son actif également : l’arrivée à Mâcon d’un des services décentralisés de l’État (30 fonctionnaires de la Caisse des dépôts et consignations) et le soutien pour l’obtention du label Espace France Services (centres pour faciliter les démarches administratives des citoyens) à Matour, Cluny et à La Chapelle-de-Guinchay.

Autre dossier mené à terme, l’installation à Mâcon d’une des futures bases pour le service national universel (au centre Omnisport).

En ce qui concerne les associations, en tant que secrétaire de la commission des finances, Benjamin Dirx a demandé à l’exécutif d’abonder le fonds pour le développement de la vie associative avec 20 M d'€ supplémentaires. Une mesure désormais actée. Plusieurs associations sportives de Mâcon sont parmi les bénéficiaires de ces fonds versés pour le fonctionnement ou pour des projets ponctuels. Le député rappelle qu’il est prêt à aider les associations et les clubs de Mâcon à constituer leurs dossiers de demande.

En tant que réfèrent fiscalité pour le groupe parlementaire LREM, suite au grand débat national, il a prôné la baisse massive de l’impôt sur le revenu (136 085 foyers ont bénéficié de cette baisse en Saône-et-Loire de 298 € en moyenne), la diminution de la pression fiscale sur les sociétés et la suppression de la taxe d’habitation.

voeux Benjamin Dirx 2021 (8).JPG

 

Travail de rapporteur

En tant que rapporteur parlementaire de la mission d’information sur l’activisme actionnarial, sur la politique d’accueil touristique en France ou de la mission « Sport et vie associative », deux missions lui ont été confiées directement par le Premier Ministre :

- identifier des pistes d’action pour optimiser les retombées touristiques des grands événements sportifs internationaux organisés en France (jeux olympiques et paralympiques, coupe du monde de rugby etc.),

- mettre en œuvre la nouvelle organisation territoriale du sport suite à la création de l’Agence nationale du sport (l’organisation dans l'avenir des conférences régionales du sport, mmise en place de politiques globales au niveau des territoires, financement territorialisé de la politique sportive via des conférences de financeurs pour les projets qui le nécessitent).

Plan de relance

Benjamin Dirx a commencé à consulter les maires de la circonscription pour les informer sur les opportunités offertes par le plan de relance gouvernemental et leur proposer ainsi son soutien pour l’appel à projets lancé à partir de février.

Il a demandé aux acteurs du monde économique de lui communiquer les informations sur les micro-secteurs qui auraient été oubliés par les mesures de soutien sectorielles prévues dans le plan de relance économique du gouvernement. Il s’engage à faire remonter ces informations auprès du gouvernement pour qu'elles soient prises en compte lors des futures rectifications budgétaires.

9 milliards d’euros ont déjà été engagés dans le budget dans le cadre du plan de relance national. Parmi les projets locaux qui pourraient bénéficier de cet argent, le député a mentionné le pôle d’activités numériques envisagé par la municipalité mâconnaise, Saône digitale.

Si les retombées locales de ce grand plan de financement national ne sont pas encore connues, les aides aux entreprises dans le cadre du fond de solidarité le sont. Benjamin Dirx évoque 4 M€ versés à 13 000 entreprises de Saône-et-Loire et le soutien à l’activité partielle des 24 800 salariés en Bourgogne-Franche Comté.

Soutien aux forces de l’ordre

En terme de sécurité, Benjamin Dirx rappelle son intervention auprès du ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, pour faire venir des CRS à Mâcon en 2020 après des incivilités nocturnes dans les différents quartiers de la ville.

Le député a d'ailleurs profité de l'occasion pour féliciter son assistant parlementaire, Maxim Plat, élu municipal et adjoint du maire à la sécurité, pour la poursuite du programme d’installation de caméras de surveillance qu’il voit comme un outil supplémentaire pour combattre la criminalité. Des félicitations également pour le travail fait par les policiers et les gendarmes contre le trafic de drogues avec un message à l’appui : « On ne va pas se laisser faire ! »

« On ne règle pas les problèmes d’un quartier que par le sécuritaire ou par la répression, mais il faut intervenir quand les choses vont trop loin. Un travail de fond doit aussi être conduit avec l’Education nationale et les professionnels de l’emploi. Je pense surtout au chômage qui touche d’avantage les habitants des quartiers et surtout les jeunes. Il y a des choses à faire dans ce domaine » a-t'il expliqué.

Crise sanitaire

Dans la lutte contre la pandémie, le député estime que le gouvernement et les Français n’ont pas à rougir de ce qui est fait, « même si tout n’est pas parfait ». Il s'appuie sur le nombre de tests et de vaccinations réalisés par semaine en France, les chiffres seraient parmi les plus élevés dans le monde. Le taux des décès pour 1000 habitants serait, quant à lui, parmi les plus faibles.

Benjamin Dirx se dit favorable pour trouver des modalités permettant de vacciner les personnes les plus fragiles partout sur le territoire, surtout dans les villages les plus éloignés des centres de vaccination. Il réaffirme ainsi son soutien aux préfets, aux maires et aux présidents de départements qui s'organisent pour faciliter la vaccination : taxis et bus de vaccination, nouveaux centres…

Il s'est réjouit que « beaucoup de Français aient changé d’avis sur le vaccin par rapport au mois de décembre 2020. On ne s’en sortira que par le vaccin, mais il ne faut pas se tromper d’objectif, celui de diminuer le nombre de décès. »

« Je remercie ceux qui respectent ce qui leur est demandé car la situation n'est pas évidente à vivre, avec d’abord un couvre-feu à partir de 20 h puis à 18 h, puis un confinement. Cela demande des adaptations quotidiennes et je suis heureux de voir que les consignes sont généralement respectées par nos citoyens. »

Des élections en juin ?

En tant que vice-président du groupe LREM à l’Assemblée nationale (en charge de l’animation des députés et des collaborateurs parlementaires du groupe), Benjamin Dirx se déclare favorable à des élections régionales et départementales en juin, élections initialement prévues au mois de mars. Si la situation sanitaire le permet bien sûr… « Il y a une volonté dans ce sens au sein de la majorité. » Un texte de loi sera soumis au vote des parlementaires prochainement.

Cristian Todea