HYDROGENE BUS MBA FEV2021 - 1.jpg

Un appel à projet est actuellement lancé par l’ADEME, visant à subventionner les dépenses d’investissements des collectivités qui se lancent dans la création d’un écosystème à hydrogène sur leur territoire. C’est pour y candidater que MBA formalise aujourd’hui son engagement dans le projet de station hydrogène. 

 

« L’hydrogène est un vecteur d’énergie renouvelable qui peut être utilisé comme carburant et réunit dans ce cas tous les atouts pour relever le défi de la transition énergétique. Il ne rejette alors que de l’eau et n’émet ni gaz à effet de serre, ni particules. 

Il est par ailleurs plébiscité par le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité Territoriale (SRADDET) qui s’impose au PCAET de MBA, et également soutenu par la stratégie nationale hydrogène du 8 septembre 2020, avec de nombreuses possibilités de financement associées. 

C’est pourquoi MBA souhaite poursuivre son engagement pour le développement de mobilités durables au travers d’un projet territorial ambitieux autour de l’utilisation de l’hydrogène. 

Il s’agit de créer une station hydrogène où le gaz sera produit par électrolyse de l’eau. La production servira à alimenter les piles à combustibles des véhicules électriques à hydrogène de la flotte de l’agglomération (bus et bennes à ordures ménagères) dans un premier temps. 

A terme, la station aura vocation à proposer ce vecteur d’énergie à tous les véhicules électriques à hydrogène du territoire, des collectivités, entreprises et particuliers intéressés en vue d’amorcer le passage à une mobilité décarbonée. Pour s’assurer d’un bilan environnemental satisfaisant, il est prévu d’alimenter l’électrolyseur par de l’énergie propre, produite localement sur un champ photovoltaïque. » 

Claude Cannet, rapporteur de la délibération, a annoncé la production du 1er kg d’hydrogène au 3ème trimestre 2023, après études de réalisation. 

Expressions du groupe d'opposition Mâconnais Beaujolais Solidaire

Eve Comtet-Sorabella a estimé que «  le projet est séduisant mais opportuniste », et « non adapté aux besoins des habitants, qui attendent plus de lignes et de bus. » 

« C’est une réponse formelle à un appel d’offre, pour lequel il faut cocher des cases, mais qui ne répond ni aux besoins des habitants ni à l’urgence écologiques » a déclaré à son tour Catherine Amaro, qui n’a pas souhaité prendre part au vote.

Dominique Jobard s’est dit en accord avec les premières interventions de Eve Comtet-Sorabella et Catherine Amaro, mais a voté pour la délibération. 

 

« Il s’agit bien d’un appel à candidature » a précisé Claude Cannet, « le but est d’être dans les premiers à nous positionner pour être les premiers servis. »

Le président Jean-Patrick Courtois a confirmé que c’est en 2024 que les bus à hydrogène commenceront à circuler sur le territoire.