mardi 20 avril 2021

Communiqué :

Le projet de loi confortant le respect des principes de la République, a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, ce mardi 16 février, avec le vote favorable de la seule majorité. L’objectif donné à ce texte, à savoir lutter contre toutes les formes de séparatisme, c’est à dire les comportements et actions s’inscrivant dans le rejet des principes qui fondent notre République, ne peut être que partagé. Lors des débats, il a été très clairement question de lutter présentement contre un islamisme radical qui n’est pas la religion musulmane mais l’instrumentalisation de celle-ci à des fins idéologiques mortifères. Il nous faut lutter contre toute idéologie funeste et totalitaire qui engendre la barbarie et la souffrance.

Ce combat nécessaire évidemment ne signifie pas revenir sur le principe de laïcité, qui est un élément de la République ; la possibilité de croire ou de ne pas croire et le fait pour l’Etat de ne reconnaître aucun culte pour que chacun puisse faire le choix ou non de sa religion. Nous ne devons pas toucher à cet équilibre issu de la loi de 1905.Les mesures adoptées dans le présent texte sont, pour certaines d’entre elles, anecdotiques et peu adaptées au combat qu’il convient de mener. D’autres sont inutiles voire dangereuses, en particulier les deux mesures tendant à un contrôle des associations créées sous l’empire des lois 1901 et 1905.

Il avait été admis dans la suite des attentats de 2015, que nous devions lutter contre la radicalisation, sans pour autant porter atteinte à nos libertés. Cette saine volonté échoue en partie ici. Il en est ainsi pour le monde associatif, qu’il soit en lien avec un culte ou non, alors que la quasi-totalité de ces associations aident au développement de la solidarité et de la connaissance et devraient d’emblée être encouragées plutôt que suspectées. Il en est de même de l’instruction en famille, laquelle passe d’un régime de liberté encadrée à un régime d’autorisation préalable à la main de l’autorité préfectorale.

Reconnaissant l’importance de l’objectif poursuivi, j’ai décidé de m’abstenir sur ce texte, en considérant que ce dernier peut encore évoluer de manière positive, avant son adoption définitive. Cette position est celle adoptée à l’unanimité par mon groupe parlementaire.

Cécile Untermaier, députée de Saône-et-Loire

 

AGRICULTURE : Marie-Guite Dufay défend «une PAC ambitieuse et vertueuse»

« La Bourgogne-Franche-Comté est la région la plus rurale de France. Nous avons des zones en grandes difficultés qui n’ont jamais été prises en considération. Cet état de fait doit changer, pour que la PAC puisse répondre aux grands défis agricoles », déclare la présidente du Conseil régional.

SAÔNE-ET-LOIRE - Politique : Olivier Damien, coordonateur départemental de l'Avenir Français

AVENIR FRANCAIS 71.jpg
Aujourd'hui à Paris, en présence de Marine Le Pen, il est procédé au lancement d'un nouveau parti gaulliste « L'Avenir Français ». Il rassemble des dissidents de Debout la France et entend être présent aux prochaines élections régionales et départementales.

LIBRE EXPRESSION : « Faut-il sauver Pierre & Vacances ? » s’interroge EcologicAction 71

Le groupe est le porteur de projet du Center Parc du Rousset.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON - Budget : « Alors, Mâcon la ville aimée ?... les Mâconnais ont besoin de preuves »

Eve Comtet-Sorabella, cheffe de file du groupe Mâcon citoyens, a largement critiqué les orientations budgétaires lundi soir après la présentation du rapport d'orientation budgétaire. « Quand les villes socialistes et communistes font ce que nous faisons, c'est bien, pas quand c'est une ville de droite... » a répondu le Maire.