REM_MATH_CBBS.jpg

On refait le match avec Rémy Mathuriau. La chronique du speaker, à dévorer d'une traite !

 

Dis Papa, c’est où Villeneuve d’Ascq ?

Écoute fiston, Villeneuve d’Ascq, c’est à 630 kms de Charnay, dans le Nord de la France. Ou bien dans le Chnord, comme disent les chtimis. Les chtimis sont les habitants du chnord. Achète le 45 tours vinyle ‘’des gens du Nord’’ d’Enrico Macias, qui les raconte bien avec leurs maisons alignées, leurs péniches, et leurs mines de charbon.

- Ouais mais dis Papa c’est de la préhistoire un 45 tours vinyle ??

- Dis, tu veux une tarte à cinq doigts sur tes joues d’irrespectueux, p’tit con ? Je disais donc ce sont les mêmes. Ou plutôt, ‘’che chont’’ les mêmes. Puisque les chtis mettent des ‘’che’’ à la place des ‘’que’’, et des ‘’se’’ à la place des ‘’che’’. Si on les écoute les chiens deviennent des quiens, et les siens deviennent des chiens. À n’y rien comprendre, si t’es pas du Nord. De quoi perdre son latin (tin et Milou). Villeneuve, c’est la banlieue de Lille. Ne pas confondre chez Maurice à Lille, et l’île Maurice non plus. Et enfin, pour les cinéphiles convaincus, des scènes du film ‘’La Vie est un long fleuve tranquille’’ ont été tournées à Villeneuve. C’est lundi, c’est ravioli.

Dis Papa, elles z’en sont où les Nordistes ? :

Ben, écoute fiston, elles viennent de perdre deux fois de suite. Contre Basket Landes et contre Charleville-Mézières. Leur Président Carmelo Scarna leur a apparemment passé un savon d’après-match, dont la porte du vestiaire se souviendra encore longtemps. Á mon avis, elles vont être vénères en arrivant au COSEC. Je précise quand même que les Pinkies ont également ramassé un ratichon digne de ce nom de la part du Président Jean-François Jaillet, après la déroute contre La Roche. De gros progrès se sont vus contre Montpellier. À confirmer ce soir. C’était donc hier la guerre des Présidents. Jaillet-Scarna ? Scarna-Jaillet ? Lequel aura gueulé le plus fort, sinon le mieux ? Réponse dans quarante minutes.

Dis Papa, qui c’est le parrain du match ? :

La Région Bourgogne - Franche-Comté, fiston. Un grand merci à elle. Merci également aux domaines viticoles qui récompensent les vainqueurs du concours de pronostic à chaque match. Hier, ce sont le Domaine Curial et Fils de Saint-Véran et le Domaine Michel de Clessé qui s’y sont collés. Merci à tous et à bientôt.

Dis Papa, c’est quand la présentation des équipes et le début du match ? :

Maintenant fiston !! À noter la présence de Kariata Diaby dans l’effectif nordiste. Kady avait fait les beaux jours du CBBS, lors de la saison 2017-2018, avant d’être attirée par les sirènes bretonnes, puis nordistes. Messieurs-dames, à ma droite, Kariata Diaby ex-Pinkie N°22, 25 ans, 1.93 m, guerrière intérieure de l’ESBVA. À ma gauche Vionise Pierre-Louis new-Pinkie N°22, 25 ans, 1.93 m, panthère intérieure du CBBS. Deux numéros 22 avec quelques similitudes sur le parquet. Assisterons-nous ce soir à la guerre des polices. On pourrait le penser, tant le 22 est le numéro de l’Intérieur. Petit clin d’œil à Manue, Éric et Nico.

Et top, c’est parti pour quatre fois dix minutes de basket de Ligue Féminine. Les Villeneuvoises marquent trois paniers, alors que Cap’ Taine Lezin réussit un lancer-franc sur deux. Quatre minutes s’écoulent. Sixtine Macquet en profite pour mettre ses deux paniers consécutifs (7-8). La nordiste Sandra Ygueravide balance le premier 3 points de la rencontre (11-15). Sixtine y retourne, et paf ! Dedans !! La Pinkie Coralie Chabrier qui vient d’entrer, pose son niveau à bulle sur les lames de parquet, et fait en sorte que tout soit d’aplomb (15-15).

Mais les Villeneuvoises Ygueravide et Djaldi-Tabdi, qui ne sont pas des lapereaux de trois semaines, propulsent deux fois 3 points, ce qui fait 6. Ne vous jetez pas sur vos calculatrices, j’ai vérifié. Et le buzzer buzze déjà la fin de ce premier ¼ temps (17-21). J’ai pas vu le temps passer, moi. Un peu de musique qui pulse. Les coachs font leur boulot de coacheur coachant en faisant du coaching. Le chrono tourne, et on y retourne.

Dis Papa, pourquoi y’a un second ¼ temps ? :

Ben, parce qu'entre le premier et le troisième, il y a le second. Mais tais-toi et regarde la suite, fiston. Les scores jouent aux funambules, et s’équilibrent. Meighan Simmons propulse son premier 3 points (22-22). Les v’là. Olivia Epoupa met 2 points avant que Meighan enquille son second 3 points, puis un 2 points juste pour rire, puis deux lancers-francs (31-24). Ce qui fait, et vous en conviendrez, le plus gros écart pour l’instant. Dans la foulée, Mikaela l’imite, et ne tremble pas devant le filet. Puis l’intraitable (comme le traiteur) Meighan réussit son troisième 3 points. Sixtine ferme le dossier première mi-temps. Les Pinkies viennent de passer un 21-7 aux guerrières chtimis, qui pour l’instant cherchent toujours leur hache de guerre pour la déterrer. Biiiippppp !! Ça buzze (38-28).

Dis Papa, on fait quoi pendant la mi-temps ? :

Ben écoute fiston, on met de la musique, on boit un coup, et on se dégourdit les guiboles. Les dirigeants du CBBS, eux, brûlent de l’encens les mains levées au ciel, comparent leurs trèfles à quatre feuilles, et évitent de passer sous une échelle en croisant un chat noir. Au COSEC, tout est bon pour conjurer le mauvais sort.

Dis Papa, c’est quand que ça redémarre (aux grenouilles) ? :

Maintenant fiston. Meighan qui n’aime pas traîner en longueur propulse son quatrième ¼ temps. Vionise puis Olivia marquent (45-28). Dix-sept points d’avance. Du rarement vu cette saison à Charnay. Le coach de l’ESBVA prend sa longue-vue marine, et regarde les Pinkies s’éloigner en surfant sur cette dynamique d’enfer (à cheval). Il faut patienter deux minutes, puis encore une minute trente pour voir les protégées de Rachid Meziane inscrire quatre points (45-32). Coralie peinarde, enfile ses deux lancers-francs. Mikaela Ruef se dit ‘’et pourquoi pas moi ?‘’, et tente à 3 points. Chose qu’elle réussit allègrement.

Les Nordistes, en moins de temps qu’il n’en faut à Maya l’abeille pour se refaire faire l’essaim, décident d’un commun accord de jouer au jeu préféré du fonctionnaire : le premier qui bouge a perdu. Et c’est donc Haley Peters qui emporte la coupe du ministère de la fonction publique. Au bout de cinq minutes, elle craque, et marque ses deux lancers-francs. Guère avant, la charnaysienne Promise marque, et guère après, Coralie marque également (58-38) juste avant la dernière pause. Vingt unités d’avance. Bravo les filles. Il reste encore dix minutes avant le ban bourguignon, et au coach adverse afin de trouver la solution de secours (de récréation).

Dis Papa, ça sert à quoi le dernier ¼ temps ? :

Simplement à terminer le match, fiston ! Promise et Sixtine entretiennent le suspense (à linge). La guerrière Ygueravide met 3 points, histoire de montrer qu’elle résiste et aussi prouver qu’elle existe (comme France Gall). Côté Pinkie, Jessica et Cap’ Taine Lezin y vont de leur panier respectif (68-46). + 22 dans la musette. Ça sent bon la victoire tant espérée.

Les filles du nord recommencent le jeu du fonctionnaire. Sandra Ygueravide l’emporte fastoche au bout de trois minutes. Il reste 4’30 à jouer et Promise enfonce le clou (de girofle) avec un 3 points venu de loin (comme Alain). Les grandes girls en rose ne lâchent rien. À 2’40, la guerrière Zoé Wadoux inscrit 3 points. Matthieu Chauvet fait entrer dans l’arène la jeune Marianne Boithias qui rongeait son frein sur le banc. Mikaela réussit quatre lancers-francs de suite, et referme le dossier CBBS-ESBVA de la plus belle des manières (76-55). Même le point-avérage est assuré. Ça peut servir.

Les sourires sont là. Les dirigeants ne râleront pas ce soir, et dormiront béatement. Dans le même temps, Saint-Amand, concurrent direct au maintien perd contre Montpellier. Le ban bourguignon retentit pour la deuxième fois en ce début d’année 2021. Bordel, que c’est bon de vivre ça !! Manquent le public et les supporters pour fêter cette magnifique victoire avec nous.


Duel des scoreuses : Meighane 22, Vionise 4, Promise 9, Mikaela 9, Olivia 9, Sixtine 10, Prescillia 3 Coralie 8, Jessica 2 et Marianne pour le CBBS.
Tsobgny 2 ; Wadoux 3 ; Gomis 2 ; Ygueravide 11 ; Djaldi-Tabdi 6 ; Peters 15 ; Diaby 4 ; Diawara 4 ; Hurt 8 et Salaun pour l’ESBVA

Prochain match : Les Pinkies recevront Landerneau mercredi 3 mars même endroit, même heure.

Rémy MATHURIAU

Photo : Rémy Mathuriau micro en main ! ©Jordan Ravinet, 2019