ANDRE_ACCARY_2711_CHARNAY-2.jpg

Avant l’assemblée départementale de ce jeudi et dans un contexte sanitaire particulier, André Accary a présenté ce lundi les principaux points qui seront à l’ordre du jour. Parmi ces sujets, l'annonce d'un vaste plan de soutien aux jeunes et à l’attractivité du territoire.

 

Depuis le début de la crise, le Département s’est engagé pleinement pour soutenir le territoire et les personnes les plus fragiles. « Nous avons essayé d’être présents sur tous les sujets, certains même en sortant de nos compétences », confirme André Accary qui rappelle l’importance d’aider les acteurs sociaux, économiques et touristiques locaux, ainsi que les différentes mesures déjà prises.

Ainsi, en juin 2020, un plan de soutien de 50 M€ a été voté (25 M€ pour la santé et les solidarités, autant pour les acteurs économiques et touristiques). En septembre, c’est un soutien au monde du sport et de la culture qui a été voté, en novembre le fonds d’urgence pour les personnes les plus en difficultés a été renouvelé. Et en décembre, le Département a présenté un investissement « très ambitieux mais réaliste » de 136 M€ pour le soutien aux acteurs du territoire.

Dans la continuité de cet accompagnement, la collectivité souhaite aujourd’hui mettre en avant et soutenir deux volets concernés pleinement par cette crise sanitaire, économique et sociale : la jeunesse et l’attractivité du territoire.

Pour le financement de ces dispositifs, en partie déjà budgétés, André Accary rassure tout le monde : « On ne va pas augmenter les impôts. On ne va pas creuser l’endettement au delà de ce que nous avions prévu non plus. Nous allons présenter lors de l’assemblée un rapport de conventionnement avec l’Etat sur le plan de relance. Une partie de cette convention concernent les départements. Sur des projets portés par le Département, nous avons fait des demandes de cofinancements et sur l’enveloppe estimée (4 M€), on fait le choix de réinvestir et de réinjecter cette partie subventionnée par l’État directement sur le terrain, auprès des communes. L’heure est au soutien de l’économie locale de nos partenaires, de nos jeunes, du territoire par tous les moyens . On peut le faire parce que jusqu’à maintenant on a toujours travaillé sur une gestion saine. »

La jeunesse

« Les jeunes font partie des victimes de cette crise. Quand les étudiants n’ont plus de travail pour financer leurs études, quand ils se retrouvent dans une certaine précarité par exemple, souligne le président. En 2020, le Département s’est mobilisé déjà pour eux à travers des dispositifs d’accompagnement, de financement de projets… soit 5,5 M€ en 2020. En 2021, on a l’ambition de permettre à un maximum de jeunes de gagner de l’argent par le travail ! Nous allons commencer par amplifier les dispositifs existants que l’on va amplifier et venir en complément des dispositifs portés par l’État et la région. »

Quatre mesures seront ainsi présentées à l’assemblée départementale de ce jeudi 4 mars :

  • 10 nouveaux potes d’apprentissages seront créés au sein de la collectivité portant ainsi à 60 le nombre d’apprentis au Département. Et ce dès la rentrée 2021. « Depuis le début de notre mandat, nous travaillons sur la question de l’apprentissage, on a ouvert l'accès à de nombreux métiers différents. »

 

  • Création d’emplois saisonniers au sein des services du Département avec au total 50 jobs d’été d’un mois, en juillet ou en août. Ils viendront en renfort des services (accueil, tâche administrative, ou mission sur le territoire comme la Voie verte) Pour les personnes intéressées, il suffit de s’adresser directement au service des ressources humaines du Département.

 

  • Accompagnement des communes et des intercommunalités qui souhaiteront recruter des jeunes pendant la période estivale. Pour des postes supplémentaires et complémentaires aux postes déjà existants. Le Département va inciter le recrutement de jeunes de Saône-et-Loire sur les mois de juillet et août. « Nous allons proposer aux conseillers départementaux d’adopter un dispositif de subventions exceptionnelles. Cette subvention se traduira par une contrepartie en investissement par la création d’un poste par commune de jeunes et les étudiants à hauteur de 100 %, l’emploi sera complétement pris en charge financièrement. » Le recrutement concernera des jeunes de 18 à 30 ans pour juillet août dans la limite de trois jeunes maximum pour un mois chacun. L’aide forfaitaire départementale s’élèvera pour un jeune à 2 500 €, pour deux à 5 000 € et pour 3 dont un jeune en situation de handicap à 7 500 € bruts.

 

  • Évolution du dispositif du fonds d’aide aux jeunes. « Ce fonds d’aide existant va être élargi sur les conditions d’âge et sera ouvert aux jeunes et étudiants de 18 à 25 ans, mais aussi de manière exceptionnelle à ceux de 26 à 30 ans. L’aide passe de 1 500 € à 2 000 €. Il y aura aussi une nouvelle aide financière à destination des jeunes en situation de handicap qui éprouvent des difficultés de mobilité ou d’insertion professionnelle. Cette aide sera de 4 000 € sur 12 mois maximum. »

 

L’attractivité du territoire

En 2021, plusieurs évolutions du dispositif avaient déjà été prévues avec une enveloppe financière de 11 M€ (soit 2 M€ supplémentaires) dans les aides aux projets pour donner une impulsion et faire travailler les entreprises locales. Les collectivités ont la possibilité de déposer deux dossiers cette année : une demande classique et une supplémentaire avec un lien très fort sur l’environnement.

« Le Département a décidé de ne pas être en retrait, mais de passer à l’offensive en ce qui concerne l’aide apporter aux territoires, poursuit Sébastien Martin, vice président en charge de l'aménagement et de l'aide aux territoires. Depuis 2015, nous avons mis en place une politique de soutien à l’investissement de proximité qui permet à toutes les collectivités de déposer un dossier. Cette année, nous avons 516 dossiers déposés sur 575 communes de Saône-et-Loire. Nous étions déjà passés de 9 M€ à 11 M€ et nous allons en réalité passer à 13,5 M€, c’est une augmentation du budget à l’investissement local dans toutes les communes et intercommunalités quelles que soient leur taille, de 50 % pour des travaux réalisés par des entreprises locales. »

Cela permettra d’accompagner 516 projets présentés ce jeudi à l’assemblée départementale. Parmi ces dossiers, 99 concerneront le plan Environnement (mobilité douce, rénovation énergétique, préservation d’espaces naturels…) Ces crédits vont générer 100 M€ de travaux sur les différents territoires. Six projets structurants seront également financés comme chaque année, un dans chaque bassin de vie (chacun de 250 000 €) : construction de deux micro crèches en Bresse Bourguignonne, création et rénovation d’équipements sportifs sur le Chalonnais (pôle foot, mur d’escalade, rénovation de la piscine), aménagement d’un parc d’activités et rachat d’une friche dans le Charolais (sur le secteur de La Clayette Chauffailles), l’aménagement d’une zone d’activités économiques dans l’Autunois Morvan (à Couches), la création d’un manège à chevaux multimodal dans le Mâconnais (à Cluny).

  • Le chèque vélo

Ce dispositif, qui avait rencontré l’an dernier un énorme succès, sera reconduit avec des modalités différentes : accessible aux plus de 18 ans justifiant la résidence en Saône-et-Loire, acquisition du vélo chez un professionnel du département. Les aides seront de 350 € pour un vélo électrique neuf d’un montant minimum de 1 000€, 200 € pour l’achat d’un vélo de ville, VTC, VTT d’une valeur minimale de 500 € et 100 € pour la fourniture ou la pose de kits de conversion électrique. Tout cela sera proposé à l’assemblée départementale.

  • Le dispositif Ambassadeur Route 71

Lancée en 2019, cette application vise à mettre en avant de façon moderne le territoire, la découverte des vignobles, de la gastronomie ou encore du patrimoine. Ce dispositif a été renforcé l’an dernier, le Conseil départemental s’étant appuyé sur les professionnels du secteur pour devenir Ambassadeur de la Route 71. La Saône-et-Loire compte aujourd’hui 3 700 ambassadeurs.

« L’idée est de mettre à jour en permanence cette application et nous avons souhaité mettre en avant les producteurs locaux (alimentaires, agricoles, industriels ou artisanaux) faisant du 100 % Saône-et-Loire, explique Elisabeth Roblot, vice présidente en charge du tourisme et de l’attractivité du territoire. Nous les mettrons en avant sur l’application pour rendre encore plus visibles ceux qui jouent le jeu de la Saône-et-Loire et du terroir. C’est aussi une manière de faire la promotion de notre territoire et de le rendre encore plus attractif. »

  • Campagne de promotion du département

Une subvention exceptionnelle de 500 000 € a été votée en décembre dernier à ce sujet. Cette campagne se met en place avec quatre émissions 7 à 8 sur TF1 sponsorisées en avril, des replays avec France Télévisions, une énorme campagne d’affichage dans le métro parisien, ainsi que sur les métropoles lyonnaise, dijonnaise et stéphanoise d’avril à octobre. « Nous aurons une campagne offensive avec des visuels originaux, l’idée étant de se distinguer un maximum. 

D. C.