COVID19 ARS 050321.JPG

 

Communiqué de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté :

 

Une situation épidémique stable mais contrastée : poursuivre les efforts !

 

L’incidence de l’épidémie reste globalement stable en Bourgogne-Franche-Comté, amorçant même une diminution chez les personnes de plus de 65 ans, vraisemblablement grâce à la progression de la couverture vaccinale. Des signes encourageants, qui doivent motiver à poursuivre les efforts, d’autant que la circulation virale demeure très contrastée en fonction des territoires.

A environ 130 pour 100 000 habitants, contre 150 la semaine dernière, l’incidence de l’épidémie de COVID-19 baisse de manière assez significative chez les personnes de plus de 65 ans sur la dernière période de 7 jours.

En population générale, en dépit d’une stabilité de l’incidence régionale, les situations territoriales restent très contrastées, le Doubs et l’Yonne en particulier se démarquant par une circulation virale en nette augmentation.

Même si la part des variants du virus reste inférieure à la moyenne nationale, sa progression se poursuit dans la région. Le variant dit britannique représente 45 % des tests positifs (contre 62 % l’échelle nationale) ; les variants brésiliens et sud-africains représentant moins de 4 % des tests positifs (plus de 6 % France entière).

Pour l’heure, il n’y a pas de lien univoque entre la diffusion de ces variants et la dynamique épidémique, d’où l’importance d’adapter les mesures aux situations locales, comme c’est le cas par exemple dans le Grand Besançon et ses environs (renforcement du dépistage, extension de l’obligation du port du masque...)

Près de 1 300 personnes hospitalisées

L’activité hospitalière reste très dense, avec près de 1 300 patients pris en charge (un chiffre proche du pic de la première vague), et 150 patients en réanimation, ce qui maintient une pression continue sur les établissements de santé.

Depuis un an et le début de l’épidémie, 3 836 décès sont désormais enregistrés au sein de ces établissements de Bourgogne-Franche-Comté. 2 216 décès en établissements médico-sociaux sont recensés par Santé publique France, confirmant l’inflexion à la baisse de la mortalité dans les EHPAD.

L’engagement des infirmiers libéraux

Avec les gestes barrières et le dépistage, le contact-tracing et l’isolement sont les clés pour casser les chaînes de transmission du virus.

A ce titre, l’Assurance maladie propose désormais un accompagnement aux patients positifs et aux cas contacts à risque, comprenant notamment la possibilité d’une visite à domicile d’un infirmer pour faire la pédagogie de l’isolement, s’assurer des conditions de cet isolement et réaliser le cas échéant un dépistage des membres du foyer.

Près de 2 000 visites ont ainsi d’ores et déjà été réalisées en Bourgogne-Franche-Comté, où les infirmiers libéraux font également partie des professionnels de santé particulièrement engagés dans les centres de vaccination.

Accélération de la vaccination

Dans la région, plus de 171 000 personnes ont reçu une première injection de vaccin, dont plus de 107 000 sont couvertes par deux injections. La Bourgogne-Franche-Comté participe pleinement à l’accélération de la campagne impulsée à l’échelle nationale ce week-end. Des doses du vaccin AstraZeneca sont mises à disposition par les hôpitaux de la région de centres de vaccination dès ce samedi. Selon les départements, de nouveaux créneaux de rendez-vous en centres peuvent être ouverts ou bien des patients sur liste d’attente sont rappelés. Dans ce cadre, un centre de vaccination éphémère ouvrira également ses portes au siège de l’ARS, à Dijon.