jeudi 6 mai 2021

Dans notre imaginaire collectif, le racisme est associé à des termes plutôt antipathiques : la violence, le rejet voire la peur de l’autre. Il est également l’objet d’un consensus déclaratif : peu de gens se présentent comme ouvertement racistes. Pourtant, en y regardant de plus près, l'accord sur une vision négative du racisme qui conduirait à son rejet, ne « colle » pas avec ce que l’on peut observer au quotidien : les actes racistes sont le lot de nombreuses victimes (le racisme est donc parfois promu) et les accusations de racisme sont légion (le consensus n’est donc pas véritable).

C’est le premier constat qui justifie la semaine contre le racisme ; le second est illustré par la récente polémique concernant l’organisation, par une association étudiante, de rencontres réservées à certaines catégories de personnes.

Cette étrange situation a donné lieu à de nombreuses études, discussions, polémiques dont on peut retenir au moins les idées suivantes :

1/ avant d’être un concept le racisme est une émotion et c’est pourquoi la lutte contre le racisme est d’abord une lutte contre soi-même.

2/ le racisme comporte une lourde dimension sociale et s’exprime dans un contexte de dominations multiples (économiques, culturelles…). Il comporte également une dimension morale qui touche de près à la question du "commun".

Il est d’usage d’opposer aux racistes leurs projets : s’en prendre aux individus qu’ils rejettent, fracturer la société, nuire à l’avènement d’une visée commune aux hommes quelles que soient leurs différences (origine, culture…). Cette façon de lutter par la promotion du "commun" est à prendre avec précaution : si l’on pousse trop loin sa recherche, il apparaît alors le risque d’une société "idéale" où ne subsisteraient que des semblables.

Cette situation induirait un risque pour l’un des objectifs essentiels des sociétés démocratiques qui consiste à mettre en place les conditions d’une coexistence entre des personnes différentes (dans leurs modes de pensée, leurs modes de vie, leurs cultures et couleurs de peau).
Vivre dans de telles sociétés c’est donc toujours être amené à prendre en compte des points de vue sur le monde qui ne nous sont pas familiers ou qui ne nous conviennent pas a priori. Avoir le "commun" comme projet ultime reviendrait donc à abandonner ce que l’on est pourtant censé aspirer ! Il y a fort à craindre en effet que l’idée selon laquelle le vivre ensemble ne puisse s’appuyer que sur des points communs conduise à un alignement des opinions : le "commun" pourrait bien ne produire que des lieux communs.

C’est cette vigilance à ne pas encourager une vision naïve du collectif qui fonde l’opposition (morale) au racisme portée par La ligue des Droits de l’Homme. Prétendre combattre le racisme par la promotion du "commun" peut en effet contribuer aux discriminations qu’elles sont censées combattre : ceux qui ne voient dans les caractéristiques individuelles de chacun qu’un danger pour la société, en arrivent inévitablement à transformer les droits (par exemple le droit des minorités) en privilèges. Une position anti-raciste respectueuse de l’esprit démocratique et polarisée par le droit à la différence au sein d’un collectif est difficile à promouvoir.

Se méfier du "commun" revient en effet à s’attaquer à un tabou, c’est-à-dire à un interdit moral qui nous empêche d’affronter les problèmes au lieu de chercher à les résoudre.

Pour la Ligue des Droits de l’Homme, il faut pourtant mener ce difficile combat.

V.L. Ligue des droit de l'Homme

 

 

Note de la rédaction : Le semaine d'éducation et d'action contre le racisme et l'antisémitisme s'est achevée ce dimanche 28 mars. 

 

ELECTIONS DEPARTEMENTALES : Jean-Patrick Courtois et Christine Robin candidats du « quotidien des gens » sur Mâcon 1

C'est à Sancé, commune du nouveau maire Gilles Jondet, que les deux candidats et leurs remplaçants ont officialisé leur engagement.

RÉGIONALES : Avec Julien Odoul (RN) président, les subventions à l'éolien arrêtées et reverser à la protection de la biodiversité

Les candidats du Rassemblement National ont planté des arbres contre les éoliennes ce dimanche.

ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES : Claude Cannet et Hervé Reynaud candidats pour Mâcon 2, avec Sabrina Gelin et Jean Payebien

Claude Cannet est actuellement 2ème vice-présidente du Conseil départemental en charge des affaires sociales, du 5e risque, des seniors, des personnes handicapées et des offres de soins ; Hervé Reynaud est conseiller départemental en charge de la Culture et du Patrimoine. Ils seront donc candidat à leur succession (groupe Majorité départementale d'André Accary).

RÉGIONALES : «Une page se tourne pour les Républicains de la Nièvre» lancent Lucie Leclerc et Gilles Platret

« à nous d’écrire le chapitre suivant à l’encre de nos convictions ! »

ELECTIONS DEPARTEMENTALES : La gauche en piste pour Mâcon 1 et 2

Les deux binômes titulaires et suppléants de la liste nommée « Changeons d'air ! » se sont présentés cet après-midi au cours d'une conférence de presse. Mise à jour : ce qu'ils vont défendre

RÉGIONALES : «Rumeur d’accord entre DLF et LR en Bourgogne Franche-Comté» s'inquiète l'Avenir français

Rappelons que l'Avenir français en Saône-et-Loire est représenté par Olivier Damien, tête de liste 71 pour le RN emmené par Julien Odoul en Bourgogne Franche-Comté

RÉGIONALES - Stéphane Guiguet (PS) : « Le travail accompli n'a jamais été mis en valeur dans la constitution de la liste »

Mâcon Infos - Le Web Journal du Mâconnais - LYCÉES : Stéphane Guiguet  annonce « plus d'isolation thermique et plus de photovoltaïque »
Démissionnaire de son mandat de vice-président du Conseil régional à deux mois des élections, Stéphane Guiguet, joint par macon-infos, en dit un peu plus sur les raisons de sa décision.

POLITIQUE : Stéphane Guiguet (PS) démissionne de son mandat de vice-président du Conseil régional

Mâcon Infos - Le Web Journal du Mâconnais - LYCÉES : Stéphane Guiguet  annonce « plus d'isolation thermique et plus de photovoltaïque »
Le Mâconnais, actuel vice-président en charge des lycées et de l'apprentissage, claque la porte, dénonçant « des pratiques d'un autre âge » quant à l'élaboration de la liste conduite par Marie-Guite Dufay. Un véritable pavé dans la marre...

RÉGIONALES EN BOURGOGNE-FRANCHE COMTÉ : « Votez utile, votez RN » lance Julien Odoul

Julien Odoul a présenté ce matin, en conférence de presse à Mâcon, les 3 premiers noms qui figurent sur la liste Saône-et-Loire. L'occasion aussi de planter les premières banderilles à ses deux principaux adversaires, Marie-Guite Dufay et Gilles Platret. « Le bal des tartuffes a commencé » a-t-il ouvert...

Les annonces d’Emmanuel Macron sur la sécurité, «un plan de communication destiné à cacher un échec sans précédent»

Membre de l'Avenir Français et colistier de Julien Odoul (Rassemblement National), Olivier Damien, ancien commissaire divisionnaire de police, analyse les annonces d'effectifs supplémentaires de police en Bourgogne-Franche-Comté faites par le président de la République.

MÂCON : La Coordination StopLoiSécuritéGlobale alerte encore et toujours sur la loi, qui vient d'être votée

Les représentants des organisations membres de la Coordination Mâconnaise StopLoiSécuritéGlobale ont tenu une conférence de presse ce mardi après-midi au kiosque de l'Esplanade Lamartine. Ils dénoncent de potentielles dérives autoritaires. 

AGRICULTURE : Marie-Guite Dufay défend «une PAC ambitieuse et vertueuse»

« La Bourgogne-Franche-Comté est la région la plus rurale de France. Nous avons des zones en grandes difficultés qui n’ont jamais été prises en considération. Cet état de fait doit changer, pour que la PAC puisse répondre aux grands défis agricoles », déclare la présidente du Conseil régional.