mardi 3 août 2021

Trop de pesticides pour 7% de consommateurs et la présence préoccupante de perturbateurs endocriniens pointe néanmoins l'UFC Que Choisir, qui publie sa 4ème carte interactive de la qualité de l'eau du robinet. Dans le Mâconnais, trois communes ont une qualité de l'eau du robinet jugée médiocre par l'association de défense des consommateurs.

 

Communiqué


La 4e édition de la carte interactive de la qualité de l’eau du robinet de l’UFC Que Choisir montre que, si la plupart des consommateurs de Saône et Loire reçoivent une eau conforme en tous points aux critères réglementaires, 7 % d’entre eux en revanche reçoivent une eau polluée en pesticides (herbicides, insecticides et fongicides).

Elle met également en lumière les carences de la réglementation en matière de pesticides et de perturbateurs endocriniens. Au vu de ces résultats préoccupants, l’UFC-Que Choisir de Saône et Loire demande une interdiction des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

 

Une eau conforme à la réglementation pour 93 % des consommateurs du département.

L’étude par l’UFC-Que Choisir des analyses de la qualité de l’eau du robinet de la totalité des communes de France métropolitaine, sur la base des relevés des Agences Régionales de Santé, montre que 93 % des consommateurs de Saône et Loire ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires.

 

Des contaminations d’origine agricole dues aux pesticides

  • De l’ordre de 40 000 consommateurs, essentiellement dans des petites communes de zones rurales, reçoivent une eau non conforme.
  • Les pesticides constituent la principale cause de non-conformité. Ils sont présents dans l’eau de 5 réseaux de distribution du département, alimentant 30 communes.

 

- Alerte sur les composants toxiques des canalisations : 

Des analyses réalisées dans des logements ou à certains points localisés des réseaux de distribution font apparaitre la présence de plomb, de cuivre, de nickel relargués par des canalisations vétustes, abîmées (centre, sud-est, sud-ouest du département).
Mais ces pollutions restent mal mesurées du fait d’un très faible nombre de prélèvements ; ces analyses isolées ne permettent pas de connaître l’exposition réelle des consommateurs.

- Des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (PE), retrouvés dans une analyse sur quatre, pourtant réputée conforme.

A la différence des autres polluants dont on peut accepter la présence tant qu’elle reste inférieure aux limites sanitaires, les perturbateurs endocriniens peuvent avoir de graves conséquences sur la santé à de très faibles doses. Ils devraient, de ce fait, être strictement interdits en application du principe de précaution.

La réglementation européenne sur les pesticides empêche en théorie la vente de pesticides ayant des propriétés PE. Mais dans la pratique, le niveau d’exigence requis pour démontrer les effets néfastes sur le système hormonal est tellement élevé qu’il rend cette réglementation totalement inopérante, laissant sur le marché des centaines de pesticides soupçonnés d’être des PE.

En Saône et Loire, pour 23 % des analyses considérées comme conformes à la règlementation, notre étude révèle la présence de pesticides soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Néanmoins les différents types de molécules de PE sont recherchées avec d’importantes disparités locales.

 

L’UFC-Que Choisir de Saône et Loire invite donc chacun à vérifier la qualité de son eau potable en consultant la carte interactive de la qualité de l’eau du robinet qui est en accès libre sur l’adresse :


https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/


En outre, et afin de garantir une eau véritablement indemne de pesticides, limitant l’exposition des consommateurs à ces molécules particulièrement dangereuses pour la santé, l’Association demande aux pouvoirs publics d’assumer leurs responsabilités : la santé des consommateurs d’eau doit être une priorité.

Il convient donc d’interdire la commercialisation des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens en application du principe de précaution.

 

 

La Chapelle de Guinchay, St-Symphorien d'Ancelles et Romanèche-Thorins

présentent une qualité de l'eau du robinet médiocre

 

 

ROMANÈCHE-THORINS : Contrôle inopiné du pass sanitaire à Touroparc zoo

Le directeur de cabinet du préfet est arrivé à Touroparc jeudi en début d'après-midi, accompagné des gendarmes de la compagnie de Mâcon, de la brigade territoriale de La Chapelle-de-Guinchay, et du PSIG. But de la visite : un contrôle pédagogique des pass sanitaires. À lire aussi, la réaction de Thomas Gervais, directeur du parc zoologique.

SAÔNE-ET-LOIRE : 24 pompiers, dont 14 du département, en renfort dans le Sud

La colonne Bravo est partie ce matin du centre de secours de Mâcon.

PIERRECLOS : Le Comptoir de campagne a 1 an !

Pierreclos devient Petite ville de demain.

MÂCON : Prox’aventures, ou quand la police se rapproche des jeunes

L'association de policiers Raid aventure est passée par Mâcon pour des ateliers de découverte installés au parc des Blanchettes lundi après-midi.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE - Roger Thévenot : « une faute a été commise lors de l’émargement des assesseurs sans intention de nuire et sans préjudice pour la personne »

Le droit de réponse du maire de Crêches suite aux accusations d'Alain Houdinet, chef de l'opposition au conseil municipal.

SAÔNE-ET-LOIRE : Nettoyage, sécurisation et, parfois, fermeture des voies vertes et bleues suite aux intempéries

Les violents orages qui se sont abattus sur la Saône-et-Loire dès vendredi soir ont provoqué de gros dégâts sur l’ensemble du département, notamment à hauteur des voies vertes de trois secteurs. Celui du Charolais Brionnais, déjà touché en juin du côté de Marcigny, est particulièrement concerné.

GASTRONOMIE : Marie-Guite Dufay rend hommage à Michel Lorain

Le chef historique du restaurant la Côte Saint-Jacques à Joigny avait atteint, en 1986, les trois étoiles du Guide Michelin. Il est décédé le 22 juillet dernier à l'âge de 87 ans.

MÂCON : « Pass sanitaire ? Passera pas ! » clament les manifestants

Sous la pluie, ils se seront retrouvés place St-Pierre pour clamer leur refus du PASS sanitaire samedi matin à Mâcon. Opposés au PASS tout court, opposés à l'obligation vaccinale anti-COVID, réunis sous un même cri “LIBERTÉ”. Une manifestation qui s'est déroulée dans de nombreuses villes en France ce 24 juillet. À voir aussi, notre vidéo.

MÂCON : Un ado se défenestre du 5ème étage

Non, il n'est pas mort et n'est pas quadragénaire... Actualisé à 17h45.

CHARNAY : La route de Davayé fermée à la circulation à partir de lundi

Et pour une semaine pour des travaux sur le réseau d’eau et d’assainissement…

MÂCON : Les spectacles de l’Été frappé concernés par le pass sanitaire

La Ville de Mâcon a communiqué ce matin les modalités de mise en œuvre du pass sanitaire…