jeudi 6 mai 2021

Trop de pesticides pour 7% de consommateurs et la présence préoccupante de perturbateurs endocriniens pointe néanmoins l'UFC Que Choisir, qui publie sa 4ème carte interactive de la qualité de l'eau du robinet. Dans le Mâconnais, trois communes ont une qualité de l'eau du robinet jugée médiocre par l'association de défense des consommateurs.

 

Communiqué


La 4e édition de la carte interactive de la qualité de l’eau du robinet de l’UFC Que Choisir montre que, si la plupart des consommateurs de Saône et Loire reçoivent une eau conforme en tous points aux critères réglementaires, 7 % d’entre eux en revanche reçoivent une eau polluée en pesticides (herbicides, insecticides et fongicides).

Elle met également en lumière les carences de la réglementation en matière de pesticides et de perturbateurs endocriniens. Au vu de ces résultats préoccupants, l’UFC-Que Choisir de Saône et Loire demande une interdiction des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

 

Une eau conforme à la réglementation pour 93 % des consommateurs du département.

L’étude par l’UFC-Que Choisir des analyses de la qualité de l’eau du robinet de la totalité des communes de France métropolitaine, sur la base des relevés des Agences Régionales de Santé, montre que 93 % des consommateurs de Saône et Loire ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires.

 

Des contaminations d’origine agricole dues aux pesticides

  • De l’ordre de 40 000 consommateurs, essentiellement dans des petites communes de zones rurales, reçoivent une eau non conforme.
  • Les pesticides constituent la principale cause de non-conformité. Ils sont présents dans l’eau de 5 réseaux de distribution du département, alimentant 30 communes.

 

- Alerte sur les composants toxiques des canalisations : 

Des analyses réalisées dans des logements ou à certains points localisés des réseaux de distribution font apparaitre la présence de plomb, de cuivre, de nickel relargués par des canalisations vétustes, abîmées (centre, sud-est, sud-ouest du département).
Mais ces pollutions restent mal mesurées du fait d’un très faible nombre de prélèvements ; ces analyses isolées ne permettent pas de connaître l’exposition réelle des consommateurs.

- Des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (PE), retrouvés dans une analyse sur quatre, pourtant réputée conforme.

A la différence des autres polluants dont on peut accepter la présence tant qu’elle reste inférieure aux limites sanitaires, les perturbateurs endocriniens peuvent avoir de graves conséquences sur la santé à de très faibles doses. Ils devraient, de ce fait, être strictement interdits en application du principe de précaution.

La réglementation européenne sur les pesticides empêche en théorie la vente de pesticides ayant des propriétés PE. Mais dans la pratique, le niveau d’exigence requis pour démontrer les effets néfastes sur le système hormonal est tellement élevé qu’il rend cette réglementation totalement inopérante, laissant sur le marché des centaines de pesticides soupçonnés d’être des PE.

En Saône et Loire, pour 23 % des analyses considérées comme conformes à la règlementation, notre étude révèle la présence de pesticides soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Néanmoins les différents types de molécules de PE sont recherchées avec d’importantes disparités locales.

 

L’UFC-Que Choisir de Saône et Loire invite donc chacun à vérifier la qualité de son eau potable en consultant la carte interactive de la qualité de l’eau du robinet qui est en accès libre sur l’adresse :


https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/


En outre, et afin de garantir une eau véritablement indemne de pesticides, limitant l’exposition des consommateurs à ces molécules particulièrement dangereuses pour la santé, l’Association demande aux pouvoirs publics d’assumer leurs responsabilités : la santé des consommateurs d’eau doit être une priorité.

Il convient donc d’interdire la commercialisation des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens en application du principe de précaution.

 

 

La Chapelle de Guinchay, St-Symphorien d'Ancelles et Romanèche-Thorins

présentent une qualité de l'eau du robinet médiocre

 

 

HÔPITAL DE MÂCON - COVID-19 : Une lueur d’espoir mais…

Si le nombre de patients atteints Covid admis dans les services de l’hôpital et de l’ensemble du GHT a diminué ces quinze derniers jours et si la vaccination montre ses premiers effets, la situation reste tendue en réanimation…

ÉDUCATION NATIONALE : 21 240 autotests distribués dans le département

` Suite à la tenue du Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (CDEN), Fabien Ben, inspecteur d’académie, est revenu ce mardi sur la préparation de la rentrée scolaire 2021 dans le département, ainsi que sur la gestion de la crise sanitaire dans le premier et le second degrés.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ - Confinement du printemps 2020 : les plus modestes plus fragilisés

En Bourgogne-Franche-Comté, près de 20 % des personnes de plus de 15 ans estiment que leurs finances se sont dégradées lors du premier confinement du printemps 2020 mis en place pour juguler l’épidémie de Covid-19. L'analyse de l'INSEE en détail.

MÂCON : La laïcité exposée aux élèves de l'école Marcel Pagnol

Une oeuvre d'éducation populaire réalisée par le président de l'Union départementale des MJC.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le comité départemental de la Ligue contre le cancer change de présidence

Christiane Dubois quitte la présidence après trente ans de services…

MÂCON : Un trafic de drogue démantelé en plein centre-ville

Le vendeur présumé était domicilié rue de Strasbourg, soit la rue de la préfecture de police...

SAINT-AMOUR : C'est parti pour le marché des producteurs locaux

C'était le 1er samedi du marché de la place des Marcs ce matin à Saint-Amour. Zoom sur le Jardin d'Augustin. A voir aussi, notre clin d'oeil à Laure Botton, vendeuse de fraises pour le CSBM.

WebTV 71 Agriculturez-vous : L’agriculture, solution aux changements climatiques

Initiative de la Chambre d'agriculture, produit par le journal L'Exploitant agricole de Saône-et-Loire, le deuxième plateau venait compléter le premier en déclinant sur le thème d’Agriculture et Environnement. À voir et à revoir sur macon-infos.

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Une décroissance lente de l’épidémie, mais toujours de fortes de tensions hospitalières

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
La vaccination s’ouvre dès ce week-end aux + de 18 ans présentant au moins une comorbidité, notamment une obésité. NDLR : Rappelons que 1,8% (1,9% la semaine dernière) des personnes positives au covid sont décédées en France depuis le début de l'épidémie ; 2,0% des personnes positives dans le monde (2,12% la semaine dernière). Des chiffres qui replacent les choses dans leur juste mesure. 

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH 71 demande la vaccination prioritaire pour les cafetiers et restaurateurs

Une lettre a été adressée en ce sens au préfet, transmise également aux députés.es et sénateurs.trices du département.

HÔPITAL DE MÂCON : 15 jeunes nouveaux praticiens hospitaliers en poste depuis le mois de mars

Ils ont réussi le concours de PH (praticien hospitalier) et ont demandé à exercer à l’hôpital de Mâcon. Nous en avons rencontré deux d’entre eux, Aurélie Montfort-Labast, pédiatre, et Mickaël Gout, chirurgien viscéral et bariatrique. Témoignages.

SOLIDARITÉ : Le Secours populaire à Mâcon, un an après le début de la crise sanitaire

Un an après le début d’une crise sanitaire devenue aussi économique et sociale, macon-infos est allé à la rencontre de cette association caritative pour faire un point sur la précarité et de la pauvreté.

SAÔNE-ET-LOIRE : Nouveau, partager du positif avec la WebTV Agriculturez-vous

C’est sur un ton résolument positif et bon enfant que s’est déroulée la première émission d’Agriculturez-vous.

CLUNISOIS : Plusieurs troupeaux ovins attaqués, une vingtaine de bêtes tuées

Les services de l’État mobilisés, des équipes de veille de la louveterie en place à proximité des troupeaux dès cette nuit…

MÂCON : Le maire de Vesoul veut s'inspirer de la chaufferie bois révolutionnaire

Une délégation de la mairie de Vésoul était à Mâcon ce matin, venue spécialement pour découvrir le chauffage urbain révolutionnaire de Mâcon en vue d'une implantation d'un réseau de chaleur sur leur territoire.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-AGGLOMÉRATION : Un succès massif pour l’aide à l’acquisition de vélo

L’enveloppe de 50 000 € consacrée à cette opération est épuisée depuis fin mars…