FONDtr2

 

 

 

Communiqué du collectif Héritan

Le 22 avril 1951, il y a exactement 70 ans, Edouard Herriot, ancien Président du Conseil, et Pierre Denave, maire de Mâcon, posaient la première pierre de la MJC Héritan. Ce projet rassemblait alors le département de la Saône-et-Loire, qui fit don du terrain, l’Etat, qui finança la moitié du coût de construction, et la Ville de Mâcon.

Un petit film, accessible sur le site de la MJC (https://mjc-heritanmacon.org/historique/), rend compte de cet événement.

Traumatisée par la deuxième guerre mondiale, la société française se reconstruisait alors sous le signe de la jeunesse, de la culture, de la solidarité, avec l’idée de bâtir un tissu social suffisamment solide pour ne jamais revivre les horreurs endurées. L’Education Populaire, portée entre autres par le réseau des MJC, prenait toute sa place dans ce beau projet.

Nous nous réjouissons d’avoir appris par la bouche de François Maquart, son vice-président, que la MJC refuse le projet de municipalisation proposé par la majorité municipale. Un tel projet est en effet incompatible avec le respect de l’autonomie de l’association, qui met au cœur de ses statuts le but d’« offrir à la population […] la possibilité de se préparer à devenir des citoyens actifs et responsables d’une démocratie vivante ». Loin d’être une source d’économies, cette municipalisation ferait disparaître les ressources spécifiquement associatives que sont le bénévolat, les cotisations et certaines subventions. Accompagné de l’objectif, affiché par Jean-Patrick Courtois, maire de Mâcon, de réduire de moitié le nombre d’adhérents, il est en outre lourd de dangers pour la santé économique et l’attractivité de notre ville.

Mais comment continuer à faire vivre et rayonner une association amputée de 45% des subventions municipales (hors mise à disposition du bâtiment) ? Comment expliquer que la Ville de Mâcon soit la seule, parmi 80 communes dont les MJC étaient affiliées à la défunte Fédération Française des MJC, à ne pas avoir proposé de solution pour pérenniser le financement du poste de direction ? Comment accepter qu’elle en profite pour ne pas renouveler le poste de chargé de l’animation culturelle, indispensable pour maintenir le cycle de conférences (variation sur l’art, forum des savoirs, université populaire…) qui fait la spécificité et la richesse de l’offre de la MJC ?

Cet arrêt brutal des financements est une triste façon de rendre hommage à l’œuvre accomplie depuis 70 ans, c’est surtout ignorer que ces efforts sont plus que jamais nécessaires pour faire tenir debout une société fatiguée, fractionnée, inquiète. Comment accepter de voir ainsi affaiblir les outils de connaissance et d’émancipation qui peuvent nous permettre de répondre aux défis de notre époque ?

Le Collectif de défense de la MJC Héritan (https://collectif-heritan.fr/) poursuit ses efforts, en soutien au Conseil d’Administration, pour informer sur la situation de la MJC et réclamer le rétablissement intégral et immédiat des financements nécessaires à son fonctionnement.

Privés de réjouissances par le contexte sanitaire et des décisions municipales inadaptées, nous travaillons à pouvoir fêter dignement l’an prochain, dans un climat apaisé, le 71ème anniversaire de notre MJC !

 

Photo : Edouard Herriot lors de la pose de la première pierre de la MJC de l'Héritan (photo transmise le collectif)