Par rapport à 2019, la mortalité en Bourgogne-Franche-Comté est supérieure à celle observée dans toute la France depuis le début 2021. Le rebond des décès concerne toutes les classes d'âge au-delà de 50 ans et est particulièrement prononcé dans la Nièvre et l'Yonne.

Communiqué

Entre le 1er janvier et le 12 avril 2021, la Bourgogne-Franche-Comté a enregistré 10 325 décès, soit 8,5 % de plus qu'en 2019. C'est un peu plus que sur l'ensemble du territoire Français (+ 6,9 %).

Contrairement à la France dont la baisse des décès de la seconde vague est observée depuis mi-novembre, la courbe des décès de la région est restée sur un plateau élevé jusqu'à la 3e semaine de janvier.

À partir de cette date, un repli s'est amorcé en lien probablement avec l'augmentation progressive de la couverture vaccinale, dans les EHPAD dans un premier temps. En février, le nombre de décès a retrouvé le niveau de 2019, alors en période habituelle de grippe saisonnière. En mars, le nombre de décès a diminué jusqu'à atteindre un seuil plancher, alors même que les indicateurs diffusés par Santé Publique France indiquaient une dégradation de la situation épidémique.

Depuis le début du mois d'avril, les décès repartent à nouveau à la hausse (+ 10 % en comparaison avec la deuxième quinzaine de mars). Ce rebond s'observe sur toutes les classes d'âge à partir de 50 ans, et il est particulièrement prononcé chez les 75-84 ans. Cette augmentation concerne surtout la Nièvre et l'Yonne où le nombre de décès a déjà retrouvé les niveaux enregistrés lors de la deuxième vague. Dans les autres départements, le nombre de décès reste proche du niveau de 2019.