vendredi 18 juin 2021

Communiqué :

Face à l’inquiétude et aux interrogations des agriculteurs concernant le projet de réforme de la PAC (Politique Agricole Commune), le Sénateur Fabien Genet a interpellé le Ministre de l’Agriculture Julien Denormandie lors de la séance de débat ce mardi.

L’actuelle architecture de la PAC, dans son volet sur les aides couplées, prévoit une aide au bovin allaitant qui représente un montant annuel moyen de 12 000 € par exploitation. Le montant de ces aides constitue bien souvent la majeure partie des revenus dégagés par les éleveurs, dans un contexte national et international où le prix de la viande connaît une stagnation alarmante.

Or les premiers arbitrages européens et nationaux concernant les pistes d’évolutions du premier pilier de la PAC semblent inquiétants pour la filière élevage du département.

« En matière agricole, et notamment sur l’élevage bovin allaitant, l’essentiel est en jeu, particulièrement dans les élevages de charolais en Saône-et-Loire. La nouvelle PAC va-t-elle les aider à se relever ou ne fera-t-elle qu’accentuer leurs difficultés ?

Trois ans après Egalim, ces éleveurs ont perdu 30% de leurs revenus, percevant moins de 700 euros par mois en moyenne. Va-t-on encore diminuer leurs aides ? Et donc leur revenu ?»

Le sénateur avait déjà défendu la situation des éleveurs auprès du Ministre le mois dernier, en demandant une stricte application de la loi Egalim, pour respecter la juste rémunération des agriculteurs, en particulier celles des producteurs de viande bovine.

« L’aide à l’UGB (Unité de Gros Bétail) que vous envisagez sera-t-elle la même pour les bovins allaitants et pour les bovins laitiers ? Quel en sera le montant ? Un plafonnement à 100 UGB pénaliserait des milliers d’exploitations de Bourgogne-Franche-Comté avec une chute de 30 à 50 % des aides. Nous attendons des réponses précises et chiffrées. Vous engagez-vous à garantir au minimum le montant actuel des aides ? »

Le Ministre a alors répondu être « favorable à deux UGB différents pour l’allaitant et le laitier. Il faut réfléchir au plafond, au seuil, au taux de chargement, au mixte… Je suis donc plutôt favorable à des critères différents, mais les travaux sont en cours. »

Une réponse du Ministre insatisfaisante pour le Sénateur, qui a insisté sur la nécessité de donner des chiffres aux éleveurs, en toute transparence.

Lien pour visionner l’intégralité de l’intervention : https://youtu.be/6Ou6V8hQixo

 

SAÔNE-ET-LOIRE : Lancement des premiers rendez-vous « 100 % inclusion » d’Handisertion

Mardi, trois demandeurs d’emploi suivis par Handisertion et Cap Emploi 71 ont participé au lancement du projet 100 % inclusion avec un après-midi de simulation d’entretiens de recrutement et d’échanges.

HÔPITAL DE MÂCON : Un scanner dernière génération vient d'arriver

Des examens plus rapides, des diagnostics plus précis, des patients moins exposés aux rayons X… Le plateau d’imagerie médicale se dote d’un équipement qui va améliorer le suivi des patients et le travail du personnel médical…

MÂCON : Inédit, La "Mâconcyclette", une visite guidée hors les murs !

La saison estivale de l'office de tourisme se dote cette année d'une nouvelle visite originale à vélo autour de Mâcon.

MÂCON : Le port de plaisance passe en Pavillon bleu

« Le Pavillon bleu », écolabel international fondé en 1985, récompense les plages et les ports de plaisance engagés dans une démarche durable. Il y a quelques jours, l'association Teragir a accordé pour la première fois ce célèbre pavillon bleu au port de plaisance de Mâcon.

Championnat de France du dessert : La finale régionale à Mâcon, au lycée Dumaine, le 24 juin

Elle se déroulera sous la présidence de Stéphane Mangin, chef pâtissier au restaurant Georges Blanc à Vonnas

COVID-19 : 28 classes fermées en Saône-et-Loire

Le nombre de classes fermées est divisé par 2 dans l'académie

CRÊCHES-CHAINTRÉ : Aux Bouchardes, encore des passages dangereux pour les personnes handicapées

« Un vrai parcours du combattant » témoigne Maryline Barillot, qui a demandé à s'exprimer sur macon-infos.

HÔPITAL DE MÂCON : Les psychologues en colère

« Les collègues psychologues étaient mobilisés ce jeudi » indique la CGT dans un communiqué. « Une mobilisation bien suivie localement puisque plus de 50% des psychologues ont débrayé tout en assurant leurs missions d'accompagnement et de soins des patients de l'hôpital. »