A une semaine du premier tour des élections départementales, Claude Cannet et Hervé Reynaud, têtes de liste pour le Canton Mâcon 2 (Mâcon Sud, Loché et Varennes-lès-Mâcon), accompagnés de Jean Payebien remplaçant, avaient donné rendez-vous à la presse après une matinée de porte à porte à la rencontre des électeurs. Le lieu choisi pour ce rendez-vous, la Maison de Bois, ne doit rien au hasard : « C’est un lieu emblématique de notre canton, qui allie proximité, patrimoine et lien social dans ce contexte de réouverture des bars et des restaurants » souligne Claude Cannet.

« Dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit », tel est le précepte de ce binôme qui se veut être dans le concret et non dans l’incantation, au sein d’une collectivité – le département – « qui est une collectivité du quotidien, comme la commune ». On pourrait même ajouter « Dire ce que l’on a fait et ce que l’on va faire » car l’heure était assurément au bilan pour les deux conseillers de la majorité sortante et aux engagements en cas de nouvelle victoire dans les urnes.

Parmi les motifs de fierté des candidats et tout particulièrement de Mme Cannet, actuellement vice-présidente en charge de l’offre de soin, le premier de tous est sans nul doute la création des centres de santé départementaux, une première en France, dont celui de Mâcon qui a accueilli plus de 25000 consultations depuis son ouverture en 2019. Ces centres de santé, créés en réaction à la désertification médicale des territoires, reposent sur le salariat de médecins généralistes qui viennent exercer leur profession dans les secteurs géographiques en tension, en complément des médecins libéraux.

En 3 ans, 6 centres ont été ouverts et 68 médecins généralistes ont été recrutés. Pour les années à venir, les candidats promettent de renforcer les équipes médicales exerçant au sein de ces centres de santé, avec le recrutement de médecins spécialistes, notamment des cardiologues, dermatologues, psychiatres, gynécologues, ophtalmologues, ou encore des tabacologues.

Tour à tour, Mme Cannet et M. Reynaud, dans une sorte d’inventaire à la Prévert, ont mis en avant les réalisations de la majorité sortante, mais aussi les projets parmi les différents domaines de compétence du Département :

  • Solidarité et insertion : la mise en place de dispositifs permettant une prise en charge plus rapide des bénéficiaires du RSA, l’une des compétences majeures du département, ou favorisant leur retour à l’emploi ;
  • Voirie : l’aménagement du rond-point de Loché et la rénovation du pont de Saint-Laurent. La future sécurisation de la RD 906 à Varennes-lès-Mâcon a été évoquée par M. Reynaud ;
  • Collèges : les travaux de modernisation des collèges Saint-Exupéry, Bréart et Pasteur. Ce dernier devrait prochainement voir débuter la troisième phase des travaux de rénovation.
  • Sport : Jean Payebien, remplaçant de M. Reynaud et adjoint au maire de Mâcon en charge des sports, vante l’action du département pour l’accueil de centres de préparation pour les JO 2024. Il indique également que la mandature 2015-2021 a permis de doubler le budget départemental dédié aux sports.
  • Une augmentation de budget qui devrait également concerner la culture et le patrimoine durant la prochaine mandature. C’est en tout cas ce que promet M. Reynaud, actuel conseiller départemental délégué à la culture et au patrimoine, qui indique le soutien du Département au projet de rénovation du musée des Ursulines et la poursuite des aides aux propriétaires privés de patrimoine protégé.
  • Agriculture et viticulture : aides d’urgence aux viticulteurs frappés par le gel, développement des circuits courts dans les cantines des collèges, labellisation des produits locaux, investissement et aide technique (grâce au laboratoire d'analyses départemental) pour adapter les cultures au changement climatique et à la sécheresse.
  • Environnement : maintien du chèque vélo pour aider à l’achat de vélos à assistance électrique, aides à l’acquisition de récupérateurs d’eau, aides à la rénovation énergétique des bâtiments, promesse de plantation de 600 000 arbres d’ici 2030.

 

« Toutes ces actions ont été réalisées au cours de notre mandature sans augmenter les impôts, insiste M. Reynaud, et nous nous engageons pour les 6 années à venir à ne pas augmenter la fiscalité ». « Cela grâce à une maîtrise des dépenses de fonctionnement, rebondit Mme Cannet, et parce que nous avons passé un certain nombre de contrats avec l’Etat, par exemple dans le cadre de la lutte contre la pauvreté ou de la protection de l’enfance : lorsque le département met un euro sur la table, l’Etat met également un euro ». « Pour trouver de nouveaux moyens d’action, notre département a fait beaucoup d’expérimentations, conclut Mme Cannet. Si ces expérimentations marchent, elles sont déployées et poursuivies, s’il sévère que l’objectif n’est pas atteint, on les arrête. »

 

David Delecroix

 

Photo d’accueil : Hervé Reynaud, Claude Cannet, têtes de liste, et Jean Payebien, remplaçant (de g. à dr.). Sabrina Gelin, remplaçante de Mme Cannet, ne pouvait être présente ce samedi matin.