Depuis le mois de juillet 2020 et l’installation du nouveau conseil municipal, la ville a engagé une réflexion sur les questions de mobilités et de sécurité, notamment sur le tronçon de la route de Davayé situé entre les giratoires de Marius Lacrouze et Phlorus.

Il a été convenu de traiter rapidement certains problèmes constatés : vitesse excessive des automobilistes, absence de passage piéton sécurisé, accès difficile des riverains de la route à leur propriété, difficultés de partage des espaces entre piétons et cyclistes ou encore absence de trottoirs accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Ce constat a conduit à la planification d’un projet global de restructuration et de sécurisation ayant pour objectifs de réduire la vitesse des automobilistes et d'améliorer les cheminements doux.

Afin d’associer la population à ce projet, les riverains ont été invités à s’exprimer en avril dernier sur trois scénarios d’aménagements. L’objectif de cette concertation était d’enrichir la réflexion pour faire émerger le scénario le plus pertinent, celui permettant d’aboutir à un projet répondant aux besoins et aux attentes des habitants. Plus de 45 % des riverains se sont exprimés.

La municipalité avait donné rendez-vous aux riverains ce mercredi, pour leur présenter le projet, leur donner le planning des travaux et échanger avec eux.

 

Rappel des scénarios

Scénario 1 :

Un premier scénario privilégie le maintien d’un nombre de place de stationnement maximum (21) et répond à l’objectif de réduction de la vitesse par la réalisation de deux chicanes. Il prévoit, par ailleurs, la création d’une piste cyclable bidirectionnelle sur une emprise réservée (hors chaussée).

Scénario 2 :

Le deuxième scénario va plus loin en terme de réduction de vitesse et de sécurisation des traversées piétonnes grâce à la création de deux plateaux traversants d’une longueur de 30 mètres chacun et de deux ralentisseurs de 6 mètres chacun. La succession de ces dispositifs permet de faire ralentir les véhicules sur toute la longueur de la rue. Ce scénario impose toutefois une réduction plus importante du nombre de places de stationnement même s'il permettrait d’en conserver 18. Tout comme le premier scénario, la piste cyclable serait bidirectionnelle et sur une emprise réservée (hors chaussée).

Scénario 3 :

Le troisième scénario opte pour une emprise plus grande pour la piste cyclable qui deviendrait alors un espace partagé cycles et piétons. La réduction de la vitesse serait accentuée grâce à la création d’un rétrécissement de la chaussée créant un alternat de circulation qui viendrait s’ajouter aux deux plateaux traversants et aux deux ralentisseurs du deuxième scénario. Le nombre de places de stationnement total serait de 15.

 

« Nous avons invité ce soir les riverains de la route de Davayé pour leur présenter, suite à la concertation, le projet qui sera réalisé, explique Christine Robin, maire. Notre objectif était de travailler surtout sur la vitesse excessive, les riverains s'en plaignaient et nous l'avions constaté par de nombreux contrôles. Nous souhaitons également sécuriser les passages piétons et de combiner en même temps la circulation douce, la voie cyclable. L'idée était de requalifier en totalité la chaussée de manière à contenter tout le monde, de conserver les stationnements autant que faire se peut, de réduire la circulation avec des plateaux traversants. Et nous allons en même temps enfouir le réseau électrique et refaire les conduites d'eau potable et usée. Le choix n° 2 s'est détaché majoritairement. Nous l'avons retravaillé un peu pour prendre en compte certaines remarques. »

Le scénario 2 permettra à la route de Davayé de redevenir urbaine et non une route de transit en proposant un meilleur partage des voies entre les différents usagers.

Le coût total tous travaux confondus est de 1,1 M€ HT.

L'agglomération se charge du réseau d'au potable et d'eau usée, le Sydel de l'enfouissement du réseau électrique, le Département de la réfection de la bande de roulement de la chaussée. La piste cyclable revient à la ville et à l'agglomération.

 Cet aménagement s’inscrit dans un calendrier de travaux plus large :

- juil./oct. 2021 : travaux sur les réseaux d’eau potable et d’assainissement

- nov. 2021/fév. 2022 : enfouissement des réseaux électriques

- printemps 2022 : création de la piste cyclable et des plateaux traversants

Pendant toute la durée des travaux, des déviations ou des alternats seront ponctuellement mis en place en limitant au maximum la durée de la gêne. Les riverains en seront régulièrement informés.

M. A.

 

 

Photos : M. A.

 

Christine Robin et Patrick Buhot, adjoint en charge de l'urbanisme, cadre de vie