Communiqué de la CGT du CH Mâcon :

 

La CGT du CH Mâcon refuse les modalités de mise en œuvre de l’obligation vaccinale et les sanctions financières et d’avancement de carrière infligées aux soignants. Elle dénonce la loi du 5 août 2021 et exige l’abandon du passe sanitaire et des réponses claires et fiables sur les bénéfices et risques de la vaccination. Au CH Mâcon, l’immunité collective est quasiment atteinte avec au moins 80 % des personnels vaccinés. Pourtant, la loi du 5 aout 2021 le contraint à la mise en place d’organisations nouvelles et à en supporter les coûts supplémentaires.

Une différence de traitement injustifié

Mobilisés en mars 2020 contre la COVID 19 sans les protections nécessaires, les soignants sont aujourd’hui contraints plus que les autres par les modalités de l’obligation vaccinale. Le gouvernement discrédite les établissements publics de santé, stigmatise les personnels des structures de soins, laisse entendre que ceux-ci ne seraient pas vaccinés, leur faisant porter la responsabilité de la transmission du virus. Sur l’obligation vaccinale, pourquoi de telles différences de traitement entre les secteurs d’activité ? Faut-il voir du sexisme dans une loi qui oblige certaines et pas d’autres ?

Un accès à l’information scientifique insuffisant

Les agents et salariés contraints à la vaccination attendent des pouvoirs publics une information scientifique sûre quant à l’efficacité et l’innocuité de celle-ci, particulièrement pour les femmes. Ainsi, la CGT demande que des études d’impact et un suivi à court, moyen et long terme soient conduits, spécifiquement sur les femmes plus nombreuses dans les secteurs de la santé.

Des sanctions injustes et irresponsables face au manque structurel de personnels

Le gouvernement fait aussi le choix de sanctionner 10 à 15 % des personnels qui auront refusé la vaccination, de suspendre leur rémunération et leur carrière et surtout de se passer de ces professionnels. Pourtant, les établissements de santé ont des difficultés à recruter. A Mâcon, alors que le service de pneumologie est fermé faute de professionnels de santé, ainsi que ponctuellement des lits de soins intensifs cardio, des lits de soins de suite et rééducation, et des lits de réanimation ... !!! Le gouvernement contraindrait la Direction à se passer des soignants refusant la vaccination tant dans les services de soins généraux que dans les EHPAD. Pour la CGT, cette stratégie est irresponsable alors que se profile une quatrième vague. Il existe des alternatives aux sanctions comme par exemple le retour au télétravail pour les administratifs

Au-delà des modalités de l’obligation vaccinale, des mauvaises conditions de travail

Les modalités de mise en œuvre de l’obligation vaccinale sont l’arbre qui cache la forêt des mauvaises conditions de travail. Le centre hospitalier de Mâcon a trouvé des budgets pour l’embauche de contrôleurs de Pass Sanitaire au détriment des besoins en personnel soignant, alors que nous, CGT, demandons la revalorisation des rémunérations, la création de postes dans les services qui en ont besoin, un temps de repos suffisant entre deux prises de postes, la reconnaissance en maladie professionnelle de la COVID sans condition, la prise en compte de la pénibilité des métiers liée à la dépendance par le départ en retraite à 55 ans.

 

Convaincre et non contraindre !

 

Assemblée générale des personnels, le mardi 31 août 2021 à 14 h 30, devant l’entrée de l’hôpital, venez nombreu.ses.x