Alors que les manifestations se succèdent les samedis contre le passe-sanitaire, dimanche, c'est à Cluny que plusieurs dizaines de personnes se sont réunies en plein air à l'initiative d'un nouveau collectif de résistance L'IMPASS SUD 71. Un collectif qui n'a que quelques jours d'existence et qui est pourtant parvenu à organiser ce rendez-vous.

 

Parmi les intervenants et dans l'assistance, quelques militants déjà engagés dans des causes diverses et variées. ACCU 71 (Alerte Citoyenne Communauté Urbaine), Réaction-19 (collectif spécialisé dans le juridique), Réinfo-covid (collectif national fondé par le médecin anesthésiste-réanimateur de Marseille Louis Fouché et qui a des groupes dans de nombreux départements, dont la Saône-et-Loire), collectif parents en alerte (tout jeune collectif de parents), mais également des citoyens et citoyennes sensibles à ce qui se déroule actuellement en France depuis l'instauration du passe-sanitaire.

 

À la suite d'une diatribe anti-vax dénonciatrice des « thérapies géniques » que seraient véritablement les vaccins ARN Messager, diatribe introductive d'un après-midi de résistance qui commençait fort, l'initiateur et modérateur du moment a vite recadré le débat et rappelé l'objectif de cette journée. « C'est bien contre la vaccination obligatoire et le passe-sanitaire que nous sommes ici réunis. La parole est libre, tout le monde peut s'exprimer, mais nous ne sommes pas là pour dire si nous sommes vaccinés ou pas, si nous sommes anti-vax ou pas. Nous sommes ici réunis autour d'une idée politique qu'on se fait de la société et de ce qu'elle devient. Je ne vous dirai pas si je suis vacciné ou pas. Ça me regarde et je souhaite que ça continue à être du domaine privé. Tout les monde a la parole cet après-midi, vaccinés et non-vaccinés. Nous ne voulons surtout pas opposer les gens, bien au contraire. »

 

Après ce commencement cash et vitaminé, les témoignages évoquant les difficultés des relations humaines sous le régime du masque et du passe-sanitaire se sont succédé. « J'étais prof quand le masque a été imposé dans les établissements scolaires. Je suis rentré dans ma classe, j'ai fermé la porte et j'ai dis à mes élèves : "Maintenant vous enlever votre masque. Je compte sur vous pour ne pas le répéter." Cela a immédiatement détendu l'atmosphère et même instauré un climat de confiance et de complicité entre eux et moi. Un vrai bonheur. Le rôle des profs n'est-il pas celui-ci : former des citoyens capables de douter, et non pas des gens soumis ? »

 

Un des initiateurs du collectif parents en alerte, musicien, a souligné la soumission des artistes au passe-sanitaire. « Un grand nombre est allé à la piqûre, je le déplore. Avec ce collectif, nous allons faire en sorte que nos enfants non-vaccinés ne soient pas évincés de la vie sociale en proposant des activités sportives et musicales. Nous serons également vigilants à la rentrée pour qu'ils ne soient pas les proies d'individus zélés. Cette vigilance sera évidemment pacifique, mais elle s'exprimera. » Contact : collectifparentsenalerte@NotAllowedScript62916faaf23b3gmail.com.

 

Une autre artiste a dit sa déception de voir ses compères au pas : « Autrefois, les artistes étaient les fusibles de la démocratie. C'est eux qui pètent les plombs en premier normalement. Nous sommes bien loin de cela... Beaucoup ont été arrosés d'argent et de subvention. Le silence a été acheté. On a Francis Lalanne aujourd'hui en porte-voix. Je préférais Juliette Binoche, mais bon, que voulez-vous... »

 

Un membre de Réaction-19 a rappelé la toute récente décision du tribunal administratif de Versailles levant l'obligation du passe-sanitaire dans les grands centres commerciaux. « Croyez-moi, c'est une très bonne nouvelle et cela va faire jurisprudence. Il faut saluer le courage de cette juge Julie Florent, qui a montré la voie. Le 3ème pouvoir est en marche, soyons optimistes. »

 

En fin d'après-midi, tous se sont donnés rendez-vous dans les prochains jours pour agir, manifester, exprimer le refus du passe-sanitaire et, dans le meilleur des cas, pour inventer un monde meilleur, réellement fraternel.

 

 

Vincent Cheynet – rédacteur en chef de La Décroissance - invité du collectif IMPASS SUD 71 - Extrait de son discours : « Se révolter, aller manifester ! Quand il n'y a plus d'opposition, il faut faire très attention. Paré des meilleures intentions, le pouvoir en place n'a plus de limite et se sert de notre propension à renoncer à la liberté. Il se sert aujourd'hui de l'hôpital, système qui prend soin de nous, pour mieux nous enfermer. Il faut éviter que les mâchoires de la technocrature ne se resserrent. »

 

 

Rodolphe Bretin

 

 

 

 

Nicolas, initiateur du collectif L'IMPASS SUD 71 - collectiflimpass@NotAllowedScript62916faaf23b3gmail.com

L'IMPASS SUD 71 est un collectif non-partisan ouvert à tous