jeudi 28 octobre 2021

Portes ouvertes ce samedi, sous le soleil, pour les Jardins de Cocagne. Cette association, créée sur Mâcon en 1997, adhère au Réseau National de Cocagne, ce réseau associatif de fermes bio travaillant pour l'insertion et à destination de consommateurs adhérents.

Le président Jean-Paul Buchillet présente avec la force de ses convictions l'ensemble de la structure. Le financement est communal, départemental, régional et national. Le plan de relance octroyé par l'état finance en partie la construction d'un deuxième bassin de récupération de l'eau. Les prescripteurs sont pôle emploi et le conseil départemental.

A ce jour, elle salarie dix permanents et emploie trente personnes en Contrat à Durée Déterminée d'Insertion (CDDI). Ces salariés bénéficient d'un accompagnement sur une période allant de sept à vingt-quatre mois par une accompagnante socio-professionnelle. Les salariés peuvent effectuer des périodes d'immersion en entreprise lors de leur contrat. Un partenariat existe avec les viticulteurs locaux pour des travaux de tirage du bois dans les vignes.

L'association a élu trois vice-présidents : Michel Favre en charge de la production, Marie-Louise Bouvier en charge de la commercialisation et de la communication et Alain Sève en charge de l'insertion. Le trésorier est Marc Boggio et la secrétaire Nicole Pelletier.

Quatre maraîchers encadrent les salariés et les conduisent à l'acquisition de savoirs, de connaissances et de savoir-être transférables pour un emploi autonome ou une formation professionnalisante.

Parallèlement, une dizaine de bénévoles intervient régulièrement pour assurer des cours d'informatique, de consolidation de la langue. Ce sont eux également qui ont construit la cabane dans les jardins, afin que soit rangé en toute sécurité le matériel. Ils termineront les travaux de la salle André Effantin, du nom d'un ancien président de l'association. Cette salle sera un espace de vente, d'accueil et de convivialité. Jean-Paul Buchillet insiste sur les règles de sécurité à respecter et l'accès mixte à la totalité des tâches.

Les Jardins de Cocagne gèrent les huit hectares loués par la ville de Mâcon. La production annuelle se monte à cent tonnes de légumes en tout genre. Des partenariats sont établis avec les cantines d'Hurigny et de Cluny comme avec des restaurateurs locaux.

Comment faire pour avoir des produits locaux, issus de la culture bio, et participer à l'action d'insertion des Jardins de Cocagne ? L’adhésion de 15 euros pour l'année permet d'avoir un panier par semaine pendant quarante-huit semaines. Trois tarifs selon la taille du panier : huit, douze ou seize euros. Possibilité avec l'adhésion de faire le marché sur place le mardi et le vendredi après-midi.

Les cultures en plein champ permettent de produire des poireaux, potirons, carottes, navets... Celles sous les dix-huit serres sont réservées aux tomates, courgettes, poivrons.

Pour les communes de Mâcon, Sancé, Charnay-les-Mâcon ou Saint-Laurent, l'association Rayon Local peut vous livrer à votre domicile ou sur votre lieu de travail. Six bénévoles ont monté une association et livrent à vélo le mardi et le vendredi les produits que vous aurez commandés.

Une autre association est présente aux Jardins de Cocagne, Les Petites cantines qui a pour objectif de favoriser une cuisine participative et solidaire : préparation et partage du repas avec des produits issus majoritairement des Jardins de Cocagne.

Cocagne est dans notre imaginaire, les Jardins de Cocagne de Mâcon s'en approchent !

Pour découvrir les Jardins de Cocagne sur place : 636 Chemin de l'Aérodrome à Mâcon. Plus d’infos sur www.jdcmacon.org Tél. : 03 85 22 05 91.

Pour vous faire livrer : www.rayon-local.fr Tél. :  07 73 05 14 09

Pour en savoir plus sur Les Petites Cantines : macon.lespetitescantines.org Tél. : 06 84 02 04 49

P. M.

 

Jean-Paul Buchillet, président des Jardins de Cocagne

Le deuxième bassin de retenue d'eau

Les cultures en plein champ

Les cultures sous serres

Au marché bio

MÂCON : Il frappe son père handicapé et insulte les policiers

Un Mâconnais de 39 ans comparaissait lundi pour des faits de violences envers son père, en fauteuil roulant…

MÂCON : Voitures incendiées dans le centre-ville, l’auteur condamné

Ce week-end, sept véhicules ont été détruits par les flammes, place Carnot. Retrouvé grâce à la vidéosurveillance, l'auteur des faits, qui n'a aucun souvenir de cette soirée, a été jugé ce lundi après-midi en comparution immédiate…

MÂCON : Hugo Tonnerieux, un coup de plume cinglant

Hugo Tonnerieux est Mâconnais. Il a édité tout récemment son premier essai aux éditions Le Lys bleu : « Le Pouvoir des Rois ».

GRAND SITE SOLUTRÉ-POUILLY-VERGISSON : Travaux de sécurisation de la Roche de Vergisson

Début du chantier le 8 novembre pour une durée de six semaines environ…

PHOTOS - Gambettes mâconnaises 2021 : L'heure de la pose (8)

Dernier volet de notre reportage photos

PHOTOS - Gambettes mâconnaises 2021 : L'heure de la pose (7)

7ème volet de notre reportage photos. Des souvenirs à gogo !

PHOTOS - Gambettes mâconnaises 2021 : L'heure de la pose (6)

Elles ont pris la pose pour macon-infos

PHOTOS - Gambettes 2021, on commence par la fin : une arrivée dans la joie (1)

2 500 Gambettes sont parties ce dimanche matin du Spot pour 5 km de course ou marche solidaire, au profit de la lutte contre le cancer du sein. 1er volet de notre reportage photos.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-AGGLOMÉRATION : Au fil du conseil communautaire…

250 000 € supplémentaires pour accompagner les commerçants du centre-ville de Mâcon ; Sécurisation de la Roche de Vergisson ; Création de la ZAC Hurigny-La Grisière ; Travaux dans les écoles et les stades des quartiers de Mâcon. En détails...

MÂCON : Un week-end aux champignons !

Jusqu’à dimanche soir, l’espace Carnot-Montrevel accueille l’exposition de la société mycologique de Mâcon. Quelque 250 variétés de champignons sont présentées et avec elles tous les conseils et toutes les informations essentielles…

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Consignes de tri inchangées pour les emballages plastiques

L'Agglomération précise dans un communiqué de ne pas tenir compte de la campagne nationale « Désormais, tous les emballages se trient » pour ne pas entraver la mise ne place des nouvelles consignes à l’horizon 2023.