SAS avec gouvernance coopérative créée en 2018, les CVSSB loue des toits publics ou privés pendant 20 ans afin d'y installer des panneaux photovoltaïques.

Leur puissance est d'au plus 36 kWc, soit 200 mètres carrés de panneaux. La CVSSB finance ses investissements à raison de 20 % de souscriptions et 80 % d'emprunts bancaires. Elle rembourse ses emprunts avec l'électricité vendue sur 20 ans.

 

Un foyer consomme en moyenne 1 700 kWh/an, hors chauffage électrique et production électrique d'eau chaude. Une part sociale de 100€ permet de produire 400 kWh/h par an pendant au moins 20 ans, soit près du quart des besoins d'un foyer, hors chauffage et production d'eau chaude électrique.

 

La SAS CVSSB avait 9 projets de centrales de 36 kWc en en 2019. Hélas, la crise sanitaire a mis un coup d'arrêt à ces nouveaux lots. CVSSB a besoin d'un second souffle pour faire repartir les projets, qui nécessitent des sociétaires pour les financer. Aujourd'hui, CVSSB, se sont 90 sociétaires et 150 000 € de capitaux. Elle est propriétaire des panneaux et en assure la maintenance.

 

« Nous avons identifié 600 toitures qui pourraient recevoir une telle installation sur le territoire des trois communautés de communes, Clunisois, St-Cyr-Mère-Boitier et Mâconnais-Beaujolais » indique Laurence Boubet, sociétaire et bénévole. « Mais les investissements des collectivités ont été mis à l'arrêt dans ce domaine depuis la crise sanitaire. »

Un projet aboutira néanmoins dans l'année 2022, sur le toit du vinipole de Davayé, bâtiment appartenant à la Chambre d'agriculture.

 

Il y a également encore des réticences à investir dans une énergie renouvelable qui ne serait pas 100 % écologiques. A cela, Laurence Boubet apporte des précisions : « Oui, les cellules photovoltaïques sont fabriquées en Asie depuis le moratoire imposé par le gouvernement français » déplore-t-elle. « Pour autant, l'assemblage est fait en Europe et les panneaux sont recyclables à 90 %. Les cellules resservent jusqu'à 4 fois et les panneaux ont une durée de vie de près de trente ans aujourd'hui. Le photovoltaïque reste un investissement écologique. Pour les actionnaires, la rentabilité est d'environ 1 % sur 20 ans. »

 

 

« Une cellule photovoltaïque, c'est 80 % de verre, recyclable à 100 %, 10 % d'aluminium, recyclable également à 100 %, du silicium (raffiné en Chine), de l'argent, du cuivre et un peu de plastique. Les panneaux s'usent très progressivement, de l'ordre de 0,6 % de perte de production par an. »

 

R.B.

 

Les CVSSB tiendront leur assemblée générale le 25 septembre à Mâcon, à 11h en salle Deschizeaux. L'occasion peut-être de soutenir une entreprise de l'économie sociale et solidaire qui œuvre dans le sens de la protection de l'environnement.

 

Photo ci-dessus : Thibault Hanin, ingénieur, et Laurence Boubert, sociétaire et bénévole de CVSSB

 

 

Le vinipole de Davayé prochainement équipé par Sollys énergie, basée dans le Rhône