mardi 7 décembre 2021

Face à une situation insupportable qui s'aggrave, la Ligue contre le cancer poursuit son combat pour que plus aucune personne malade ne subisse d'arrêt de traitement.

 

Communiqué

 

En 2020, la Ligue contre le cancer dressait un état des lieux des pénuries de médicaments anticancéreux en France et de leurs conséquences. L'association donnait notamment la parole aux personnes malades concernées et aux  professionnels de santé. 

Parmi ces derniers, 75 % confirmaient alors avoir été confrontés à des situations de pénuries et avoir constaté des pertes de chances pour leurs patients. Un an après, la Ligue signale que les personnes malades subissent toujours les conséquences des défaillances majeures d'un système de production et dénonce non seulement la persistance mais aussi l'aggravation des pénuries.

 

« La lutte contre les inégalités - d'accès aux soins notamment - est l'une de mes priorités en tant que président de la Ligue contre le cancer. Comment assurer la continuité des soins pour toutes les personnes malades avec la même efficacité si l'on est confronté à des pénuries de médicaments récurrentes ? Comment peut-on expliquer à ces personnes, qui se battent déjà au quotidien contre la maladie, que leur médicament n'est pas disponible ? Près de deux ans après avoir été annoncée, l'obligation de stock de deux mois est appliquée a minima. C'est une avancée, mais elle reste insuffisante. Les personnes malades ne peuvent attendre, leur santé en dépend. En leurs noms, la Ligue poursuit le combat » explique Daniel Nizri, président bénévole de la Ligue contre le cancer.

 

Une nouvelle campagne pour relancer la mobilisation

Tous les ans depuis 2012, en moyenne 10 % des médicaments utilisés en cancérologie font l'objet de situations de pénuries. La problématique s'aggrave d'année en année, provoquant angoisse, incompréhension et colère chez les patients déjà lourdement touchés par la maladie. Depuis près de deux ans, les effets délétères de la crise sanitaire ont aggravé la situation, remettant en cause le suivi des traitements et des soins pour certains patients. Parce que l'accès aux médicaments et un droit fondamental, la Ligue alerte à nouveau sur cette situation inacceptable et réitère ses demandes.

 

Pour donner un nouveau souffle à la mobilisation, la Ligue lance une nouvelle campagne d'alerte avec un message clair :

 

« Il parait que l'espoir fait vivre... les médicaments, c'est sûr ! »

 

A partir du 20 septembre, différentes séquences vidéos seront diffusées sur les réseaux sociaux de la Ligue. En complément, une bande dessinée, réalisée avec l'illustratrice Anna Lentzner, restituera des témoignages de personnes touchées par les pénuries de médicaments contre le cancer. Recueillis par la Ligue lors de la première phase de la mobilisation contre les pénuries grâce à un appel à témoins, ceux-ci ont pour vocation d'illustrer les résultats de l'enquête menée en 2019 par la Ligue, porte-voix des personnes malades.

 

Le constat alarmant dressé par la Ligue contre le cancer

L'étude menée en 2019 par la Ligue contre le cancer avec l'institut IPSOS a permis de dresser un constat sans appel :

  • 74 % des professionnels interrogés déclaraient avoir été confrontés à des pénuries de médicaments contre le cancer durant leur carrière
  • 3/4 d'entre eux avaient le sentiment d'une aggravation de la situation sur les dix dernières années
  • 94 % des personnes malades confrontées à une pénurie associent l'annonce de l'indisponibilité de leur traitement à des sentiments négatifs : incompréhension, inquiétude, colère...
  • 75 % des professionnels de santé affirment que les pénuries ont entraîné des pertes de chances pour leurs patients

 

La crise de la Covid-19 a engendré une hausse de la demande pour certains médicaments, ce qui a révélé les limites des systèmes de production, notamment provoqués par la délocalisation et la production à flux tendu. Les personnes malades subissent aujourd'hui directement les conséquences de l'errance des décisions industrielles et politiques. Il est impératif de garantir un approvisionnement continu pour éviter les ruptures en cas de tensions dans les pays où sont fabriqués les médicaments. Les actions de la feuille de route lancée en juillet 2019 par la Ministre Agnès Buzyn doivent être remises à l'agenda politique.

 

Face à l'inaction, la Ligue contre le cancer réitère ses demandes :

Le recensement par les pouvoirs publics, de façon systématique, des personnes qui n'ont pas eu accès au médicament prescrit en premier lieu ;

La mise en place d'un système d'informations sur les pénuries de médicaments, à destination des professionnels de santé, particulièrement ceux exerçant en ville. Ce système d'informations doit permettre de renforcer la transparence sur l'origine, la durée et l'historique de ces pénuries ;

La mise en place, par les pouvoirs publics, des dispositions nécessaires pour que le droit à l'information des personnes malades soit respecté et appliqué, notamment grâce à la création d'un système collectif d'informations, en application de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des usagers du système de santé 

La mise en place d'études pour mesurer les pertes de chances causées par les pénuries. Elles doivent être réalisées par une autorité publique et indépendante, à l'aide de critères objectifs 

 

En tant que porte-voix des personnes malades, des dispositions réglementaires sur les pénuries et des sanctions financières en cas de non-respect de ces dernières.

 

 

 

« Pénuries de médicaments : finissons-en ! » alerte la Ligue contre le cancer

Face à une situation insupportable qui s'aggrave, la Ligue contre le cancer poursuit son combat pour que plus aucune personne malade ne subisse d'arrêt de traitement.

TÉLÉ : Quand un journaliste de Cnews interpelle un député LREM pour le renvoyer à ses responsabilités

Voilà un moment de télé rare et savoureux. Saluons la liberté de ton de Julien Pasquet qui bouscule le député LREM Jean Terlier. « Lâchez la bride, laissez-nous tranquille ! » lance le journaliste. Nous critiquons régulièrement les chaînes d'info continue. Avouons pour une fois que ce moment est plutôt croustillant...

ENGAGEMENT : Une Mâconnaise en mission contre le projet d'usine éolienne dans la baie de St-Brieuc

Nathacha Rault est partie le 1er août en Bretagne en tant que pilote et co-responsable de la mission Sea Sheperd Les Vents de la colère. Avec 7 autres engagés.es, l'objectif est de documenter les dégâts sur la biodiversité que représentent le projet de parc de 62 éoliennes offshore en baie de St-Brieuc.

COVID – VACCINS – TRAITEMENTS : Quand la commission européenne de l'UE annonce en mai l'arrivée des traitements en octobre...

...et évoque l'existence d'un traitement ! Voici un communiqué tout à fait parlant sur la gestion de la crise sanitaire à l'échelle de l'Union Européenne. Chacun et chacune se fera évidemment son opinion. Pour l'heure, les questions que posent ce communiqué sont nombreuses, très nombreuses... Posons-les.

COVID-19 : Le déconfinement en 4 étapes

La sortie du confinement se fera en quatre étapes du 3 mai au 30 juin.

Covid-19 : Feu vert de la HAS pour l'utilisation du vaccin Janssen en France

Ce vaccin à dose unique peut être administré à tous les adultes, « y compris chez les personnes âgées de 65 ans et plus et/ou présentant des comorbidités », précise la HAS.

HÔTELLERIE ET RESTAURATION : « Si les licenciements sont contenus, c’est grâce à l’activité partielle sans reste à charge »

LAISSEZ NOUS TRAVAILLER UMIH71.jpg
Mercredi 3 mars 2021, les Présidents du GNI, du GNC, du SNRTC et de l’UMIH se sont entretenus avec Elisabeth Borne, ministre du Travail. Toujours sans date de réouverture, ils s'inquiètent de l'évolution de la prise en charge de l'activité partielle.

AUTOMOBILE : Le nouveau logo de Peugeot à découvrir en vidéo

LOGO PEUGEOT NV.jpg
Une vidéo captivante, de toute beauté, qui fait l'historique des logos de la marque au lion.

COVID-19 : Quand le Conseil de l'Europe « contre-indique » toutes formes de pressions à la vaccination...

« Un semblant de "vie normale" ne pourra reprendre, même dans les meilleures conditions, avant le milieu ou la fin de l’année 2021 au plus tôt » annonce-t'il dans une toute récente résolution adoptée le 28 janvier dernier.

SANTÉ : Seulement 2 % de patients covid dans les hôpitaux en 2020 !

Ce chiffre à peine croyable au vu de la peur qui s'est emparée du pays l'année dernière est donné par l'Agence technique de l'information sur l'hôpital (ATIH), qui vient de sortir un rapport sur l'activité hospitalière liée au covid-19 en France en 2020.

SACRÉE BESTIOLE : Une libellule géante vue dans les Pyrénées orientales

LIBELLULE GEANTE3 - 1.jpg
Actualisé : Elle a été vue également à Belleville-en-Beaujolais.

SOLIDARITÉ : La Fondation groupe EDF lance son Fonds de Solidarité Covid-19

Il est doté d’un million d’euros « pour soutenir les plus démunis, pour favoriser le retour à l’école et à l’emploi mais aussi participer à un nouveau modèle de société plus durable et solidaire. » Les associations peuvent déposer une demande.

CORONAVIRUS - Covid-19 : FO Services publics et de santé porte plainte contre X

Derrière le X, c'est l'Etat qui est visé bien sûr.

VIDÉO : Confiné mais sportif et, surtout, bien rigolo !

RIONS UN PEU - 1.jpg
Mais que s'apprête-t'il donc à faire avec son bidon d'huile ou de liquide vaisselle ?.... La réponse dans la vidéo.

CORONAVIRUS : L'école à la maison avec France 4, ça commence demain

A compter du lundi 23 mars, France 4 modifie toute sa programmation de journée pour diffuser en direct des cours dispensés par des professeurs de l’Education Nationale. Ceci pour répondre à la mission « Nation Apprenante ».

MONDE : Les épidémies les plus meurtrières à travers le temps

EPIDEMIES.jpg
Peste, choléra, variole, grippe, SIDA... les morts se comptent par millions depuis la première peste antonine survenue au IIème siècle. La peste noire du XIVème siècle avait fait 200 millions de morts !

MUNICIPALES 2020 - Coronavirus : Les recommandations du ministère de l'Intérieur pour les bureaux de vote

Le ministère de l'Intérieur adresse certaines recommandations : l'aménagement des bureaux de vote devra limiter les situations de promiscuité, chaque bureau devra prévoir un point d'eau et mettre à disposition du gel hydro-alcoolique. Les électeurs sont invités à apporter leur stylo personnel. etc.