Diplôme de réalisation cinématographique en poche, Viktor Vincent se met en scène au théâtre et utilise le mentalisme pour raconter des histoires. Il aime créer des ambiances fortes laissant la place au récit, il adore raconter et se plaît à mêler la grande et les petites histoires.

Dans son nouveau seul en scène créé en octobre 2019, il repousse une nouvelle fois les limites de son art.

Ici le pouvoir change de main, c’est le public qui s’en empare se découvrant des capacités insoupçonnées et des dons qui confèrent aux miracles…

« La magie m'habite depuis une trentaine d'années », confie-t-il. « À l'âge de 19 ans, j'ai rencontré la discipline du mentalisme. J'ai ressenti des émotions comme jamais auparavant. J'ai eu envie de les retransmettre au public. Je fais toujours du mieux possible pour distraire, émouvoir et émerveiller les gens. »

Viktor Vincent est un nom d’emprunt choisi par son mentor disparu, comme cela se faisait au XIXème siècle. Avec sa moustache désuète et ses costumes british, Viktor aime la poussière sur les choses et s’il est très curieux de l’avenir, il respecte le passé qui le fascine tout autant.

Pour son tout nouveau spectacle « Mental Circus », Viktor aborde l’une de ses périodes favorite, celle des années 20-30 à New-York. Il crée autour de lui un cirque imaginaire où s’expriment les performances mentales les plus folles et les expériences les plus bluffantes qui sont autant de clefs ouvrant les portes d’incroyables destins.

« La vraie magie pour moi est de faire revivre des personnages sur scène quand le passé et le présent se touchent du doigt. J'ai recréé des affiches art-déco en noir et blanc, magnifiques qui sont accrochées sur scène. La scénographie du spectacle est très jolie. Je raconte avec beaucoup de plaisir l'histoire incroyables de personnages historiques et l'on revit les expériences qu'ils ont vécues. À travers eux, je nous raconte, parce que nous sommes tous liés et faits de la même matière.

Je laisse une grande place à la poésie dans mon spectacle. Bien sûr, les nombreuses illusions vont nous bluffer mais je suis aussi un conteur. J'attache énormément d'importance à la mise en scène et à la musique à la manière de Bernard Herrmann. J'écris mes spectacles de façon immersive avec une émotion très forte et j'implique le public. Mon objectif est multiple : divertir, créer quelque chose d'unique, des univers qui me fascinent et m'ont fait rêver, susciter la réflexion, happer l'intérêt des gens et les surprendre. Mon mentor disait que le mentalisme c'est écouter l'autre quand il ne parle pas. »

La curiosité, les rencontres, les histoires croisées, l'atmosphère des théâtres, voilà ce qui l'anime au quotidien.

L'artiste a reçu en 2015 un Mandrake d’or, distinction décernée aux plus grands illusionnistes internationaux. Viktor Vincent est également l'auteur de trois livres sur le mentalisme.

Une fort belle introduction au festival de la magie qui se déroule tout le week end au théâtre. 

M.A.

 

Photos © M.A.