samedi 13 août 2022

Six semaines après avoir lancé une concertation avec les services d’aide et d’accompagnement à domicile pour définir avec le Département les attentes, les besoins et les perspectives d’action concernant ce secteur, André Accary, président du Département de Saône-et-Loire, et Claude Cannet, vice-présidente chargée du maintien à domicile, des personnes âgées et en situation de handicap, ont annoncé en présence de Josette Juillard, directrice générale chargée des solidarités, de nouvelles mesures pour les services d'aide et d'accompagnement à domicile.

« Le maintien à domicile est une priorité forte de mandat, a déclaré le président Accary. En 2025, en Saône et Loire, 12 % de la population aura plus de 75 ans et 24 % plus de 65 ans, soit un quart de la population, contre 19,4 % en France. 79 % des salariés sont à temps partiel dans le secteur de l’aide à domicile. Nous souhaitons mettre les bouchées doubles sur cette politique. Le Département a déjà fait beaucoup depuis 2015. »

Le sujet de l’aide et de l’accompagnement des aînés est aujourd’hui une préoccupation majeure au niveau local comme au niveau national. Les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) apportent à des milliers de personnes en perte d’autonomie un soutien indéniable aux actes de la vie quotidienne. Pour autant, ces personnels ne sont pas rémunérés à leur juste valeur, très souvent en-dessous du Smic, et doivent utiliser leur véhicule personnel pour intervenir. Des conditions d’exercice qui complexifient le recrutement et l’attractivité de ces métiers pourtant cruciaux pour l’avenir : 60 000 postes sont non pourvus aujourd’hui et 200 000 seront à renouveler du fait de départs à la retraite et d’un turn-over important. Selon le récent rapport El Khomri « Plan de mobilisation nationale en faveur de l’attractivité des métiers du grand âge » qui s’appuie sur une enquête menée par l’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA), il faudrait former plus de 350 000 professionnels d’ici à 2025 et prévoir la création de 92 000 postes.

Le Département de Saône-et-Loire n’a pas attendu ce constat pour agir et a déjà beaucoup fait dans ce domaine depuis 2015 : création de la Conférence des financeurs pour financer les projets et actions en faveur des personnes en perte d’autonomie ; revalorisation de l’APA ; plan d’urgence de 15 M€ et livraison de 1 million de masques et de matériels de protection pendant la crise sanitaire ; dotation de kits d’aides techniques ; expérimentation d’attribution de 50 véhicules de service.

Trois mesures fortes pour le Département au 1er janvier 2022

Au regard de la situation actuelle, des questions de vieillissement, du souhait légitime des aînés de pouvoir continuer à vivre à leur domicile et de la nécessité de revaloriser l’attractivité des métiers de ce secteur, le Département souhaite poursuivre et renforcer son engagement.

I) Une concertation et une première action

Depuis fin septembre, le Département a lancé une grande concertation avec les services d’aide à domicile, des usagers, des familles, des partenaires, des fédérations, des experts, des élus pour améliorer encore les réponses à apporter.

Les premiers échanges ont permis de revenir sur l’expérimentation de mise à disposition de véhicules en août 2020 auprès de 9 services d’aide à domicile habilités à l’aide sociale, qui n’a pas permis de répondre aux besoins de certains salariés de disposer d’un véhicule à usage privé pour remplacer leur véhicule personnel.

Aussi, afin de répondre à leurs attentes, le Département met en place un groupement de commandes de locations de longue durée. Il s’agit de massifier la demande pour obtenir un tarif de location au plus bas pour les SAAD. Cette démarche, complémentaire à d’autres formules de soutien, sera soumise à l’Assemblée départementale du 19 novembre 2021.

Le groupement permettra la location d’environ 150 véhicules, soit une flotte totale de 200 voitures pour les SAAD.

Le calendrier prévoit d'ici la fin novembre 2021, l'adoption de la convention constitutive par les SAAD et le lancement du marché. En Mars 2022 la notification du marché et le lancement des commandes et la livraison des véhicules pour 2022.

II) Une revalorisation des salaires

Le Gouvernement a revalorisé les salaires des aides à domicile applicable depuis le 1er octobre 2021 pour les services du secteur associatif. Pour cette revalorisation, le reste à charge, pour le Département, est de 30 % en 2021, 50 % en 2022.

Pour les autres SAAD, ceux du secteur privé qui n’ont pas été pris en compte par le Gouvernement, le Département prendra à sa charge la totalité de la revalorisation à compter du 1er janvier 2022.

Coût de la revalorisation des salaires pour l’ensemble des SAAD : 7 M€ (hors dotation de la CNSA estimée à 2,4 M€) soit un financement de 4,6 M€ à la charge du Département (+ 2,2 M€ pour le Département).

III) Une revalorisation de la prise en charge APA/PCH

Par ailleurs, le Gouvernement a acté, dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS 2022), le barème minimum de prise en charge à 22 € de l’heure d’intervention au titre de l’Allocation personnalisée autonomie (APA) et de la Prestation compensatoire handicap (PCH).

Afin de ne pas reporter l’impact de ces revalorisations, légitimes pour les salariés mais importantes, sur le reste à charge des usagers, le budget 2022 proposé au vote de l’Assemblée départementale en décembre intégrera une évolution du barème de prise en charge à 23 € de l’heure d’intervention (au lieu de 22 €/heure) au 1er janvier 2022, alors qu’il est aujourd’hui à 20,50 euros.

Coût annuel de la revalorisation APA + PCH : 4,4 M€ dont 2,9 M€ correspondant au passage à 22 € financés à 100% par la CNSA et 1,5 M€ supplémentaires pour le passage à 23 € financés à 40 % par la CNSA.

Au final, cette mesure extralégale représente un financement supplémentaire du Département de près d’1 M€.

Claude Cannet a souligné : « l'insuffisance de main d'oeuvre dans ce secteur alors que les besoins sont plus importants qu'ailleurs. La problématique est double, d'abord maintenir dans l'emploi les personnes du secteur d'aide à domicile et en attirer de nouvelles. »

La politique du Département est basée sur un diagnostic et une concertation avec l'ensemble des partenaires qui a débuté dès le 1er octobre et a réuni également le secteur privé.

4 groupes de travail ont émergé :

Le 1er sur comment créer les conditions nouvelles d'attractivité des métiers liés au maintien à domicile afin de donner une dimension plus collective.

Le 2ème sur comment faire face aux défis des Ressources humaines (dégager des pistes pour recruter de la main d'oeuvre).

Le 3ème sur valoriser l'image du métier (montrer l'aspect positif).

Le 4ème sur comment adapter des réponses à l'évolution des besoins des personnes (nouvelle organisation du travail).

Ces 4 groupes se réuniront une fois par mois. En parallèle, un comité scientifique sera crée qui réunira l'ARS, le Département, la Région, des représentants des usagers, Pôle Emploi et la fédération hospitalière.

Ce comité fera un travail de sélection au cours de plusieurs échanges pour préparer la journée des métiers d'accompagnement du 8 février 2022.

« Les mesures prises par le Département concernent tout le monde. En terme de maillage, nous avons besoin de tout le monde. C'est important même si c'est une incertitude pour le Département mais la cause est bonne et c'est une priorité pour ce territoire. Je suis très attaché à une approche globale publique/privée », a conclu André Accary.

M. A.

Photos © M. A.

 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Un incendie brûle 40 hectares au dessus du lac de Vouglans (Jura)

Les pompiers de Saône-et-Loire sont partis en renfort. Actualisé

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Appel à projets de la Fondation Orange pour l’inclusion numérique des jeunes

Les associations d’insertion peuvent déposer leurs projets autour du numérique jusqu’au 18 septembre.

MÂCON - Révision du PLU : Avis défavorable de la commission d'enquête publique

Nommée par le président du tribunal administratif, la commission d'enquête, composée de trois commissaires enquêteurs, a travaillé du 31 mai au 1er juillet 2022.

BOURGOGNE : Les douaniers saisissent 7,76 kg de cocaïne à Brognon

La brigade des douanes de Dijon a réalisé une nouvelle interception de produits stupéfiants.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le département placé en vigilance orange canicule

Et ce à compter de ce mercredi 3 août après-midi, avec des températures pouvant atteindre les 38 degrés localement.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Près de 90 000 personnes vivent dans une structure collective

Internats scolaires, casernes militaires, maisons de retraite... 3,2% de la population de la Bourgogne-Franche-Comté vit dans une communauté selon une enquête de l'INSEE.

BOURGOGNE : On pourra voir l'ISS ce dimanche soir

Rendez-vous à la tombée de la nuit

MÂCON : La Grisière dans une forme olympique (2)

La suite de notre reportage photos

AZÉ : La 60e édition de la foire est lancée !

C’est parti pour quatre jours de foire ! Ce vendredi soir, l’avenue des plantages et le centre-bourg du village étaient en fête avec l’ouverture de la foire commerciale.