Le Schéma de développement économique, commercial et d'accueil des entreprises a été présenté jeudi soir au conseil communautaire par les cabinets AID et MODAAL. Il n'a pas vraiment convaincu le Conseil de développement, encore certains élus de gauche.

 

 

Les termes du rapport soumis au vote jeudi soir :

 

La réalisation d’un « Schéma de Développement Economique » permettant aux élus locaux de partager une vision commune et une stratégie à l’échelle du territoire communautaire s’avère aujourd’hui indispensable. Ce schéma a pour objectif d’augmenter l’attractivité de notre Agglomération et de renforcer sa position sur l’échiquier régional et national où la concurrence territoriale est une réalité. Consciente de l’importance de disposer d’un document d’orientation, MBA a décidé de formaliser son schéma de développement économique, commercial et d’Accueil d’entreprises (SDECA) en septembre 2019 et avait pour objectif : 

- D’établir un diagnostic économique du territoire, 

- De définir des orientations stratégiques lisibles pour les acteurs économiques, 

- De décliner en conséquence le plan d’actions à engager par MBA. 

 

Après une première phase de diagnostic, mise en pause pendant plus d’un an en raison de la crise sanitaire, le SDECA propose de retenir sur le volet économique 6 axes stratégiques : 

- Construire une stratégie d’attractivité et doter le territoire d’une image économique, 

- Animer le tissu économique et promouvoir une approche sur mesure, 

- Renforcer l’entreprenariat, 

- Développer une politique communautaire en faveur de l’emploi et des compétences de demain, 

- Développer l’économie numérique, 

- Renforcer la coopération avec les Métropoles de Dijon et Lyon et la région. 

 

Quant au volet commercial, un axe principal majeur a été retenu, l’accompagnement des communes dans leurs projets de dynamisation commerciale tout en assurant une vision cohérente à l’échelle intercommunale. 

 

Dans le cadre de ce SDECA, MBA pourra chaque année voter un plan d’actions précis avec les enveloppes nécessaires pour déployer cette vision stratégique.

 

 


 

Roger Moreau, président du Conseil de développement de MBA (instance consultative composé  d'élus et de socio-professionnels), a fait part de l'avis dudit conseil : avis réservé sur le Schéma en question.

 

Roger Moreau a questionné l'utilité des travaux du conseil au regard de la présentation qui a été faite par le bureau d'étude juste avant lui, et dit le délai trop court pour rendre cet avis. Par ailleurs le conseil de développement juge incomplète la présentation des bureaux d'étude et souligne le fait que « la rareté du foncier est un atout et pas un obstacle » quand les bureaux d'étude alertent sur le « risque de pénurie à court terme » et propose l'élaboration et la mise en oeuvre d'un projet de requalification de la zone sud de MBA (des Bouchardes à Mâcon Sud).

 

 

Avis partagé par les conseillers communautaires de gauche qui ont tapé encore plus fort sur le rapport en question. Dominique Jobart a rappelé le « développement commercial débridé et anarchique » aux alentours de Mâcon, « un développement jamais régulé depuis 50 ans ! Le dossier est bâclé, nous nous abstiendrons. »

Le groupe de gauche Mâconnais-Beaujolais Solidaire, par la voix de Eve Comtet-Sorabella, a questionné l'économie numérique, « est-elle vraiment d'avenir ? », avant d'asséner : « Nous voterons contre ce schéma, qui n'a aucun sens. À quel moment d'ailleurs nous avons travaillé ensemble là-dessus. C'est mauvais de A à Z ! »

 

R.B.