samedi 28 mai 2022

Message de Noël de Mgr Benoît Riviere aux habitants de Saône et Loire.

Joie de la confiance, bonheur du courage et humble discrétion

Pour Noël cette année, nous aurions tant désiré que la situation soit différente !

La France est engluée dans cette espère de lassitude, de fatigue, parfois aussi d’angoisse face à une pandémie qui n’en finit pas. Nous connaissons les conséquences. Souvent, nous devons être avec le masque, ce que je trouve normal puisque l’épidémie continue. Il y a énormément de fatigue dans notre pays. Il y a des épreuves plus graves et, peut-être aussi, des aspirations à vivre que nous n’osons plus exprimer.

Nous sommes donc dans ce contexte d’une pandémie qui dure et qui est épuisante pour beaucoup d’entre nous, et qui inquiète, contexte aussi d’une lutte contre le réchauffement climatique dont nous sentons bien qu’elle en est encore à ses débuts. Ce Noël est marqué aussi par le fait que nous entrons en France dans la préparation des élections présidentielles et législatives. Ce sont des périodes dont nous sentons bien qu’elles peuvent générer entre nous des nouvelles confiances, ou, au contraire, des fractures plus graves. N’en restons pas à ressasser des opinions de surface.

Et c’est dans ce contexte que je voudrais réfléchir avec vous au message de Noël de cette année, atour de trois expressions :

La confiance. Sommes-nous encore capables de faire confiance aux autres et d’être dignes de confiance ?

Le courage. Que signifie d’agir avec courage ou, au contraire, que voudrait dire de nous laisser aller simplement à des invectives contre les autres, sans agir nous-mêmes ?

La discrétion, l’humble discrétion « divine ». J’emploie cet adjectif car, pour moi, Noël est la traduction de l’infinie discrétion de notre Dieu qui vient épouser notre nature humaine, se faire l’un de nous pour nous réintroduire dans sa vie.

Une nouvelle confiance

Dans le mot confiance, il y a foi, c’est-à-dire le fait de se fier à quelqu’un. Nous avons aujourd’hui un risque, celui de tellement vouloir vérifier les conditions de l’avenir, la véracité des propos, l’absence de fake-news, que nous risquons d’abîmer en nous cet acte fondamental qu’est celui de la bienveillance et de la disponibilité à entendre la parole d’un autre. Et tant qu’il y a cette disponibilité, il y a de l’avenir pour le monde.

Noël est l’expression de la confiance inouïe de Dieu dans notre humanité, au point de s’y incarner. C’est aussi un appel à se faire davantage confiance les uns envers les autres. Nous élirons un président de la République, des députés. Nous cherchons à nous interroger : est-ce que je fais confiance à cet homme, cette femme ? Suis-je encore capable de faire confiance aux institutions de notre pays, de l’Eglise, des associations ? Est-ce que j’ai un minimum d’ouverture et de confiance envers ce qui existe ?

Cela ne veut pas dire sans regard critique, mais en ne commençant pas par la critique. Mon premier souhait est donc que des espaces s’ouvrent pour une nouvelle confiance.

La liberté du courage

Aujourd’hui, ceux qui ont le courage d’avancer, d’agir, sont rarement bavards. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants, qui sont à leur affaire et cela ne fait pas de bruit. Nous savons qu’il y a aussi parfois des invectives, des propos jetés comme cela en pâture à tous, qui découragent d’entreprendre, puis découragent finalement la vie elle-même.

Ce mot de courage, je le joins au mot de liberté. Souvent, nous avons le sentiment que nous ne sommes plus capables d’avancer, que les choses sont trop difficiles. Et nous entrons soit dans la passivité, soit dans la colère. Mais le courage, c’est autre chose. C’est une persévérance collective et personnelle pour choisir d’entreprendre du bien plutôt que de critiquer. Ceux qui passent leur temps à fouiller la vie des autres n’en ont plus pour habiter leur propre existence. Et le vrai courage, c’est celui de vivre.

Ici, il y a quelque chose de très important. Noël me rappelle que notre Dieu n’est pas venu fouiller notre vie, mais la sauver. Il est venu faire sortir de la mort, de la défiance, et finalement, du désespoir, la vie de ceux qui attendaient un salut. Aujourd’hui, attendons-nous toujours le salut ? Je n’en suis pas sûr. Ou alors nous nous cachons derrière des idoles ou des messies du moment. Le Christ ne vient pas de l’extérieur de notre vie. Il vient naître parmi nous. Et c’est de l’intérieur de nos relations humaines et de notre liberté qu’il se manifeste. Je souhaite à chacun et à chacune, de retrouver en ces jours de Noël, dans l’intimité des joies familiales, cette belle source du courage si importante pour vivre.

L’humble discrétion

Dans nos villages, nos familles, au fond, nous aimons bien échanger des souvenirs et rêver un avenir. Nous aimons reprendre des histoires qui font du bien, ne pas ressasser ce qui a été notre honte, par exemple, et nous aimons encore moins que les autres nous le rappellent ! Il y a une discrétion normale qui n’est pas l’occultation du passé, mais le fait de mettre peu à peu à distance ce qui n’a pas lieu d’être toujours étalé sur la place publique. Personne n’a envie d’être vu par le plus mauvais côté de la lorgnette. Cela vaut pour la vie collective et pour la vie personnelle.

Je crois que Dieu est infiniment discret. C’est peut-être pour cela, d’ailleurs, que beaucoup l’oublient ! Ce n’est pas une discrétion qui veut s’effacer. C’est une discrétion qui respecte infiniment l’avenir, qui permet à l’avenir de ne jamais être injurié. Et nous savons, dans les familles, quand une naissance arrive, quand il y a des joies, des peines à porter, il y a de nouveaux espaces de beau silence qui se créent. Il y a du silence, du respect : c’est tout cela que Noël porte, au fond.

Alors, avec la joie des retrouvailles, la joie des fêtes, des échanges de cadeaux, je vous souhaite d’éprouver de nouveau la joie de la confiance, le bonheur du courage et cette humble discrétion hors de laquelle notre société ne se construira jamais tout à fait bien.

Bon Noël à tous !

Joie de cette nativité du Christ parmi nous !

Benoît RIVIERE

Évêque d’Autun, Chalon, Mâcon

JEUX DE SAÔNE-ET-LOIRE : La flamme est passée par Mâcon

Jeudi en fin d’après-midi, une douzaine d’élèves des collèges St-Exupéry et Notre Dame, accompagnés d’Elise Cabaton, présidente du Comité de l’UNSS, ont emmené la flamme des 9es Jeux de Saône-et-Loire de l’esplanade Lamartine jusqu’à l'hôtel du Département où les attendait une délégation.

GRAND SITE DE SOLUTRÉ-POUILLY-VERGISSON : L’Été en fête avec plus de 130 rendez-vous

Le département de Saône-et-Loire et l’équipe du Grand site de France ont lancé ce jeudi soir la saison estivale et dévoilé la programmation complète. Une nouvelle fois, il y en aura pour tous les goûts et tous les âges, avec quelques nouveautés à découvrir.

MÂCON : L’Amicale féline du Val Lamartinien lance un appel au bénévolat et à l’adoption

L’association de protection des chats continue son action sur le territoire mâconnais. Accompagnés par plus de 160 adhérents, mais seulement 6 bénévoles, Nicole et Michel Glatz, présidents, recherchent activement des familles pour leur prêter main forte et aider les chats abandonnés de la ville. 

MÂCON - Lycée René Cassin : Ils inventent le 6ème doigt !

Découvrez vite leur belle invention, qui leur a valu un podium aux olympiades régionales des sciences de l'ingénieur.

PHOTOS - Fête du jeu à Mâcon : Carambar, roudoudou, mistral gagnant ? (2)

La suite de notre reportage photos sur la fête du jeu ce mercredi 25 mai

PHOTOS - Fête du jeu à Mâcon : Carambar, roudoudou, mistral gagnant ?

Un après-midi sans console, ordi ou télé c’est possible !

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-AGGLOMÉRATION : Une exposition itinérante sur les violences éducatives à l’enfance

Lundi, la direction de la petite enfance de la MBA a lancé son projet de sensibilisation sur le thème des violences éducatives ordinaire (VEO) dans le cadre du schéma départemental des services aux familles de Saône-et-Loire.

FESTIVAL MÂCON WINE NOTE ? : Plus de 4 700 entrées et 16 000 dégustations !

Après deux années d’absence, ce fut un retour en fanfare pour les Mâcon wine note ? 9ème du nom

MÂCON : Le collège Robert Schuman en musique et en poème à l’occasion de l’après-midi « Vivre ensemble »

Ce vendredi, la cour du collège mâconnais était en feu à l’occasion de l’après-midi « vivre ensemble ». Un événement fédérateur, sous la musique et les vers, le projet est réalisé dans le cadre de l’action « TOUS ENSEMBLE » réalisée chaque année sur l’établissement, afin de prôner le vivre-ensemble et la mixité culturelle.

FESTIVAL MÂCON WINE NOTE ? : À la santé des vins Mâcon !

C’est parti pour le festival des Vins Mâcon après deux années d’interruption. 26 cuvées sont à déguster sur l’esplanade jusqu’à 1h00 ce soir. Et rebelote samedi dès la fin de l’après-midi.

MÂCON - Ecoles qui chantent : place aux enfants du CP au CM2 !

Le théâtre de Mâcon a accueilli ce mardi la deuxième représentation des rencontres « Écoles qui chantent ».