samedi 25 juin 2022

Au 1er janvier 2023, les tickets de caisse et de banque ne seront plus remis que sur demande expresse du client. Un décret en cours d’élaboration détermine les exceptions à cette règle et les associations de consommateurs ont été consultées sur le texte de ce projet.

 

Communiqué de la Confédération Nationale du Logement 71 :

Le projet de décret proposé précise en particulier les exceptions à la règle générale de suppression des tickets de caisse et la CNL constate avec satisfaction que certaines précisions tiennent compte des situations relatives à la garantie légale des équipements électroménagers et électroniques ainsi que l’utilité d’éditer et de remettre au client le ticket bancaire lorsque l’opération n’a pas aboutie. Ces exceptions protègent les droits des consommateurs.

Toutefois, nous émettons un certain nombre de remarques :

En particulier dans les grandes surfaces, la suppression du ticket de caisse ne permettra plus au consommateur, de vérifier la conformité de la facturation avec le prix affiché en rayon et ce d’autant que le prix qui s’affiche en caisse n’est pas visible par le client et s’il l’est, la rapidité avec laquelle les caissières débitent les produits ne permet pas en même temps de vérifier et de dégager la piste de caisse. Or une enquête de la DGCCRF de 2016 relève que 8% des articles sont facturés à un prix différent de celui affiché dans les rayons (chiffre constant). Certes le consommateur connecté pourra le faire à domicile mais pas les consommateurs qui ne sont pas connectés et qui n’auront donc aucun moyen de contrôle. La CNL estime que cette situation pourrait, au-delà des erreurs involontaires, entrainer des situations de fraude organisée dont le consommateur fera les frais.

Le cas des achats qui peuvent être échangés n’est pas abordé alors que le vendeur va exiger une preuve d’achat pour rembourser ou échanger le produit. Il en sera de même si l’objet de l’achat se révèle défectueux, comment le consommateur pourra-t-il prouver que l’achat a bien été réalisé là où il demande l’échange ou le remboursement.

Il convient également de tenir compte du remboursement des rappels de produits, le client n’ayant plus de preuve d’achat, il conviendrait de prévoir qu’ils doivent être remboursés dans n’importe quel magasin sans exigence du ticket de caisse et quelles que soit les différences de prix pratiqué dans les magasins.

L’article D 541- 345 du projet de décret prévoit fort utilement que le client doit être informé à l’endroit où s’effectue le paiement, par voie d’affichage lisible et compréhensible, que le ticket de caisse ne sera imprimé que s’il le demande expressément. Mais aucune indication ne prévoit pas à quel moment le consommateur doit effectuer cette demande. Il conviendrait de prévoir qu’il peut le faire jusqu’au dernier moment de l’enregistrement des produits achetés afin que ce consommateur ne se trouve pas devant un refus s’il demande son ticket de caisse au moment où la facturation est terminée et qu’il paie son achat.

A ce sujet, ne pourrait-on prévoir la mise en place d’un dispositif manuel simple, présent au moment du paiement et sur lequel le consommateur indique clairement s’il souhaite l’impression de son ticket de caisse ou s’il en accepte la non- impression ?

Il conviendrait même de faire en sorte que, dans les premiers mois de la mise en application de la loi, la personne qui enregistre l’achat demande clairement au client s’il désire un ticket de caisse.

Encore une fois, les personnes non connectées ne sont pas véritablement prises en compte et protégées et la dématérialisation les laisse de côté.

Un autre problème est celui des données personnelles des clients connectés :

Il conviendrait de rappeler aux établissements vendeur que le RGPD les oblige à demander le consentement de leurs clients avant de collecter leurs données. Il les oblige également à informer les clients de la manière dont ces données seront exploitées.

Au-delà du décret proprement dit, la CNL attire l’attention sur le fait d’utiliser la voie électronique pour l’enregistrement des tickets de caisse sur le matériel du client, amène un second problème, celui de la sobriété numérique, les courriels sont pratiques, mais ils ont un coût de fonctionnement.

Chaque courriel traité consomme de l’électricité. Celle-ci, utilisée non seulement pour faire fonctionner l’ordinateur, le serveur, le stockage des données et les routeurs, mais aussi pour fabriquer les équipements, représente une production importante et régulière tout au long de l’année.

Pour créer cette électricité, des centrales électriques à combustibles fossiles brûlent des combustibles tels que le charbon, le pétrole ou encore le gaz. Inévitablement, par ce procédé industriel, elles émettent de grandes quantités de dioxyde de carbone, NOx des oxydes, furanes, micro-particules qui sont rejetées dans l’air. En conséquence, cette activité, énorme à l’échelle mondiale au vu du nombre quotidien d’échange de mails, accélère le réchauffement climatique.

C’est pourquoi, dématérialiser les tickets de caisse pour ensuite les envoyer par mail, ne fait que déplacer le problème environnemental. Puisque les papiers qui polluent sont remplacés par des mails récoltés pour leurs données personnelles et qui plus est consommateurs d’énergies polluent.

La CNL se tient à la disposition des consommateurs (locataires, copropriétaires, accédants à la propriété)

 

Pour la contacter ? Une adresse postale :

Confédération Nationale du logement

Fédération de Saône-et-Loire

B.P. 46 - 71302 Montceau-les-Mines Cedex

Un n° de téléphone : 03 85 58 07 81 (les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14 h à 17 h)

Une adresse e-mail : cnl@cnl71.fr

 

LEGISLATIVES EN SAÔNE-ET-LOIRE : Les résultats circonscription par circonscription

Jusqu'à 56,47 % d'abstention, sur la circonscription de Chalon-sur-Saône ! Le département compte 5 circonscriptions. 4 sortants ont été réélus.es hier.

LÉGISLATIVES - Benjamin Dirx : « Je serai le député de l'ensemble des citoyens de la circonscription »

Il a annoncé un premier projet de loi sur lequel les députés vont se prononcer très rapidement : le projet de loi anti-inflation

LÉGISLATIVES : 15 mesures incontournables de Femmes solidaires 71 pour l’égalité femme-homme

« Nous, Femmes Solidaires de Saône et Loire, association féministe, laïque, universaliste et abolitionniste de la prostitution, demandons aux candidat-e-s aux élections législatives des 12 et 19 juin de s’engager dans le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. »

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : L'association P.R.E.S.E.N.C.E. de Loché interpelle les candidats sur la révision du PLU

Actualisé - L'association est vent debout contre le projet de révision du PLU de Mâcon, dont Loché est une commune associée et donc directement concernée. Philippe Radal, son président, et Jean-Paul Marchal, membre du Bureau, ont interpellé les candidats aux législatives par une lettre qui leur a été adressée et dont voici le contenu :

POLITIQUE : Jean-Philippe Belville (LR) passe dans l'opposition au conseil municipal de Mâcon

Conseiller municipal de la Majorité depuis 2020, il explique sa décision dans un communiqué.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : « Le Rubicon a été traversé » estime J.-P. Belville (LR)

Le délégué de circonscription Les Républicains réagit au soutien annoncé de Jean-Patrick Courtois à Benjamin Dirx aux prochaines législatives

LÉGISLATIVES : 6 propositions, 2 questions de la part de l'association Agir pour la laïcité

L'association adresse une lettre ouverte à tous les candidats.es de Saône-et-Loire

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Vous reprendrez bien un peu de campagne

A trois semaines du premier tour des législatives, macon-infos a suivi les candidats en campagne à Mâcon ce samedi. A voir également, la liste provisoire de l'ensemble des candidats pour la 1ère circonscription.

Législatives en Mâconnais-Clunisois : Aurélien Dutremble (RN) lance officiellement sa campagne

C'est aux côtés de Rachel Drevet, sa suppléante, qu'il va conduire sa première campagne législatives. « Nous sommes les candidats de la vérité » a-t'il affirmé au cours d'une rencontre ce jeudi après-midi, assumant le « seul contre tous ».

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Valérie Gaudillère, suppléante de Christophe Juvanon (Les Républicains)

Le candidat LR de la première circonscription de Saône-et-Loire a également présenté ses soutiens et dévoilé son programme.

POLITIQUE - Législatives : La NUPES, union de la gauche, une réalité aussi pour le Mâconnais-Clunisois

Mieux vaut tard que jamais dit l’adage. J.-L. Mélenchon, arrivé 3ème à la présidentielle, a pris le pari de devenir Premier ministre grâce à un succès de l’Union populaire écologique et sociale aux prochaines législatives, union de la gauche dont le candidat est Patrick Monin sur la 1ère circonscription. Celui-ci lançait sa campagne vendredi à la salle Pavillon.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : Benjamin Dirx (LREM) fait valoir son bilan

Lors d’un entretien accordé à macon-infos, l’actuel député de la 1ère circonscription de Saône et Loire a affirmé sa volonté de poursuivre les efforts entrepris et menés lors du quinquennat d’Emmanuel Macron.

LÉGISLATIVES : Les Républicains de la 1re circonscription en ordre de bataille pour la défense du Mâconnais

Mardi, Jean-Philippe Belville, délégué LR de la 1re circonscription du Mâconnais Clunisois, avait donné rendez-vous à ses adhérents et militants pour donner le coup d’envoi des élections législatives. Et ce, dans la suite des investitures décidées le week-end dernier par les instances nationales du parti.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : Ce sera Patrick Monin (EELV) pour l'Union populaire écologiste et sociale

Le maire d'Azé aura Catherine Amaro (LFI), conseillère municipale à Mâcon, pour suppléante.

POLITIQUE - Législatives : Quatre investitutures pour la Majorité présidentielle en Saône-et-Loire

Pour l'heure, 450 candidats.es sont investis par la Majorité présidentielle en France. Olivier Véran a été investi aussi, tout comme Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin, Elisabeth Borne... mais pas en Saône-et-Loire bien sûr.

POLITIQUE : Les Départements de France veulent une meilleure collaboration avec l'État

Par la voix de son président François Sauvadet, élu de Bourgogne, l'association d'élus rappelle que, dans un pays fracturé, les Départements sont aussi les « garants de l'équilibre ville-campagne »