lundi 8 août 2022

Ce samedi 2 juillet, Femmes Solidaires 71 et le comité de Mâcon appellent à un rassemblement sur l’esplanade Lamartine à 14 h 30 en soutien avec les Femmes des US qui voient le droit à l'avortement dans plusieurs états remis en cause suite à l'arrêté de la Cour Suprême. Et en soutien également à toutes les Femmes qui voient ce droit remis en cause ou aboli dans leur pays, et pour la préservation de ce droit et l'inscription dans notre constitution française.

 

Communiqué :

L’avortement est un droit constitutionnel

Les femmes du monde entier ne le savent que trop bien : un droit n’est jamais acquis en patriarcat, il n’est jamais que le fruit d’un rapport de force. Les Américaines en font actuellement la brutale expérience : la Cour suprême américaine, l’équivalent de notre Conseil Constitutionnel, vient de revenir sur l’arrêt Roe vs Wade qui garantissait une protection fédérale du droit à l’avortement.

Six juges sur les neuf ont voté contre la reconnaissance nationale du droit à l’avortement.

Concrètement, cela signifie que chacun des 50 Etats américains peut décider s’il autorise ou non les femmes à avorter. Les conséquences dramatiques de cette décision ne se sont pas fait attendre : neuf Etats ont déjà interdit l’avortement, et huit d’entre eux l’ont fait dans les six heures qui ont suivi l’annonce de la Cour suprême.

Femmes solidaires, mouvement féministe, laïque et universaliste, manifeste son soutien sans condition aux femmes américaines. Notre solidarité, notre sororité leur sont acquises. Cette décision remet gravement en cause la séparation déjà ténue entre l’Eglise et l’Etat aux Etats-Unis. Car c’est bien au nom des convictions religieuses des chrétiens fondamentalistes que l’avortement est interdit. Une fois encore, nous mesurons l’importance de la laïcité pour les droits des femmes.

A ce titre, Femmes solidaires tient à rappeler que cette décision de la Cour suprême ne va pas empêcher les avortements ; elle va empêcher qu’ils soient pratiqués dans des conditions sûres pour les femmes. L’interdiction de l’avortement va, de fait, tuer des femmes dont la mort est évitable, en les contraignant à avorter dans des conditions dangereuses.

L’un des juges conservateurs de la Cour suprême, Clarence Thomas, a par ailleurs exprimé son souhait que la Cour se penche ensuite sur le droit à la contraception et les droits des personnes

LGBT+ (dont le droit d’avoir des relations sexuelles consenties entre personnes de même sexe et le droit de se marier). Une page sombre de l’histoire américaine s’ouvre, et avec elle, un rappel glacial : le populisme ne prend jamais le pouvoir sans conséquences catastrophiques pour la population. En effet, la décision de la Cour suprême a été rendue possible par Donald Trump qui, en nommant à la Cour trois juges ultraconservateurs, a fait de cette institution un bastion réactionnaire qui a toute latitude pour attaquer les droits fondamentaux de la population. La même semaine, le Brésil de Bolsonaro a refusé à une petite fille de 11 ans, victime de viol, le droit d’avorter. En réponse à cette attaque des populistes, le gouvernement français a annoncé qu’il soutiendrait un projet de loi visant à faire du droit à l’avortement un droit constitutionnel. Le gouvernement canadien, lui, a annoncé qu’il accueillerait sur son sol les femmes américaines qui souhaitent avorter. Nous saluons ces décisions qui contribuent positivement au rapport de force à l’échelle internationale.

Les conservateurs, quoi qu’ils en disent, ne sont pas du côté de la vie : ils ont fait le choix de la haine, de la violence et de la mort. Femmes solidaires l’affirme sans ambigüité : partout où ils seront, de nos quartiers aux Nations unies, ils nous trouveront face à eux.

 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Appel à projets de la Fondation Orange pour l’inclusion numérique des jeunes

Les associations d’insertion peuvent déposer leurs projets autour du numérique jusqu’au 18 septembre.

MÂCON - Révision du PLU : Avis défavorable de la commission d'enquête publique

Nommée par le président du tribunal administratif, la commission d'enquête, composée de trois commissaires enquêteurs, a travaillé du 31 mai au 1er juillet 2022.

BOURGOGNE : Les douaniers saisissent 7,76 kg de cocaïne à Brognon

La brigade des douanes de Dijon a réalisé une nouvelle interception de produits stupéfiants.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le département placé en vigilance orange canicule

Et ce à compter de ce mercredi 3 août après-midi, avec des températures pouvant atteindre les 38 degrés localement.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Près de 90 000 personnes vivent dans une structure collective

Internats scolaires, casernes militaires, maisons de retraite... 3,2% de la population de la Bourgogne-Franche-Comté vit dans une communauté selon une enquête de l'INSEE.

BOURGOGNE : On pourra voir l'ISS ce dimanche soir

Rendez-vous à la tombée de la nuit

MÂCON : La Grisière dans une forme olympique (2)

La suite de notre reportage photos

AZÉ : La 60e édition de la foire est lancée !

C’est parti pour quatre jours de foire ! Ce vendredi soir, l’avenue des plantages et le centre-bourg du village étaient en fête avec l’ouverture de la foire commerciale.

MÂCON : Parc Saône Digitale, la formidable transition d’une friche industrielle en un « poumon vert »

Le nouveau parc urbain, Saône digital, a ouvert ses portes ce lundi 25 juillet. Lors de son inauguration une semaine auparavant, le maire de Mâcon a présenté ce nouveau lieu comme « un véritable poumon vert voué à devenir un rendez-vous privilégié pour les familles mâconnaises. »

CHARNAY : L’accueil de loisirs bat son plein

Déjà plus d’une centaine d’enfants accueillis en juillet !

AZÉ : Quatre jours de fête et de foire ce week-end !

Azé en Foires aura lieu ces vendredi 29, samedi 30, dimanche 31 juillet et lundi 1er août. Quatre jours et trois rendez-vous gratuits au programme sur l’avenue ombragée des Platanes.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Un nouveau pont rail à Chagny, sur la ligne SNCF Dijon-Nevers-Tours-Montchanin-Paray le Monial

SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de remplacement du pont ferroviaire franchissant la Dheune à Chagny pour un montant de 5,2 M financés par SNCF Réseau.