dimanche 24 septembre 2023

 

C'est un « bon père de famille », Mâconnais de 32 ans, qui comparaissait cet après-midi devant le tribunal correctionnel. Bon père, pas tous les jours mais presque... Et samedi, quand sa compagne l'a vu avec sa serpette, elle a pris peur, au point d'aller se réfugier dans la supérette où elle travaille.

 

 

Un bon père de famille en effet, sauf une fois par semaine, le vendredi après-midi en général, quand il prend sa cuite avec des copains. Il va vite se coucher en rentrant pour ne pas que ces tout jeunes enfants (3 et 4 ans) le voient dans cet état.

 

Samedi, alors qu'il retrouvait sa compagne et ses enfants pour rentrer à la maison, il l'a traité de tous les noms. Les fils étaient dans la poussette... D'après la compagne, il avait une serpette dans la poche. Elle a pris peur et a décidé de se rendre à la supérette pour acheter à manger. Il lui a donné sa carte bancaire et elle est partie.

 

Une fois là-bas, la patronne a vu tout de suite que quelque chose n'allait pas. La compagne, effrayée, paniquée, s'est épanchée. Sa patronne lui a vivement conseillé d'appeler la police, ce qu'elle s'est résolue à faire.

 

Les policiers se sont rendus chez elle - donc chez eux - et ont constaté que la serpette était sur la table du salon...

 

Il est interpelé et placé en garde vue. Il refuse d'abord de se soumettre au test d'alcoolémie, puis fini par obtempérer quelques heures plus tard. « Nous avions bu une bouteille de whisky à quatre. J'étais ivre, oui, et j'ai été insultant, c'est vrai, mais je ne l'ai pas menacé avec la serpette, c'est faux » affirme-t'il. « Comme j'ai l'alcool mauvais, elle a dû avoir peur, je comprends. » Insultes donc, mais aucun coup porté ni menaces proférées se défend-il. « Oui, j'ai un problème avec l'alcool. Je veux m'en sortir. J'aime mes enfants et je m'en occupe beaucoup, surtout depuis qu'elle travaille. »

 

 

« C'est un bon père, il est très présent, même plus que moi, je veux pas le charger, je veux bien qu'on vive ensemble » fait-elle dire par son avocate. Elle ne demande d'ailleurs aucun dommages et intérêts, simplement qu'il prenne conscience de la situation. Elle veut des solutions et protéger ses enfants.

 

 

Mais alors pourquoi une comparution immédiate, censée juger les infractions les plus lourdes dans un délai très rapide (les faits datent de samedi) ? Parce que notre homme a un casier judiciaire bien rempli... Douze condamnations, dont cinq pour vols et extorsion, la première remontant à 2008. Il a déjà été condamné pour violence sur conjoint en 2016, et terminait une autre peine en avril 2022 (avec bracelet électronique). Depuis, il semblait reprendre le bon chemin, vivait à nouveau avec sa compagne depuis 3 mois. Seulement voilà, elle a trouvé du travail, pas lui... blessure narcissique ? Sans doute.

 

Par ailleurs, « insulter la mère de ses enfants devant eux fait risquer de perdre l'autorité parentale » lui indique la procureure. À l'énonciation de ce fait-là, il s'énerve. Ces fils sont ce qu'il y a de plus importants pour lui. La procureure enchaîne en lui précisant que, justement, elle ne requiert pas le retrait de l'autorité parentale. Il se calme aussitôt. Elle requiert néanmoins 10 mois de prison fermes, 3 mois avec sursis probatoire et mandat de dépôt.

 

 

Son avocate plaidera la bonne foi, le début du parcours de soin, la volonté réelle de s'en sortir, un homme engagé dans une démarche positive.

 

 

Le tribunal le déclare coupable des faits reprochés et le condamne à 8 mois fermes, mandat de dépôt mais, rapidement, aménagement de peine. Il la purgera chez son père, avec bracelet électronique. Il a évidemment obligation de soin.

 

Rodolphe Bretin

 

BOURGVILAIN : Elle a maintenu son conjoint en vie, victime d'un arrêt cardiaque à 35 ans

Aurélie, encore éprouvée par ce moment très difficile, a bien voulu raconter son histoire, pour aider.

MÂCON - Violences urbaines : Jean Patrick Courtois, au chevet d'une victime, appelle au calme

Samedi matin, le maire s’est rendu au salon Ongle création, touché violemment par les émeutes de la nuit dernière, afin d’apporter son soutien.

MÂCON : À nouveau des violences urbaines cette nuit

La soirée du 30 juin au 1er juillet a été de nouveau perturbée par des épisodes de violence sporadiques, essentiellement concentrés sur la ville de Mâcon.

MÂCON : Des dégâts et destructions considérables cette nuit commis par les casseurs

Saugeraies, Marbé et La Chanaye. Trois quartiers dans lesquels les émeutiers ont violemment sévi hier soir en début de nuit.

MÂCON : Tensions et feux à Marbé et aux Saugeraies, une école touchée aux Saugeraies

Actualisé : 109 policiers et gendarmes ont été mobilisés sur le département, 248 pompiers engagés. Le communiqué de la préfecture. ACTUALISÉ À 10H15 : La Ville de Mâcon s’exprime suite aux incidents survenus la nuit dernière

SAÔNE-ET-LOIRE : Privé d’électricité pour avoir confirmé son refus du compteur Linky… une première en France

C’est ce qui vient d’arriver à un habitant de la Chapelle du Mont de France, petite commune de Saône-et-Loire à proximité de Cluny...

MÂCON : Ivre, il frappe sa compagne au sol à coups de poing dans la figure

N.A.-S. avait bu plus que de raison et s’en est pris à sa compagne, mère de son fils, qui lui demandait de partir. Incarcéré depuis dimanche pour l’avoir frappée et blessée samedi à 1h00 du matin, il était jugé dans le cadre d’une comparution immédiate. Et pour cause…

MÂCON : Une gifle, un coup de poing et un couteau à fromage dans la main…

Histoire de violence conjugale encore ce 11 juin dernier. L’épouse a porté plainte le 15 juin. Le mari a été interpellé et incarcéré le 16 juin. Il comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon.

SAÔNE-ET-LOIRE : Et l’on reparle du loup…

Alors qu’un grand canidé a été photographié dans un pré à Essertenne dans le Creusotois aujourd’hui 31 mai, à l’aube, le préfet de Saône-et-Loire a de nouveau invité les éleveurs à se protéger.

SAÔNE-ET-LOIRE : La jeunesse à fond la caisse sur les routes du département...

Cinq jeunes ont été attrapés par les gendarmes ce deux derniers jours

MÂCON : Jugé vendredi pour violences sur sa compagne en décembre, il est interpellé à la sortie du tribunal pour récidive le 3 mai

Le jeune Y.C., 22 ans, comparaissait ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Mâcon dans le cadre d’une comparution immédiate.

RCEA-RN79 : 4 personnes à fond la caisse ce week-end à hauteur de Milly-Lamartine

Deux d'entre elles se sont faites attrapées au même moment, au même endroit et avec la même voiture...

SAÔNE-ET-LOIRE : Un loup abattu mercredi soir près de Charolles

Actualisé : le communiqué de la préfecture

RCEA-RN79 : Une pointe à 208 km /h à hauteur de Milly-Lamartine

Un deuxième excès de grande vitesse était constaté par les gendarmes samedi au même endroit et au même moment. 

VARENNES-LES-MÂCON : Les gendarmes en nombre mardi après-midi aux abords de la RD 906

Ce n'était pas un contrôle routier... ACTUALISÉ vendredi à 22h30 : Les deux hommes interpellés mardi ont été jugés ce vendredi après-midi. 

TRIBUNAL DE MÂCON : « On s'insulte mutuellement, on se met des claques »

C'est un « bon père de famille », Mâconnais de 32 ans, qui comparaissait cet après-midi devant le tribunal correctionnel. Bon père, pas tous les jours mais presque... Et samedi, quand sa compagne l'a vu avec sa serpette, elle a pris peur, au point d'aller se réfugier dans la supérette où elle travaille.