lundi 19 novembre 2018
  • MARCHE PLAISIRS GOURMANDS MACON 20183 - 1.jpg
  • encart-maconinfos-270x410.jpg
  • BURN OUT PARENTS CD.jpg

NICOLASLAMBERTMACON.jpg

 

Nicolas Lambert, metteur en scène, acteur et auteur français décapant présente au public mâconnais son dernier spectacle, « Le Maniement des Larmes », ces 15 et 16 octobre au théâtre. Il a dévoilé pour Mâcon-Infos des détails surprenants sur les coulisses de ses spectacles de théâtre-documentaire si polémiques. Un entretien... désarmant !


Vous avez réalisé ce dernier spectacle sur l’industrie française de l’armement à Mâcon en partie. Quelle est votre philosophie ?

On a eu deux résidences ici, des moments très importants du spectacle. On en a eu deux autres, une chez moi dans le Charollais, une autre en région parisienne. Ici on a finalisé tout le dispositif. On a préparé ce spectacle pour les grandes scènes nationales, comme c'est le cas ici, mais aussi pour des lieux plus petits parce qu’on veut se mettre à la disposition de toutes les personnes qui ont envie de voir ce spectacle et pour qui n’existe pas ce cadre Scène nationale pour le programmer. Le monde du théâtre ne va pas bien vous savez, il y a beaucoup de théâtres qui ferment en ce moment, et surtout beaucoup de salles de théâtre publiques. Elles représentent des lignes budgétaires qui n’intéressent pas vraiment ceux qui les mettent à disposition. Il y a des spectacles que je ne peux pas jouer dans des villes, des départements ou certaines régions.

Ah oui, lesquels et pour quelle raison ?

On a fait un petit récapitulatif avant d’entamer la diffusion de ce spectacle et, par exemple, en Provence Alpes Côte d’Azur, on n'y met pas les pieds. Ça dépend des spectacles mais, pour celui sur le nucléaire, on sait qu’on ne peut pas le jouer en Normandie. C’est une interdiction parce qu’on remet en question le nucléaire. En gros, ce n’est pas dit comme ça, mais on me l’a fait savoir : "si je te fais venir, AREVA va renoncer de financer ce truc ou ce festival". Je ne vais pas nommer les gens parce qu’ils ne sont pas heureux de cela. Je sais qu'AREVA a fait ce chantage à pas mal de monde. ErDF aussi, pourtant un sponsor important de la culture en France... Je ne m’étonne qu’ils ne nous financent pas. Ce qui est embêtant, c’est que le service public s'amenuise parce que les financeurs de théâtre d’aujourd’hui sont de plus en plus des groupes comme ça. Si on laisse des industriels nous dire ce que l’on peut dire, vous voyez ce que je veux dire… Or, c’est à ça que sert le service public selon moi, ne pas être liés aux industriels, aux gens qui sont aux manettes de l'économie globale. Ici en Saône-et-Loire, on est en train de re-laisser les maîtres de forges décider de ce qu’on peut dire.

Dans ces conditions, quelle programmation pour ce spectacle après les représentations de Mâcon ?

On pensait le jouer dans deux ou trois lieux qui nous ont fait confiance, mais ces théâtres soit ont disparu, soit la direction a été virée, notamment à l’occasion des dernières élections municipales. Les « enquiquineurs » qui dirigeaient ces théâtres, qui en plus font des propositions artistiques qui mettent en cause le "votez pour nous", on ne va évidemment pas leur laisser une ligne de budget. On préfère transformer la place en salle de fêtes. Ce spectacle va quand même se jouer aussi à Paris dans un théâtre, « Le grand parquet », qui n'existera plus à la fin de l’année suite à une fusion. J’espère que les gens viendront là pour découvrir le spectacle et le programmer chez eux.

Il y aura aussi un livre ?

Oui, une fois que le texte de la pièce seront terminés, on fera le travail avec un journaliste d’investigations qui bosse sur le sujet de l’armement et avec lequel j’ai travaillé sur la documentation de ce spectacle là : Karl Laske, de Mediapart.
Quand on voit le spectacle, la mise en scène aide à faire passer plein de choses. Quand on a un texte pour un bouquin, on essaye de l’agrémenterpar un vrai travail journalistique. Chaque fois qu’une chose est sous entendue dans le spectacle, pour le livre, on fait des pages de plus pour approfondir le sujet. Il y aura aussi des illustrations de Otto T (Thomas Dupuis, ndlr).

Combien de temps et comment avez-vous travaillé sur ce spectacle ?

J’ai commencé la série des trois spectacles (« Elf, la Pompe Afrique », « Avenir radieux – une fission française » et « Le maniement des larmes ») en même temps, en 2002-2003. Chaque fois, il m’a fallu un ou deux ans pour me documenter, comprendre le sujet, j’ai fait des visites, des reportages dans plusieurs lieux, des salons de l’armement. C’était un peut délicat parce qu’il y a des endroits comme les universités d’été de la Défense, riches en informations mais dont on ne peut pas tirer grand-chose. Quand tu es là en tant que journaliste, tu signes un papier qui t’engage à ne pas sortir de propos de ce que tu entends là. Je suis allé alors dans d’autres directions pour réussir à raconter un petit peu.

Quoi qu'il en soit, chaque spectacle a la prétention de parler d’un seul sujet, en 12 milles mots pour un spectacle qui dure 2 heures, en trois parties. Ça permet de dire deux ou trois choses mais pas de couvrir tout le sujet. On peut quand même faire comprendre aux spectateurs ce que cela signifie pour la France d’être un des plus grands exportateurs d’armes au monde.

La période de documentation a dû être assez palpitante ?…

Oui. Quand j’ai travaillé sur le nucléaire, le sujet était très proche de l’armement. Car les nucléaires civil et militaire sont deux facettes de la même médaille. Ça m’a permis de voir les coulisses des négociations sur le désarmement à New York, à l'ONU, ou au salon d’armement au Bourget. Ça permet parfois de toucher du doigt des choses et de voir que la France est une des grandes puissances de l’armement.

J’ai été à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Je me suis rendu compte que ces deux endroits ne sont pas idéal pour poser des questions, alors que l’armement est un domaine très important. J’ai cet exemple de la Suisse où les autorités confédérales ont voulu acheter des avions de chasse. Mais des doutes sur le prix d’acquisition ont fait surface. Un débat public a commencé et la population a sollicité un référendum sur l'opportunité du contrat, qui a finalement été annulé. C’est inimaginable une telle chose en France. Des telles questions ne vont même pas au Parlement, qui n’a pas les moyens d’avoir une opinion sur ce qui est décidé par le Ministère de la Défense. C’est le président de la République qui décide. C’est pareil quand on bombarde des gens à tel ou tel endroit de la planète comme les derniers présidents français l’ont fait : on le dit aux parlementaires après coup ! J'estime que l'on peut parler de démocratie dans le cas suisse, pas dans le cas français.

Vous voulez changer cette situation avec vos spectacles ?

Il y a des pans entiers de notre vie qui, me semble-t-il, sont hors du circuit démocratique. C’est cela que je veux raconter à travers ces trois spectacles sur le pétrole, le nucléaire et l’armement. A l’aide de la mise en scène, on plonge dans le bruit du monde et on essaye de voir comment les choses se combinent, de structurer une réflexion. Dans une démocratie, c’est bien le peuple qui a le rôle principal. Et la chance de ce pays, c’est qu’il y a encore quelques  espaces de service public comme le théâtre de Mâcon où l'on peut jouer notre rôle. Il ne faut vraiment pas laisser ces espaces disparaître.

 

Recueillis par Cristian Todéa

SYMPHONIES D'AUTOMNE : On connaît les noms des demi-finalistes du concours international de chant

collage quarts finale.jpg
Les quarts de finale du concours international de chant qui ont eu lieu ce mardi au conservatoire Edgar Varèse de Mâcon ont été disputés par 42 chanteurs et chanteuses originaires des quatre coins du monde.

THÉÂTRE : "Qui Vive", un conte musical, pétillant et touchant, pour la plus grande joie des enfants !

Qui Vive.jpg
Dans le cadre des Symphonies d'automne, le Théâtre - Scène nationale de Mâcon a accueilli la Compagnie Articulture, qui a présenté ce mardi, sa nouvelle création : « Qui Vive », aux enfants des écoles maternelles.

CRESCENT JAZZ : Une sortie d’album électrique avec le groupe Tök (Photos & Vidéo)

Collage Tôk Crescent.jpg
Le batteur Daniel Jeand’heur et ses amis musiciens ont choisi le club de jazz de Mâcon pour peaufiner et ensuite présenter leur seulement deuxième album, « Tôk 2 - Sitting with bull ».

MACON : La Cave à Musique a fait carton plein avec sa nuit électro !

Collage Exoria.jpg
En invitant Exoria, le succès était assuré. Quelques heures avant l'ouverture, l'événement affichait complet.

MÂCON - Cirque en fête : Pleins feux sur le Cirque Médrano

Médrano.jpg
Venu en famille pour la plupart, le public était impatient, samedi, de découvrir le spectacle présenté, cette année, dans le cadre des 10 ans du « Cirque en fête ».

THÉÂTRE - MJC de l'Héritan : Le Souffleur de théâtre, éblouissant !

Souffleur Théâtre.jpg
Jean-Michel Debarbat et ses superbes marionnettes géantes ont conquis le public de la MJC de l'Héritan vendredi soir, lors de la représentation du magnifique spectacle « Le Souffleur de Théâtre ».

MÂCON : Une soirée très rock’n’roll à la Cave à Musique !

Collage concerts cave à musique.jpg
Yarol Poupaud et son groupe Black Minou avec, en ouverture, le trio « Thé vanille », ont créé une ambiance « électrique » ce samedi soir, à la Cave.

JAZZ : Les contes musicaux de Diaspora 5tet sur la scène du Crescent

Collage diaspora concert.jpg
Le public présent vendredi soir au club de jazz de Mâcon a pu découvrir un groupe de jeunes musiciens talentueux venus de Lyon et qui avaient préparé son concert en résidence au Crescent.

CRESCENT JAZZ CLUB : Le groupe « Jet4tet » a fait plaisir au public mâconnais

IMG_6493.JPG
Les musiciens du groupe français « Jet4tet » ont choisi le public mâconnais pour présenter leur tout premier album.

SCÈNE NATIONALE DE MÂCON : Début de saison « cosmique » avec Thierry Balasse et la compagnie Inouïe

Collage Cosmos 1968.jpg
Le spectacle « Cosmos 1969, la bande musicale de la mission Apollo 11 » a emmené les spectateurs dans le voyage du premier homme qui a mis le pied sur la Lune.

PHOTOS : Un hommage théâtral éblouissant à la Roche de Solutré

HOMMAGE GRANDE DAME ROCHE SOLUTRE - 31.jpg
macon-infos a assisté à la totalité du spectacle "Hommage à la Grande dame : en piste !" ce dimanche. La suite de notre reportage photos.

SOLUTRÉ : Un hommage grandiloquent à la Grande dame, pour défendre le label Grand site de France !

HOMMAGE 2018 ROCHE SOLUTRE.jpg
La troupe amateur, emmenée par l’excellent Thomas Volatier, et composée tout spécialement pour cet hommage estival et annuel à la Roche de Soluté, a livré son jeu ce dimanche au pied de la roche. Eblouissant !

ETE FRAPPE 2018 : Hommage aux "Chanteurs Disparus" avec Génération Musique

concert génération musique Mâcon 2.jpg
Le concert de reprises proposé par les interprètes de l’association Génération Musique était l’avant-dernier de cet été sur l’esplanade Lamartine.

CRESCENT JAZZ FESTIVAL : L’ouragan musical Coleman s’est abattu sur Mâcon, samedi soir

Crescent jazz Festival 2018.jpg
La dernière soirée du festival restera dans l’histoire grâce au concert spectaculaire du saxophoniste américain Steve Coleman et de son groupe « Five elements ».

CONCERT : L'orchestre symphonique de Mâcon rend hommage à la musique espagnole

Concert_orchestre_symphonique_07_07_20418_paysage0006.jpg
Rendez-vous incontournable de l'été frappé, l'orchestre symphonique de Mâcon, dirigé par Eric Geneste, a enchanté le public place Saint-Pierre ce samedi avec un magnifique concert dédié à la musique espagnole.

CULTURE : Le Crescent est à la recherche de nouvelles sources de financement

AG CRESCENT 18 (1).JPG
Les adhérents se sont réunis ce mardi soir au Crescent pour assister à l'assemblée générale de leur association.

MÂCON : Encore une belle soirée au Crescent !

CRESCENT 040518 (6).jpg
Retour en images sur la soirée de vendredi dernier.

MÂCON : 2 000 spectateurs au Spot pour Jamel Debbouze

JAMEL DEBBOUZE (12).jpg
Le public, qui n’était pas fait que de mâconnais, est venu en grand nombre pour le nouveau spectacle de Jamel Debbouze.

THÉÂTRE DE MÂCON - Le mois des drôles de dames : Inspiration Japon…

DSC_0027.JPG
Dans ce mois de mars, intitulé « Le mois des Drôles de Dames », le focus est porté sur la relation mère/fille. Une thématique abordée dans les deux spectacles présentées vendredi au théâtre de Mâcon par les compagnies Funrinkai et Li.

CULTURE : Mâcon Symphonie, demandez le programme 2018 !

AG MACON SYMPHONIES (1).JPG
Dans les locaux du conservatoire Edgar Varèse de Mâcon, à la salle Bach, Jacqueline Falconnet, membre du bureau, a présenté le bilan de l’année écoulée et les projets 2018 en assemblée générale de l’Association « Mâcon Symphonie ».

THÉATRE-SCÈNE NATIONALE / MOIS DES DRÔLES DE DAME : Plein succès pour « Un amour impossible »

THEATRE UN AMOUR IMPOSSIBLE (2).jpg
Le spectacle s’est déroulé vendredi dernier après la première partie avec Aléo ‘Live.

MJC HÉRITAN : Un millier de spectateurs aux Scènes Pop’

BILAN SCENES POP 2018 (4).jpg
Une semaine après la fin des spectacles, macon infos est allé à la rencontre du comité d’organisation pour réaliser un bilan « à froid ».

PHOTOS : Des Scènes pop renversantes à la MJC de l'Héritan avec le battle de hip-hop

BATTLE HIPHOP MJC HERITAN 99.jpg
Jeudi soir, la MJC de l’héritan s'est mis à l'heure du hip-hop en proposant un spectacle époustouflant : la troisième édition de battle régional de Hip Hop, organisée par Toufik Hajji.

MACON : « LA MAISON D’À CÔTÉ » un triller émotionnel, a fait « tilt » à la M.J.C. de l’Héritan

SCENES POP MJC HERITAN MAISON - 9.jpg
« La maison d’à côté » de Sharr White se présente comme un « triller émotionnel », une comédie qui tourne au drame…