dimanche 23 février 2020
  • 6 - pajama game THEATRE MACON2.jpg
  • Terre de jeux Macon Infos 270x410px.jpg
  • RENO IMMO MACON ACCUEIL 08022020 - 1.jpg

FPATRIAT2014OCTOBRE1.jpg

La promotion des produits bourguignons oui… Mais pas seulement.

Dans une interview à creusot-infos, François Patriat dit ses ambitions pour la Bourgogne et la Franche-Comté pour la plus grande vitrine agricole et viticole de France.

Comment la Bourgogne aborde-t-elle cette édition 2015 du Salon de l’Agriculture ?

«La Bourgogne a décidé d’effectuer une démarche commune avec la Franche Comté. Comment ? Symboliquement, nous serons les deux Présidents à se rendre sur chacun des stands pour présenter ce qui peut rapprocher les deux Régions dans une démarche tournée sur le développement et sur l’avenir».

 

La Bourgogne et la Franche-Comté devront-elles être rassemblées en 2016 sur un même stand ?

«Pourquoi pas. Je le souhaite et je vais le proposer. On gagnera à être unis dans une démarche commune de promotion de nos territoires. Et cela ne veut pas dire que nous perdrons notre identité. Mais nous sommes complémentaires. Avec les races charolaise et montbéliarde. Avec les chevaux de trait aixois et comtois, avec aussi beaucoup d’autres spécialités que nous avons intérêt à promouvoir ensemble. On doit juste remarquer que la Franche Comté est organisée en filières, ce qui est moins le cas de la Bourgogne».

 

La Bourgogne va montrer quoi en cette édition 2015 ?

«Des dégustations aux offres touristiques on pourra découvrir tout ce qui fait la Bourgogne. Avec un bistrot charolais, un bar à vins, avec nos fromages, nos escargots, avec aussi nos vins, dont un très bon vin de Moroges. Et puis, surtout, nous aurons deux boutiques de produits fermiers, pour que les visiteurs puissent repartir avec des produits "made in Bourgogne". N’oublions pas le succès de notre plateforme Loc’halles avec 500 produits et 40 producteurs. Elle est plébiscitée. Demain elle va viser les collectivités».

 

Derrière la vitrine, il y a une agriculture qui souffre…

«Elle souffre toujours. Il faut arrêter d’accabler les agriculteurs. Il faut penser développement économique, territoires ruraux et enjeux alimentaires. Il faut penser l’agriculture de demain».

 

Les agriculteurs se plaignent des nouvelles normes. Que préconisez-vous ?

«Il faut voir le problème dans son contexte. On doit avoir demain une agro-écologie. Tout le monde aspire à une moindre utilisation de pesticides, même les agriculteurs. On ne peut pas espérer et vouloir des soutiens financiers et ne pas avoir des contraintes. Il faut que chacun soit dans une démarche responsable. Il faut seulement mettre en place des mesures agro-environnementales acceptables».

 

Recueilli par

Alain BOLLERY

 

LYCÉE LUCIE AUBRAC : Etude agro-écologique du Beaufortain pour la dernière promo de Terminale S

IMG_20190917_172133.jpg
Rien de plus efficace que les sorties sur le terrain pour appréhender l'écologie et l'agronomie.

CANICULE : Record de chaleur battu en France !

4 départements sont passés en vigilance rouge

PATRIMOINE : Ils ont retrouvé Cluny en Piémont et en Lombardie

CLUNY SITES CLUNISIENS01.jpg
A voir, un bel album photo à déguster sans modération

CONSO - Loi alimentation : Une hausse moyenne des prix de 6,3% à partir du 1er février

La hausse des prix dans l’alimentation entre en vigueur ce vendredi.