lundi 25 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • VOTRE ANNONCE ICI.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

 TRIBUNALMACON3.jpg

 

Céline est de nouveau au Tribunal. Elle avait 4 jours lors de la comparution immédiate de son père, elle aura un mois vendredi prochain. C’est un beau bébé, harmonieux. Elle dort dans son landau, sous une couverture. Elle est à l’abri pendant que dehors, c’est le Bronx.

Son père est poursuivi pour violences sur sa maman. Il vient de passer une vingtaine de jours en prison, pour préparer sa défense, laquelle n’a pas bougé : il l’aime, « comme un fou », « éperdument », dit son avocate, Maître Bordignon. Comme un fou… vu les faits, on se dit qu’en effet, oui, comme un fou.

Pour des disputes qui partaient de rien, genre 5 € pour les courses, mais à vif car le couple était sans emplois, dit-il, Antar G., 35 ans, s’énervait, insultait, frappait, et strangulait.

 

Arrivé d’Algérie il y a environ 10 ans, Antar était militaire dans son pays, et dit en avoir été traumatisé. Il rencontre Christine via une des amies, l’ex d’Antar. « Coup de foudre », dit-il. Ils se marient, elle tombe enceinte, différents épisodes violents ponctuent la grossesse. Une procédure était déjà en cours et Antar aurait de toute façon rendu des comptes, mais le signalement de l’hôpital va accélérer les choses.

Tout allait à nouveau bien entre eux, autour de la naissance du bébé, mais la police venait de prévenir Antar qu’on le convoquait en audition libre pour une dispute du 9 septembre dernier, au cours de laquelle il avait retourné le pouce de sa femme et l’avait étranglée. Elle était alors enceinte de 8 mois, d’autant plus vulnérable. Un certificat médical témoigne d’une « dermabrasion au niveau des cervicales ». Il est arrivé « énervé » à la maternité, et quand l’hôpital a signalé une scène trop bruyante, la police l’a immédiatement interpellé.

Violent, tout ça. Le refrain amoureux relayé par son avocate n’aurait eu sans doute aucun effet sans l’intervention de Christine. La jeune femme à la barre ne dira qu’une chose : « J’ai grandi en foyer, je sais ce que c’est d’être séparé de ses parents. Le lien, c’est très important. »

 

Entourée de professionnels qui ont veillé à ce qu’elle soit protégée, Christine va cependant demander un permis de visite pour la prison, va envoyer un peu d’argent à Antar, va lui donner des nouvelles du bébé. Comme le développe Maître Braillon qui la représente, « on ne peut s’en tenir à la logique ordinaire ». Sa jeune cliente, maman de 5 enfants, voit l’amour dans les yeux de son homme, et s’il la frappe, c’est parce qu’il n’a pas le droit de travailler. Ne pouvant subvenir aux besoins de sa famille, le voilà réduit à une forme d’impuissance insupportable, et c’est elle qui a ramassé, mais ça aurait pu se passer autrement. Avec ça elle demande 20 € de dommages et intérêts, symboliques, pour qu’il comprenne.

Qu’il comprenne : cela ne semble pas acquis. « Monsieur banalise des choses intolérables », souligne Maître Braillon. Le Parquet trouve également que le prévenu ne prend pas la mesure des faits. Cela parait assez évident, mais cette lecture est brouillée par la position de la victime qui demande à en être protégée tout en maintenant les liens avec lui, pour le bébé, pour leur fille, et pour lui-même qui a besoin de soins.

Qui peut savoir ce que cet appui, qui échappe en effet à la logique ordinaire, peut produire à la longue ? Qui peut savoir ? Elle est quasi sans famille, et lui aussi ici. Elle le soutient. Elle ne le défend pas, mais elle le soutient, et rien ni personne ne vient infléchir sa position : ni les coups, ni les travailleurs sociaux, ni son avocat, ni les magistrats.

 

Leur vie commune est toutefois définitivement rompue, car le Tribunal a tranché : mandat de dépôt pour purger 3 mois de prison, puis 6 mois avec sursis et suivi mise à l’épreuve. Interdiction de vivre au domicile conjugal, interdiction de contact avec la victime, 20 € de dommages et intérêts. Obligation de soins. Antar aura à se débrouiller avec sa situation administrative, son titre de séjour expire bientôt. Il a un sursis de quelques mois, d’un jugement antérieur, qui planent toujours, et peuvent être révoqués. Sa première née aura un mois vendredi, et c’est le Bronx.

Florence Saint-Arroman

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.