samedi 4 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

Communiqué de la
Gendarmerie Nationale :


Au terme de six mois d'enquête quatre individus ont été mis en cause dans de nombreuses affaires de vol dits « à la carte routière ».
Un phénomène criminel est apparu depuis plusieurs mois : le vol et l'escroquerie « à la carte routière »
. Il se traduit par un mode opératoire simple, ciblant prioritairement les personnes âgées, essentiellement des femmes. Les malfaiteurs repèrent leur victime parmi la clientèle des commerces de grande distribution. Lors de son passage en caisse, l'un deux fait en sorte de retenir le code de la carte bleue ; sur le parking, lorsque la victime s'apprête à monter dans son véhicule, un complice déploie sous ses yeux une carte routière sous prétexte de demander son chemin et, tout en distrayant ainsi l'attention de la victime, dérobe sa carte bleue dans son sac avec une habileté redoutable.
Celle-ci est alors très rapidement utilisée pour des retraits d'argent liquide ou des achats dans des commerces, jusqu'à ce que la victime s'aperçoive du vol et fasse opposition.
Ces vols, souvent signalés dans la rubrique « faits divers » des journaux locaux et assortis d'appels à la vigilance pas toujours suffisamment entendus, hélas, sont en réalité loin d'être des faits isolés et sont l'expression d'un véritable phénomène criminel qui touche tout le territoire.

 

En effet, ces vols à répétition sont commis par de petites équipes itinérantes originaires d'Europe de l'Est, le plus souvent de Roumanie. Très mobiles, ces équipes multiplient les vols en se déplaçant de département en département, ce qui complique les rapprochements et les recherches. Les préjudices ne sont pas forcément très élevés à chaque fois, entre plusieurs centaines et quelques milliers d'euros, mais la succession rapide des faits assure aux malfaiteurs un revenu confortable, au préjudice de personnes souvent vulnérables.
Plusieurs équipes étant à l’œuvre simultanément dans toute la France, les enquêtes sont de ce fait très compliquées.
L'enquête diligentée par les gendarmes de la section de recherches de Dijon et du groupement de gendarmerie départementale de Saône et Loire débute au mois de mai 2015, lorsqu'une dame âgée dépose plainte à la brigade territoriale de Louhans (71), au coeur de la Bresse, pour s'être fait voler sa carte bleue par deux malfaiteurs qui ont détourné son attention à l'aide d'une carte routière à sa sortie du Lidl.

 

Patiemment, les enquêteurs remontent le fil et font des rapprochements avec d'autres faits commis par la suite dans des départements voisins, sur lesquels des individus et un véhicule sont reconnus.
Le dossier s'étoffant, une information judiciaire est ouverte au mois de juin 2015, confiée à un juge d'instruction du TGI de Chalon sur Saône pour ''association de malfaiteurs, vol facilité par l'état d'une personne vulnérable aggravé par une autre circonstance (réunion), et escroquerie''.
Les gendarmes avancent rapidement et identifient deux équipes de voleurs, dont un couple, et un individu, implanté en région parisienne, qui fournit des moyens logistiques. C'est finalement près d'une trentaine de faits qui sont imputés à ces malfaiteurs, commis entre mai et août 2015 dans 23 départements, pour un préjudice d'environ 40 000 €. Parmi les régions touchées, la Champagne-Ardenne, la Bourgogne, le Centre, l'Auvergne, Midi-Pyrénées, l'Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays de Loire, la Normandie... Un ou deux faits par département, jamais plus, et les malfaiteurs s'empressent de se faire oublier en allant frapper ailleurs, dormant dans leur voiture ou dans des hôtels miteux. Autant d'unités et de tribunaux saisis, qu'il faut contacter pour vérifier les rapprochements et récupérer les procédures afin de les intégrer au dossier, tout en pistant méthodiquement les équipes.

 

Au cours de l'enquête, le couple de voleurs ciblé par les gendarmes est interpellé au mois d'août 2015 par les policiers du commissariat de Montluçon en flagrant délit de vol à la carte routière, confirmant les présomptions recueillis à son encontre.
Le travail d'enquête continue et au bout de 6 mois d'investigations, les enquêteurs bourguignons procèdent mardi dernier à l'interpellation de deux individus d'origine roumaine en région parisienne, tandis que les deux malfaiteurs déjà incarcérés sont de nouveau placés en garde à vue pour répondre de l'ensemble des faits qui leurs sont reprochés.
Après 48 heures de garde à vue et une présentation devant le juge d'instruction, les deux auteurs principaux sont mis en examen pour vol aggravé, escroquerie et association de malfaiteurs, et reconduits en maison d'arrêt, tandis que leur complice est placé sous contrôle judiciaire. D'autres individus sont encore recherchés tandis que l'enquête se poursuit avec l'appui des autorités roumaines.
Le colonel KIM, commandant la région de gendarmerie de Bourgogne a adressé ses félicitations aux enquêteurs cas ces actions portent un coup à une délinquance organisée très mobile et difficile à saisir.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.