vendredi 3 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

IMG_1503_2_Copier.jpg

Une porte d'immeuble cassée et jamais réparée est à ranger dans la catégorie « appel au vol », car c'est elle qui a permis à un ou plusieurs cambrioleurs de passer dans le couloir d'entrée du 1 rue Rambuteau hier soir.

Et ceci sans la moindre difficulté, pour cambrioler les deux boutiques du rez-de-chaussée.

 La rue Rambuteau est une rue extrêmement passante, la circulation y est continue, il fallait bien une invitation à entrer dans l'immeuble pour que ces cambriolages aient lieu entre 20 heures et 22 heures.

Hier soir, une des habitantes de l'immeuble situé au n°1 est partie dîner chez des amis, peu avant 20 heures. A son retour, elle rentre dans le hall d'entrée et constate l'effraction de la porte de Canimode, le salon de toilettage canin. Elle prévient la police.

En fait, les voleurs ont pénétré aussi dans le salon de coiffure voisin, le « Numéro 1 », mais n'ont pas réussi à forcer la porte : ils sont passés par la fenêtre de la cour intérieure.
Catherine Manigand, sa gérante, n'a pas encore eu le temps de faire l'inventaire , elle travaille non-stop depuis l'ouverture ce matin. C'est son second cambriolage. La première fois on lui avait volé son ordinateur. Résultat : elle ne le laisse plus quand elle ferme. Le ou les cambrioleurs ont pris la caisse. Pour le reste, elle verra plus tard.

 

Chez Canimode, le préjudice est d'emblée élevé. Laetitia Marinello l'estime entre 4 000 et 5 000 €. Sa porte, elle, a été fracturée : 20 coups de tournevis pour en venir à bout. Les voleurs ont embarqué au minimum un séchoir, un pulseur, 3 tondeuses, 2 caisses de marchandises, 1 caméra, 1 ordinateur. Voilà pour le préjudice immédiat, et s'ensuit un manque à gagner : « Je bosse comment ? Je n'ai plus qu'un séchoir pour mes deux employés et moi. J'ai dû annuler des rendez-vous aujourd'hui, et je vais devoir emprunter du matériel à des collègues. »

En 7 ans, c'est son 3ème cambriolage. Aussi, comme sa voisine Catherine Manigand, elle relativise sur les dégats : « On ne s'en est pas pris à ma vie privée, aussi je ne me sens pas blessée comme si on m'avait volé des photos personnelles, ou des objets de famille. »
Cela n'empêche pas le choc, et un lot de soucis pesants à gérer en plus des préjudices immédiats. La priorité ? « Que la propriétaire de l'immeuble et le cabinet immoblier qui le régit réparent enfin la porte d'entrée. »
Cette négligence qui jusqu'à maintenant était un désagrément continu, et un souci, est devenue criminelle hier soir, juste après l'extinction des vitrines.

F.-S.A.

 

IMG_1513_Copier.JPG

Pas d'effraction sur la porte d'entrée de l'immeuble,

puisque tout est cassé depuis des lustres

 

IMG_1514_Copier.JPG

Des effractions à l'intérieur de l'immeuble. Ici, des coups de tournevis.

 

IMG_1519_2_Copier.jpg


IMG_1517_2_Copier.jpg

Un coup dur en période d'activité importante :

hors de question de perdre une demie journée de travail

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.