mardi 7 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

tb.jpg

Jérémy l'a échappé belle : en demandant  dans le cadre de sa comparution immédiate un délai pour être jugé, il risquait fort la détention provisoire. On entendait déjà les cliquetis des trousseaux de clés du centre pénitentiaire, mais...

Mais le Tribunal en a décidé autrement, et à titre symbolique il est agréable de terminer l'année ainsi. C'était en effet la toute dernière comparution immédiate de 2015, une comparution décidée sur les chapeaux de roues puisque Jérémy, un lyonnais de 30 ans, a été placé en garde à vue ce matin seulement.

 

Les faits : en fin de nuit, à 4h20 du matin, les gendarmes en patrouille sur l'A6 repèrent une Clio arrêtée sur la bande d'arrêt d'urgence. Le conducteur est à demi-allongé dans sa voiture, portière ouverte, les jambes ballantes à l'extérieur. « Très à la cool » trouvent les gendarmes. Le conducteur est en panne d'essence, il a appelé le patrouilleur pour être dépanné, et il attend, en musique. Ambiance Ya man ! Le gars a fumé du cannabis, il est chargé, mais pas au point de se soumettre aux analyses sans d'abord les refuser... C'est qu'il n'a pas de permis, et pas d'assurance non plus.

De surcroît il est en état de récidive légale, et tout devient subitement beaucoup moins cool.

 

La courte garde à vue a dû être croquignolesque puisque le prévenu tenait « des propos décousus » (c'est la traduction du Parquet), au point qu'on a diligenté une expertise psychiatrique.

 

Jérémy est un homme étrange : d'apparence tout à fait normale, il n'offre aucune saillance, ni à le voir, ni à l'écouter. Il a une femme et deux petits enfants, une situation de famille stable. Il ne se drogue pas continûment, semble-t-il, il reste consommateur occasionnel. Affable, courtois, velouté. Velouté, c'est le mot qui vient pour décrire cette nonchalance polie, cette affabilité forcée, que le psychiatre n'a pas manqué de relever, et que le CPIP qui rencontre Jérémy dans la foulée épinglera à la perfection : « sa situation paraît banale, voire lisse ».

 

« Voire lisse », à un détail près : 3 condamnations pénales pour des conduites sans permis, puisqu'à chaque fois Jérémy avait perdu tous ses points, devait restituer son permis, ne le faisait pas, et prenait le volant.

Pas si lisse que ça finalement (bien que ce soit exactement le sentiment qu'il dégage) puisque, contrairement à tant de prévenus, Jérémy a un travail, un CDI, il est commercial, et il tafe dur. Il tafe dur parce que, condamné à 12 ans d'interdiction de gérer une entreprise, il fait face à une situation de surendettement, alors il marne, il cumule même les boulots, pour rembourser.

Pas si lisse non plus sur la question des « propos décousus », que Maître Vion, qui l'assiste dans l'urgence également, met en lien avec « les événements récents » (on entend : « les attentats ») qui auraient perturbé Jérémy, mais qui respecte le souhait de son client de ne pas débattre aujourd'hui de la question.

 

Le Parquet demande que Jérémy soit placé en détention en attendant son jugement, Maître Vion va plaider en faveur d'un contrôle judiciaire : « Il ne doit plus conduire, c'est certain. Mais il ne vit pas au fin fond du Charollais, il travaille sur Lyon et dispose de tous les transports en commun. Son absence pèserait sur le bon fonctionnement de l'entreprise qui l'a embauché, il a des gens sous sa responsabilité de responsable commercial. »

 

Le Tribunal décide du maintien en liberté de Jérémy qui est placé sous contrôle judiciaire jusqu'à son jugement, fin janvier. Il a évidemment l'interdiction absolue de conduire tout véhicule.

 

Le mot qui détend revient à Maître Vion qui, rappelant à son client qu'il a de la chance d'échapper à l'incarcération, lui lance « Et pas d'écart de conduite, surtout. ». Qu'elle soit remerciée, on rit peu dans les tribunaux, et pour une fois qu'il n'y a pas de mandat de dépôt...

 

Jérémy est intensément soulagé, il est dans l'oeil du cyclone depuis l'aube, et a expérimenté que lorsque la Justice s'y met, c'est pas forcément d'la bonne, man ! Mais elle te fait bien décoller aussi.

 

Florence Saint-Arroman

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.