POEME_MICHEL_FLAMAND.jpg

Ses proches l'appelait Mimi. Il est décédé le 10 janvier.

 

Le 1er juillet 1950, tu pointes le bout de ton nez.

Toute ton enfance se déroule à SANCE.

 

Sur les bancs de l’école sancéenne, tu useras tes pantalons.

De là, copains apparaitront et copains pour toujours resteront.

 

Puis tu choisiras un métier qui deviendra une véritable passion

La cuisine. Elle suscitera à jamais toute ton attention

 

Ton apprentissage aux Tuileries, le buffet de la gare, à CHAMONIX : les saisons

Puis à partir de 1973, les cuisines du Centre Hospitalier de MACON

 

Te permettront de t’épanouir pleinement sans répit.

Ton autre passion, une véritable école de vie,

 

C’est la nature, au travers du jardinage et des randonnées,

Mais également au travers de certaines activités

 

Comme la pêche et la cueillette des champignons, loin de la foule,

En pleine campagne. Tu étais aussi un adepte du tiercé et des boules.

 

Tu fus président de l’Amicale boules de SANCE

Et Membre actif de l’ ASSOCIATION des CUISINIERS des COLLECTIVITES du MACONNAIS.

 

Ton savoir-faire, ta disponibilité, ta gentillesse ont, de toi, fait

Une personne fort appréciée de celles et ceux qui te côtoyaient.

 

Tu aimais voyager avec ton épouse vers de plus ou moins lointaines destinations

Comme la Guadeloupe, le Mexique, le Maroc, l’Espagne, l’Italie, la Réunion,

 

Ou bien encore la Corse, l’Alsace, le Périgord,

Souvent avec tes « compères » de l’ A.C.C.M. avec lequel tu faisais corps.

 

A ces passions, omniprésent fut l’amour, de ton épouse, enfants et petits-enfants

En effet, Joëlle, Delphine, Amandine, Emeline, William, Julien et Adrien plus récemment

 

Occupaient énormément de place dans ton espace de chaque instant.

Ils ont toujours su te le rendre, tout particulièrement dans tes derniers moments.

 

De même que tes sœurs Christiane, Josette, ton frère Jean-Luc comptaient toujours

2013 année charnière, le départ de ta maman et, ce moment tant attendu, ton retour

 

Sur cette commune de SANCE, tant aimée.

Commune où maintenant tu reposes en paix.

 

La vie parfois cruelle, ne t’a pas laissé profiter davantage des tiens et de ta propriété

Tu as juste pu en faire un petit nid douillet

 

Pour celle qui désormais pleure ton départ prématuré.

Tu resteras dans son cœur et dans nos cœurs à jamais.

 

Et, en ce triste dimanche de début janvier,

Tu as été contraint à lever le pied.

 

En 2014, la maladie s’était méchamment invitée ,

Et, elle ne t’a plus jamais quittée.

 

Les salles du funérarium ne pouvaient contenir cette affluence au sombre visage,

Qui venait te rendre un dernier hommage.

 

Le verre de l’amitié que tu avais souhaité,

S’est fait le reflet de ta profonde sincérité .

 

Adieu Mimi

Notre fidèle ami

 

Un poème signé Colette Vandroux