CINEMARIVAUX_CONF_TOURISTIQUES.jpg

 

Un pari gagné pour Frédéric Chapotot, directeur l'office du tourisme communautaire, qui a su mobiliser autant de monde pour venir échanger sur l'industrie du tourisme.

2 conférences très différentes, la première reprenant un mémoire d'étude de 2 ingénieurs de l'école des mines, une économie importante mais une vision un peu pessimiste de l'état d'esprit des acteurs du tourisme en France : le mythe du laquais ; la seconde basée sur des statistiques et analysant le tourisme à travers une évolution des ratios et le rôle des internautes.

Amine Hamouche pour la première conférence, a présenté un mémoire coécrit avec Julien Barnu : le mythe du laquais. Le tourisme est une industrie importante, 84 millions de touristes en 2013 et 85 millions d'€ de chiffre d'affaires. Malgré ces bons chiffres, l'activité est négligée et non considérée comme stratégique par les pouvoirs publics et surtout la vision que les Français ont des personnes travaillant dans le tourisme, les comparant à des laquais. Morale de l'histoire, le service n'a pas bonne presse en France. Une vision un peu pessimiste de l'état d'esprit des acteurs du tourisme qui sera plusieurs fois contredite par Guy Raffour.

Guy Raffour a monté un cabinet spécialisé dans le tourisme et l'e-tourisme. Ce mardi soir, ce sont les évolutions sur les dix dernières années qui lui ont servi de bases pour montrer aux participants l'importance de se mobiliser pour développer le tourisme et comprendre le comportement des français qui changent beaucoup. Des statistiques qui ont été obtenues en interrogeant un panel de Français à domicile.

 

Quelques chiffres :

Besoin vital de partir en vacances pour 51 % des français, qui sont prêts à sacrifier d'autres défenses mais pas à s'endetter.

Etude sur les courts séjours : 19 millions de personnes sont parties en 2014

Etude sur les longs séjours : on note une baisse des départs, 56 % en 2014 contre 61 % en 2004, et une recommandation : le départ des "non-partants" doit être une priorité à analyser. Définir des propositions en fonction de l'âge des enfants, par exemple. Etre dans le bon rapport qualité-prix, toujours justifier la qualité de la prestation. « Ne pas oublier que nos concurrents sont à nos portes. »

77% des Français partent en vacances en France, 37% à l'étranger et parmi ceux-ci 14 % vont en France et à l'étranger.

Interrogés sur les critères pris en compte pour la réussite des vacances, les trois premiers ont été : les aspects pratiques, les aspects culturels et de découverte, les activités.

 

Quelques principes à suivre

« Il faut donner envie aux gens de venir, mais aussi avoir envie de les accueillir » défendait le conférencier.

La révolution du net et l'obligation d'avoir un site internet répondant aux aspirations des touristes : 71 % des personnes ont préparé leur voyage en ligne et 45% ont réservé en ligne. Le chiffre d'affaires généré via internet est de 13 millions d'€.

Et l'on passe déjà au M tourisme : utiliser sa tablette ou son mobile. Les réseaux sociaux sont encore peu utilisés pour le tourisme.

Obligation d'avoir un site internet et un site responsive (consultable sur tous les supports) : il faut avoir la possibilité de donner des informations utiles aux touristes. « Le tourisme est une somme de petites niches à proposer et on pourra les intéresser sur ces particularités. Il faut créer toutes les rubriques nécessaires sur le site, la plupart des sites ne les ont pas encore. »

Dernier principe édicté, jouer la transparence des prix et des conditions : le net a considérablement changé la façon de préparer ses vacances.

« Si le comportement consommateurs touristiques est à peu celui-ci : ils comparent les prestations, réservent en ligne, achètent en direct et réduisent les achats sur place, l'humain restera toujours au cœur du tourisme : l'accueil par les professionnels et par les habitants sera toujours le cœur du problème. »

Danièle Vadot