lundi 6 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

BATILLATMACONTGIVIOLENCES022016_Copier.jpg

Richard V. a 48 ans, il est alcoolique, sous traitement et suivi depuis 2 ans, mais il a rechuté, et il y a 4 jours, dans la soirée du 23, il a littéralement défoncé le visage d'Olivier, clochard de son état, lui fracturant les os du visage. Les pompiers ont dû réanimer le SDF sur la chaussée. L'agresseur a été jugé ce vendredi. Récit de l'audience.

 

« Vous auriez pu le tuer, de tels faits divers peuvent se terminer aux Assises »

 

Interpellé sans difficulté, puisqu'il est sorti de son immeuble de la rue Batillat en plein centre ville en disant aux secours qu'il était l'auteur des faits, Richard est d'abord placé en garde à vue, puis en détention provisoire, et devant la Chambre des comparutions immédiates réunie vendredi après-midi, il raconte :

 

« En fait, Olivier, c'est pas un ami, mais c'est quelqu'un que j'ai croisé plusieurs fois, et il est venu chez moi avec Christophe lundi soir. Ils ont apporté des bouteilles de rosé, moi j'en avais acheté aussi. On a bu. J'ai bu deux bouteilles. On a fait une partie de fléchettes. Olivier a eu besoin d'aller aux toilettes, bien sûr, et j'ai proposé qu'ils mangent chez moi si ils voulaient. Alors j'ai préparé à manger, et j'ai servi les assiettes. Mais alors Olivier s'est mis en colère, il s'est mis à gueuler que c'était pas bon, que c'était dégueulasse, alors qu'il n'avait même pas goûté. Je lui ai dit de partir. Il a pris son sac à dos, son blouson, et il est descendu. Mais arrivé aux boîtes aux lettres, il continue à brailler, et il gueulait 'je vais te tuer, je vais te planter'. Alors, à cause des voisins, je descends. Je lui dis d'arrêter de crier, qu'il y a des voisins. Mais il continue, et il me met un coup de pied dans le tibia, et c'est parti.

- C'est parti... ?, interroge le Président.

- Je l'ai frappé. Je l'ai d'abord poussé, mais il a mis sa main vers son sac en disant je vais te planter, alors je lui ai mis un coup de pied.

- Dans le visage ?

- Oui

- Vous avez fait un sport de combat ? De la boxe française ?

- Oui, il y a longtemps.

- Une fois qu'il est au sol, vous faites quoi ?

- Rien.

- Il ne bougeait plus ?

- Non. Je suis monté chercher mon portable, j'étais en tee shirt, j'avais rien sur moi, je voulais prévenir les pompiers, la police, mais quand je suis redescendu, la voisine les avait déjà appelés.

- Vous auriez pu le tuer, vous donnez des coups de pieds au visage, des coups de poing, des coups qui portent vraiment. C'est une réponse disproportionnée. Des faits divers comme ça, ça peut se terminer aux Assises. »

 

Olivier C. victime d'une puissance de frappe sans retenue

 

Le fait est : Olivier C. est trouvé inconscient. Il a une ITT de 28 jours, et c'est pour l'instant un minimum : double fracture des mandibules, fracture du sinus, fractures des os du nez. Tuméfactions, et plaie à la lèvre.

2,9 grammes d'alcool par litre de sang à l'arrivée aux urgences : état éthylique. Avec ça la victime ne se souvient de rien.

 

Richard T. avait lui aussi un taux d'alcoolémie intéressant. 
Célibataire, il a 5 enfants de trois mères différentes. Il ne voit que le dernier, de 11 ans, pour lequel il verse une pension alimentaire.

Maître Veaux, pour sa défense, rappellera qu'il bosse, en missions. Il a été cariste, chauffeur-livreur, il est actuellement ripeur.

 

Verdict


Richard est suivi depuis 2 ans par le centre d'addictologie. Il a fait deux cures à l'hôpital, il a un traitement médicamenteux. Il dit avoir rechuté 2 jours avant les faits. Pourquoi ? Un élement déclencheur ? « Je ne sais pas... La solitude. »

 

Richard V., pour « violence par une personne en état d'ivresse manifeste suivie d'incapacité supérieure à 8 jours » est condamné à 12 mois de prison dont 4 mois avec sursis et une mise à l'épreuve de 2 ans avec obligations de soin et de travailler, interdiction de contact avec la victime.

Il est maintenu en détention.

 

Florence Saint-Arroman

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.