lundi 6 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

TGIMACON.jpg

Il avait bu. Il voulait soi-disant poser plainte pour vol de vélo. A 4 heures du matin ? Qu'à cela ne tienne, il escalade le portail de la caserne de gendarmerie, et s'écroule de l'autre côté. Les gendarmes rentrant d'intervention le trouvent inconscient...

 

C'était dimanche dernier à Tournus. On s'en rapporte au récit des gendarmes et des pompiers car le prévenu ne se souvient de rien, mais il ne conteste pas : quand il a bu, il ne peut pas supporter l'uniforme.

 

Les faits

 

Deux gendarmes, donc, rentrent à leur caserne de Tournus un peu après 4 heures du matin, et découvrent Mr C., inconscient, à l'intérieur de l'enceinte. Ils le reconnaissent, et commencent par lui porter assistance : l'un le place en position latérale de sécurité, l'autre appelle les pompiers. Mr C. reprend conscience et les insulte. Répertoire classique : bâtards, fils de pute, enculés. Un cran au-dessus, il les menace de mort : « Je vais revenir, je vais vous buter, moi aussi j'ai une arme ». Il essaie de les frapper, bien sûr, et, plus original, de les mordre. Il parvient à saisir entre ses dents le pantalon d'un des gendarmes au niveau du mollet et ne lâche plus. Comme un roquet. Les deux hommes finissent par le menotter, quand arrivent les pompiers (volontaires) qui vont recevoir leur paquet aussi, d'insultes, d'agitation : ils lui entravent les jambes avec une corde. Les pompiers le placent dans un matelas coquille : dans le camion, Mr C. se tape la tête contre le brancard. Le personnel hospitalier est insulté aussi, on le garde hospitalisé un jour et demi.

Outrages, violences, menaces de mort, rébellion, circulation non autorisée sur un terrain affecté à l'autorité militaire, en état de récidive légale. Comparution immédiate, et, fait inhabituel, deux gendarmes à la barre pour se constituer parties civiles.

 

Celui qui « ne peut pas voir les gendarmes » quand il a bu

 

Mr C. a 37 ans, il est originaire de la Réunion, en a le teint hâlé. De loin, il offre un visage aux traits réguliers, équilibrés, un beau visage. Il ne fait rien de répréhensible, sauf quand il a bu. Et il boit depuis longtemps. Il boit par litres de bière quand il s'y met. Il vit en concubinage, depuis 10 ans avec la même femme. Ils ont 3 enfants. Elle fait des ménages, ils perçoivent un peu d'alloc. Il n'a pas travaillé depuis sa dernière sortie de prison.

On ne saura rien de son histoire, on sait seulement de quels cailloux il a rempli ses chaussures, qui rendent sa marche de plus en plus difficile : 9 mentions à son casier judiciaire, conduite sous l'empire de l'alcool, refus d'obtempérer, rébellions, outrages... Deux hospitalisations en secteur psychiatrique, en 1995 à la Réunion, et à Sevray, il y a 7 mois environ, suite à une tentative de suicide : « Je voulais me foutre en l'air, mais vu que les gendarmes étaient là, je m'en suis pris à eux. »

En tout, il a déjà passé 6 ou 7 ans de sa vie en prison, et le rythme des incarcérations est parti pour s'accélerer. On lui a récemment refusé un aménagement de peine, il devra purger 2 mois, une condamnation récente.

 

L'alcoolisme, continent noir de notre société

 

L'expert psychiatre dépêché de Lyon a rempli la mission demandée : il a produit une expertise, un petit rapport d'examen psy, dans lequel il note que « l'alcool lève les inhibitions de Mr C. », « que Mr C. a des failles narcissiques, que l'alcool vient colmater ». Vulgate réduite à ses évidences. Rien de nouveau sous le soleil : « l'alcool lève les inhibitions de Mr C », qui a des « failles narcissiques ». Le point qui intéresse le Tribunal est qu'il soit accessible à la sanction pénale. Il l'est. Soit. Et tant mieux pour lui d'un certain point de vue. Mais qu'apporte l'expertise ? Mystère. Si ce n'est que le psychiatre précise que lorqu'il n'a pas bu, Mr C. est un homme « paisible et inoffensif ».

 

Que notre société n'ait pas, ne cherche pas, semble-t-il, à avoir un regard plus éclairé sur la question de l'alcoolisme qui pourtant occupe le box des prévenus, occupe une quantité importante de places en prison, occupe des flopées de travailleurs sociaux, occupe la police, occupe les gendarmes, occupe le Tribunal (soit 3 juges, un procureur, un greffier) est très mystérieux. Pourquoi ?

 

Les alcooliques finissent par apparaître comme des parias, comme l'illustre tragiquement l'histoire de cette femme de 46 ans, grande alcoolique envoyée à la prison de Corbas, jugée sans chaussures aux pieds, en pantoufles (ici), sans que cela gêne qui que ce soit.

Les comportements des alcooliques font le vide autour d'eux, souvent. Qu'on les considère comme responsables de ce qu'ils font (« L'alcoolisation est un fait volontaire, et non une circonstance atténuante », rappelait la Procureur) est une chose, qu'on ne puisse comprendre que les peines de prison soient sans effets positifs sur la plupart d'entre eux, en est une autre.

 

Maître Bordignon : « Supprimer l'alcoolisme, c'est automatiquement supprimer les délits, en ce qui concerne Mr C. », elle demande que la peine de prison ferme soit courte, et qu'on l'assortisse d'un sursis avec des soins contraints, sous hospitalisation. Maître Bordignon ne cherche pas à exonérer Mr C. de sa responsabilité, elle dit juste que sans cela, eh bien la société reste avec un problème sur les bras. Son client a fait plusieurs tentatives de soins et autant de rechutes : il ne suffit pas de vouloir, ou de bien vouloir. Les choses sont plus compliquées, plus longues, et c'est certain, bien difficiles à traiter, pour peu qu'on s'y attaque.

 

Le Tribunal condamne Mr C. à 18 mois de prison ferme, incarcération immédiate.

Le risque de suicide est noté à l'intention du centre pénitentaire.

« Spécifiquement », précise le Président.

 

F. Saint-Arroman

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.