vendredi 30 octobre 2020
  • SORTEZ DE CHEZ VOUS_350x550.jpg
  • Effilogis MACON INFOS -280x410-mc.jpg
  • Connectons-nous-2020 MACON VIGNETTE.jpg

tb.jpg

Les deux sœurs, âgées d’une soixantaine d’années, étaient heureuses de quitter Paris pour 8 jours, et d’oublier l’ambiance anxiogène liée aux menaces d’attentats. Venir à Mâcon : gage de paix. Elles se sont retrouvées à plat ventre sous la menace d’une arme mardi dernier à la Grande Pharmacie Mâconnaise.

Le braqueur passait en comparution immédiate cet après-midi. Comme la loi l’y autorise, il demande un délai pour préparer sa défense. Le Tribunal doit décider s’il sera maintenu en détention jusqu’au jugement ou libéré en attendant.

 

« On s’est trouvé nez à nez avec un revolver. C’était irréel. »

« On a cru à une plaisanterie, raconte la plus jeune des deux sœurs, après l’audience. On était face à la caisse, on ne l’a pas vu arriver. On a vu tout à coup le regard de la pharmacienne changer, et elle est partie à toute vitesse. On s’est retourné, et on s’est trouvé nez à nez avec un revolver. C’était irréel. On l’a entendu nous dire de nous mettre à terre. Alors voilà. A terre, on a pris conscience de ce qui arrivait. Mais j’ai des problèmes cardiaques, alors je me concentrais sur ma respiration, pour éviter d’avoir un pépin. »
Cette femme aurait eu « un pépin » cardiaque fatal, le braqueur passait aux Assises. Car l’arme en question était un pistolet à billes, mais les victimes ne le savaient pas, l’infraction reste criminelle.

Le braqueur : 33 ans, de larges et profonds cernes. Dus aux derniers jours passés au commissariat, puis en détention provisoire. Dus à sa toxicomanie, peut-être aussi.

80 mg de méthadone par jour + 1 à 2 bouteilles de vin blanc par jour + du Seresta

En effet le choix de la pharmacie est un choix de toxico. D’après les clientes victimes, il se serait dirigé d’abord vers des rayons, et, ne trouvant pas immédiatement ce qu’il cherchait peut-être, il est allé se servir dans la caisse. 473 €, restitués à la pharmacie, puisque la police l’a arrêté rapidement (lire ici). Le Parquet souligne qu’il avait maquillé les plaques d’immatriculation de sa voiture, et y voit un indice de préméditation. Mais pour sa chérie qui pleure, pour son oncle « abasourdi » avec lequel il travaille, son comportement est non seulement parfaitement inhabituel, mais incompréhensible à ce stade. Pourtant…

André est né à Mâcon, en 1983. Ses parents vivent dans une petite commune de l’Ain, où il est domicilié, malgré le bateau sur lequel il vivait apparemment, dans le port de Mâcon.
André a un CAP, il a travaillé comme cariste plusieurs années, puis comme agent de piste à l’aéroport de Genève. C’est là, dit-il, qu’il est « tombé dans l’héroïne ».
Ce qu’il ne précise pas, c’est qu’il consommait déjà du cannabis, et que son casier judiciaire était déjà ouvert, puisqu’il commence par le Tribunal pour Enfants.

Pour résumer : 13 condamnations. De la prison ferme à Bourg-en-Bresse. Deux cures de sevrages qui ont eu pour effet de substituer de la méthadone à l’héroïne, mais André, lui, a remplacé l’héroïne par l’alcool. On lui donne des anxiolytiques. Résultat : 80 mg de méthadone par jour + 1 à 2 bouteilles de vin blanc par jour + du Seresta.

« 13 condamnations, ça ne vous a jamais fait penser qu’il avait un problème ? »

Sa famille ne l’a pas abandonné, et il n’a pas non coupé les liens. Mais à l’oncle qui, après l’audience, vient dire gentiment sa peine et son ahurissement devant ce geste si grave à l’une des victimes parisiennes, celle-ci répond : « 13 condamnations, ça ne vous a jamais fait penser qu’il avait un problème ? »
Elle est assistante sociale, des « tox », elle en voit passer, les audiences, elle connaît, et si elle trouve épatant que la famille soit aimante, ce qu’elle trouve ahurissant en retour, c’est que personne de son entourage familial n’ait pris la mesure des choses, que ça soit sur le plan de la toxicomanie, ou sur le plan judiciaire, l’un finissant par entraîner l’autre.

Sur le plan judiciaire, justement, le Tribunal va dresser la liste des différentes peines déjà infligées à André, dont 3 sursis mises à l’épreuve : « Soit une main tendue à 3 reprises, Monsieur. C’est fait pour vous aider. Qu’en avez-vous fait ? »

Le Seresta provoque chez André des troubles du comportement

La méthadone et l’alcool ont remplacé l’héroïne, et le Seresta a, d’après un psychiatre de l’hôpital de Lons le Saulnier (rencontré lors d’une cure qui a échoué), des effets délétères sur André, provoquant des troubles du comportement, ce qui pourrait, peut-être, expliquer une telle violence chez un homme réputé gentil et calme.
Malgré ça, sa famille, en l’aidant, en lui fournissant du travail, le maintenait, comme sous perfusion, dans un semblant de vie adaptée. Mais mardi dernier André a braqué des gens avec un revolver, menaçant de les descendre. C’est comme s’il avait arraché sa perfusion. Il va devoir répondre de ses actes, en homme libre c’est-à-dire responsable. Et tout ce qui venait masquer ou minimiser son état et ses condamnations antérieures, tout le déni qui manifestement l’entourait, se craquelle sérieusement.

Le Parquet n’est pas opposé sur le principe à l’expertise psychiatrique que l’avocate de la défense demande, mais le Procureur insiste : « Ce n’est pas la faute du Seresta, c’est la faute de celui qui l’a pris. »

Le Tribunal décide de statuer sur la demande d’expertise psychiatrique lors du jugement, à la fin du mois. D’ici là, André est maintenu en détention.

« Je pense que je n’ai jamais voulu me prendre en main vraiment. », disait-il.

F. Saint-Arroman

VIOLENCES, OUTRAGES ET REBELLION À ST-ALBAIN : Quand l’amour et l’alcool rendent aveugle…

TGI_MACON.jpg
6 victimes dont 4 gendarmes, une compagne et le maire de la commune. Cette nuit du 22 septembre avait troublé bien des esprits. Récit et verdict du tribunal correctionnel de Mâcon ce 26 octobre.

SANCÉ : Un piéton décédé sur l'autoroute A40

SANCE accident mortel suicide.jpg
ACTUALISÉ : Les gendarmes confirment le suicide.

MÂCON : Il jette un vase sur sa femme et s'en prend à sa belle-sœur

ACTUALISÉ : Il était sorti de prison il y a trois semaines.

CROTTET : Feu à la menuiserie Chougny

FEU MENUISERIE CHOUGNY - 1.jpg
Actualisé : L'activité a repris dès aujourd'hui

MÂCON : Des coups de feu sur un immeuble du quartier des Saugeraies

TIRS SAUGERAIES MACON - 1.jpg
ACTUALISÉ : La police judicaire de Dijon est chargée de l'enquête pour tentative d'homicide et dégradations.

MÂCONNAIS : 3 accidents, 3 alcoolémies positives...

ACCIDENT CRECHES 110CT - 1.jpg
Le week end a été marqué par trois accidents de la route sur les communes de Crêches-sur-Saône, St-Symphorien-d'Ancelles et Prissé.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY : Après le cambriolage d'une maison, il était parti avec la voiture des propriétaires

Un individu a été interpellé mardi par les gendarmes de La Chapelle-de-Guinchay et le PSIG de Mâcon.

TRIBUNAL DE MÂCON - Accident mortel de car à Charolles du 7.01.2017 : Des causes multiples à ce drame de la RCEA

TGI_MACON.jpg
Le procès du chauffeur du car et des deux sociétés mises en cause dans cet accident qui avait fait la Une de tous les journaux au début de l'année 2017 se tient ce mercredi au palais de justice de Mâcon. ACTUALISÉ : Le jugement a été mis en délibéré au 25 novembre

RÉGION DE MÂCON ET TOURNUS : Un trafic d'armes démantelé

TRAFIC ARMES GENDARMES MACON.jpg
Une opération judiciaire a été menée ce lundi par la compagnie de gendarmerie de Mâcon.

SANCÉ : Un mort dans un choc frontal sur la D906

ACCIDENT MORTEL SANCE 2409223 - 6.jpg
Actualisé : Le conducteur de la Laguna était alcoolisé

MÂCON : Un SDF s'en prend violemment à deux personnes en l'espace de 12 h

AGRESSION MACON SDF.jpg
Actualisé : Jugé en comparution immédiate ce lundi, il a été reconnu coupable et maintenu en détention. Présenté au tribunal une 1ère fois le 20 juillet, il avait demandé un délai pour préparer sa défense.

TRIBUNAL DE MÂCON : Des hématomes causés par des coups ou pas ?…

C’est la question qu’a dû trancher le tribunal ce lundi, avec un prévenu qui comparaissait sous escorte, accusé d’avoir frappé sa compagne, en situation probable de vulnérabilité, à savoir probablement enceinte de deux mois, et qui s’est retrouvée avec 4 jours d’ITT.

FLEURVILLE : Coup de feu, fuite, accident, outrages et menaces de mort...

Un des protagonistes a comparu ce mercredi au tribunal correctionnel de Mâcon.

MÂCON - Violences sur l'esplanade Lamartine : Les policiers durement pris à partie, à 5 contre 40 !

BAGARRE MACON 30082020 - 1.jpg
Dans la nuit du 29 au 30 août dernier, vers 1h30, une rixe éclate entre plusieurs jeunes sur l’esplanade Lamartine à Mâcon. Lors de leur intervention pour calmer tout le monde, les forces de l’ordre sont confrontées à une quarantaine de personnes et essuient insultes et violences… Deux policiers sont blessés. Récit de l'audience au tribunal ce mercredi.

MÂCON : Il met le feu devant le commissariat et prend la fuite

COMMISSARIAT_MACON.jpg
Actualisé : L'incendiaire a été placé en détention provisoire dans l'attente de son jugement.

MÂCON : Violente bagarre sur l’esplanade, deux policiers blessés

BAGARRE MACON 30082020 - 1.jpg
La fin de soirée a sérieusement et fâcheusement dégénéré dans le centre-ville de Mâcon dans la nuit de samedi à dimanche. À voir, la vidéo d'une témoin de la scène. Deux individus ont été interpellés, placés en garde à vue et écroués. À l'origine, une tournée non réglée ? ACTUALISÉ : Prison ferme pour les deux prévenus.