lundi 6 avril 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

TGIMACON.jpg

« J'ai bu pour me donner des forces. » Alain C., 54 ans, se tient devant les juges. Assise pas loin derrière lui, sa curatrice de l'UDAF. Depuis juillet 2015 Alain C. bénéficie d'une curatelle renforcée : le 4 décembre de cette année-là, il a voulu en finir avec ses problèmes, avec sa vie.

 

Alain C. travaille comme préparateur de commandes, il est en CDI depuis fort longtemps et ne pose aucune difficulté dans son travail. Ses soucis viennent d'ailleurs. L'expert psychiatre parle d'un état dépressif qui fut grave, il parle d'une « légère altération du discernement » au moment des actes, sans abolition toutefois. « Angoisses psychiques très importantes, il a multiplié des achats. Grande fragilité et difficulté à les dire », un euphémisme pour décrire un homme qui, il le déplore lui-même, ne s'ouvre à personne de ses problèmes mais les accumule jusqu'à ne plus savoir comment en sortir.

Au soutien de ses achats : des crédits à la consommation, comme ceux de Cetelem, lui fait préciser un assesseur. Pas de plan de surendettement en vue puisqu'Alain garde tout pour lui, en lui, et finit par ne plus voir d'issue.

Aussi ce soir de décembre, il boit pour se « donner des forces ».

« Et puis ? demande le président.

Un silence.

- Et j'ai tourné en rond.

- Oui. Expliquez, monsieur !, s'impatiente le magistrat.

Un silence.

- Je savais pas si j'allais le faire ou pas, et après je me suis lancé. »

 

Alain a donc picolé, puis il a regardé la télé jusqu'à minuit, et subitement s'est levé de son fauteuil, a saisi la bouteille d'essence, en a répandu dans toutes les pièces, et a lancé des allumettes, les feux ont pris tout de suite. Puis il est allé se coucher. Sa chambre brûlait.

« Mais j'ai pas eu le cran de mourir. Je suis descendu. Et après je suis remonté, mais j'ai pas eu les couilles de me mettre dans le feu. »

 

Alain était locataire d'un appartement dans une maison à Vinzelles. L'autre partie du bâtiment était occupée par un couple : c'est leur détecteur de fumée qui a donné l'alerte.

« Quand le voisin est arrivé, je n'arrivais plus à me lever. » Le voisin trouve en effet Alain au sol dans le vestibule, les pompiers l'emmènent au centre hospitalier pour des soins, il est intoxiqué et couvert de suie.

 

« Et le voisin, justement ? interroge le président

- J'y ai pas pensé.

- Monsieur... il y a des moyens sans risque pour les tiers, quand on veut se suicider. »

 

Son avocate  bondit : « Je trouve que la question est déplacée. »
Réponse lapidaire du juge : « Eh bien, vous me laissez poser ma question, vous en parlerez plus tard. » Mais la question des « moyens possibles pour mettre fin à ses jours sans risque pour les tiers » va rester sans suite : que pourrait bien répondre Alain C. ?

 

Maître Raynaud de Chalonge en revanche, y reviendra : « Mon client est très fragile, il est reconnu comme handicapé. Il faut respecter les personnes qui comparaissent à la barre, comme le rappelle à chaque audience le Président de ce TGI. » Elle parle de l'état de « détresse morale » de cette homme, qui, sans la moindre intention de nuire à autrui, a fait flamber son logement, sans avoir eu, in fine, « les couilles » de s'immoler. Ce n'était pas sa première tentative de suicide : certaines souffrances ne laissent pas en paix.
Maître Vion elle-même, qui intervient pour le propriétaire victime, précisera à Monsieur C. que son ancien bailleur ne nourrit "aucune animosité envers lui", et elle aura quelques mots pour reconnaître que ce qui se joue dans l'intimité d'une personne qui tend au suicide ne saurait s'exposer dans un tribunal. La question des « moyens sans risque pour les tiers » est mise sur la touche une deuxième fois.

 

Les dégats, par chance, ne sont donc que matériels, mais la réfection des parties endommagées a coûté cher et mis en difficulté le propriétaire. Près de 20 000 € de factures au total dont il demande le remboursement, y ajoutant les mois sans location possible à hauteur de 6 500 € de perte. Maître Raynaud de Chalonge va souligner une difficulté : « Groupama a indemnisé le propriétaire mais nous n'avons pas la quittance d'indemnisation. Nous savons qu'en mars 2013, l'assureur a versé un 1er règlement de plus de 12 000 €. Un renvoi sur intérêt civil permettrait d'y voir clair. »

 

L'avocate dit qu'Alain C. a trouvé une situation apaisée avec la mesure de curatelle, « apaisée et de confiance ». Elle rappelle également qu'une obligation de soins ne mène à rien si la personne n'a pas fait le chemin nécessaire à s'engager dans ces soins, et pense qu'un sursis mise à l'épreuve, comme le parquet l'a requis, n'est pas pertinent vu le cadre dans lequel est désormais inséré Monsieur C., et qui devrait le conduire à aller lui-même consulter et se faire aider.

 

Alain C., à qui le tribunal semblait reprocher de n'avoir pas déjà fait cette démarche de lui-même (« Monsieur, vous avez 54 ans, vous avez toute liberté de prendre un rendez-vous pour vous »), avait dit deux fois qu'il attendait son jugement, pour « avoir des conseils ».

 

Homme fragile, homme sous curatelle, majeur et mineur à la fois, qui a désormais conscience que son renfermement est dangereux et qui sollicite la direction des magistrats.

Il est condamné à 6 mois de prison avec sursis assortis d'un suivi mise à l'épreuve de 2 ans, avec une obligation de soins et celle d'indemniser la victime à hauteur de 26 376,45 euros.

 

F. Saint-Arroman

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.