XVMb6f8b376-b31c-11e6-a0e2-b844a3b16519.jpg

«Accusé de trois assassinats pour lesquels d'autres détenus avaient déjà été fusillés», il était entré en prison à 19 ans et n'en était sorti qu'à 42 ans, a rappelé le quotidien El Pais. Le quotidien espagnol le présente comme «le prisonnier politique ayant passé le plus de temps dans les geôles franquistes».

Affilié très jeune au Parti communiste, il s'était enrôlé dans le camp républicain pendant la guerre civile. Après la victoire du camp nationaliste, il avait été arrêté à Madrid. Condamné à mort par deux fois, sa peine avait été commuée en réclusion. Le jeune détenu avait alors commencé à écrire des livres de poésie tel que «Espana a tres voces» (L'Espagne à trois voix), qui allaient lui valoir les éloges de Pablo Neruda ou de Rafael Alberti.

 

LIRE SUR LE FIGARO

 

Dans son livre de mémoires, Dites-moi à quoi ressemble un arbre, il s’interrogeait encore : mon péché est terrible : j’ai voulu remplir d’étoiles le cœur de l’homme. Et pour cela, derrière les barreaux, en vingt-deux hivers j’ai perdu mes printemps.

Sorti de prison en 1961, il ne cessa d’appeler, notamment depuis Paris où il dirigea le Centre d’information et de solidarité avec l’Espagne, à la solidarité internationale avec les prisonniers et les victimes de la répression franquiste.

 

LIRE SUR l'HUMANITE

 

(photo : Caroline Ventezou/AFP)