mardi 31 mars 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

CAMVAL_CFE5.jpg

 

Dans le public du conseil communautaire hier, fait rare, un groupe de commerçants, artisans et professions libérales. Une quinzaine de personnes qui venait de recevoir cet impôt appelé contribution foncière des entreprises, un impôt qui remplace la taxe professionnelle, perçue par la communauté d'agglomération.

L'augmentation de près de 1% de cette taxe a été votée l'année dernière au mois d'avril par le conseil, pour éviter le recours à l'emprunt. 4 conseillers s'y étaient opposés (Patrick Monin, Corinne Mossire, Eve Comtet-Sorabella et Christophe Juvanon), la plupart des élus de l'opposition n'ayant pas pris part au vote.

 

Mais hier soir, certains professionnels qui avaient reçu leur feuille d'impôt l'avait mauvaise... « On ne sait pas quoi faire pour se faire entendre ! C'est pour ça qu'on est là aujourd'hui. Il faut faire quelque chose, la multiplication de l'impôt a été une multiplication par deux pour beaucoup d'entre nous » déclarait une femme médecin conventionnée secteur 1.

A l'écoute de la déclaration de l'élue du Front de Gauche, ils applaudissaient même lorsque celle-ci évoquait un centre ville moribond. « C'est vrai, le centre ville se meurt. Si rien n'est fait, il ne restera presque plus rien dans ce centre ville.

De leurs côtés, les élus de gauche, interpellés par leur administrés soumis à la CFE, ont souhaité faire une déclaration à la presse, dénonçant l'absence de différence de traitement pour une petite et une grande entreprise. Eve Comtet Sorabella, élue du Front de Gauche, fera une déclaration au nom de son parti, pendant le conseil.

 

Le président, interpellé lui-même sur son courrier envoyé aux chefs d'entreprise pour les rassurer, répondait que ce courrier n'avait d'autre objectif que de répondre à des courriers manifestant une inquiétude. « Oui, en tant que chef de l'exécutif, je me suis adressé à ses personnes, c'est bien naturel. Je me suis engagé, en accord avec tous les membres du bureau, à revenir à des bases de CFE plus basses dès 2017 si la confiance m'est de nouveau accordée, car j'ai bien pris conscience des effets négatifs de cette augmentation. Rien de choquant là dedans, j'ai fait mon devoir de président. »

Rodolphe Bretin

 

La déclaration de Eve Comtet Sorabella (FdG) en Conseil

Monsieur le Président, en cohérence avec mon vote du budget prévisionnel 2016, je voterai contre cette décision budgétaire modificative. En effet, j’ai exprimé à ce moment là mes positions concernant vos choix d’augmenter les contributions des administrés. Pour rappel, sur la CFE par exemple, j’ai dit : «Cette proposition me semble faire peser le risque d’affaiblir un tissu économique fragile d’entreprises locales. Basée sur la valeur locative qui est élevée sur notre territoire et le chiffre d’affaire qui rend compte de l’activité d’une entreprise mais pas des résultats qu’elle dégage, je ne suis pas favorable à cette proposition qui peut freiner la capacité d’investissement de nos entreprises dans un contexte financier soutenable de notre collectivité. Je vote contre.». Contrairement à vous qui avez voté pour.

Pour aller plus loin il faut remonter à l’origine de la création de la CFE se substituant en partie à la taxe professionnelle, en 2010, sous la présidence de N Sarkozy, président alors de votre majorité. La taxe professionnelle devait être réformée mais pas de cette façon. Les élus communistes avaient des propositions : L’introduction des actifs financiers dans la base de cette taxe permettrait d’alimenter un fond national de péréquation, prenant en compte les besoins des collectivités, et reconnaissant la situation particulière des petites entreprises et des commerces de proximité. Le taux serait fixé au plan national par le Parlement. La collecte nationale serait répartie selon des critères et des clés de répartition prenant en compte le développement humain du territoire (éducation, social, emploi...). Bien entendu les bases de cet impôt seraient composées également de la valeur ajoutée, de la valeur locative foncière, et de la valeur locative des équipements et biens immobiliers afin de consolider les liens entre l’entreprise et la collectivité.

Vous justifiiez en avril cette mesure par la baisse des dotations de l’Etat, mais je rappelle qu’elles furent aussi initiées sous la présidence Sarkozy et que votre parti politique la soutient encore. C’est pourtant la source d’inégalités majeures car elle provoque une hausse mécanique de la fiscalité locale qui touche tous les administrés, indépendamment de leurs revenus. De plus, cette augmentation de la CFE devait soutenir les projets d’investissements alors j’attends de voir ceux réalisés en 2016.

Si je peux partager votre proposition de revenir sur les bases minimum votées en 2015 que vous faites aux assujettis à cette contribution, je serais très attentive aux mesures que vous prendrez pour ne pas augmenter la fiscalité, les tarifs des prestations (conservatoire et piscine) ainsi que la taxe sur les ordures ménagères.

Eve Comtet Sorabella, Front de Gauche, 15.12.2016.

 

La déclaration du Groupe du Mâconnais-Val de Saône Solidaire à la presse

CFE - Le président n'assume pas son propre vote

Les entreprises de notre territoire ont, à juste raison, été inquiétées de la hausse parfois très forte de leur Contribution Foncière des Entreprises : CFE.

La CFE est une des taxes qui a été créée par le gouvernement Fillon pour remplacer la taxe professionnelle en 2010. A l'image des autres cotisations foncières (Foncier Bâti et Foncier Non Bâti), elle est le produit d'un taux voté par la collectivité (25% pour la CAMVAL) par une base calculée par l’administration fiscale.

Pour pallier au fait qu'une entreprise (haute technologie, Internet...) peut faire un chiffre d'affaire important dans des locaux exigus, le législateur a prévu que la collectivité puisse fixer une base minimale en fonction de seuils de chiffres d'affaires.

Lors du conseil du 9 avril 2015, c'est cette possibilité que le conseil communautaire a décidé de mettre en œuvre à partir de 2016.

Jusqu'en 2015 toutes les entreprises taxées sur la base minimale payaient la même CFE de 337€ quelque soit leur chiffre d'affaire. La décision de 2015 a permis de baisser la CFE des petites entreprises (chiffre d'affaire inférieur à 100 000€) et d'augmenter fortement la CFE des grosses entreprises.

Ainsi en 2016, une entreprise qui a 10 000 € de chiffre d'affaire paye 126€ de CFE et une entreprise qui a plus de 500 000 € de chiffre d'affaire paye 1 639 € de CFE.

Cette mesure a par ailleurs permis à la CAMVAL de maintenir son activité malgré la forte baisse des dotations de l’État que nous déplorons aussi.

Cette mesure a été votée à une très large majorité : il y a eu 4 voix contre dont 3 élus de notre groupe qui pressentaient la hausse brutale pour les entreprises importantes. Notre groupe a demandé si l’exécutif s’engageait à ne pas augmenter de nouveau ces bases. Le président de l'époque s'est engagé à ne plus les augmenter, toutes choses égales par ailleurs.

Lorsque les commerçants se sont émus auprès de plusieurs élus de notre groupe de cette hausse, bien que faisant partie de l'opposition, nous avons essayé d'expliquer et d'assumer cette décision votée à une large majorité tout en rassurant sur le fait que cela devrait se stabiliser à l'avenir.

Au lieu de cela et bien qu'il ait voté la mesure en avril 2015, l'actuel président a écrit à toutes les entreprises pour annoncer que s'il était réélu le 19 janvier 2017, il proposerait au conseil communautaire de « revenir sur les bases minimum votées en 2015 ».

 Cela nous amène à lui poser les questions suivantes :

  • Le président trouve t'il normal qu'une entreprise qui a 500 000€ de chiffre d'affaires paye la même CFE qu'une entreprise qui a 10 000€ de chiffre d'affaires ?

  • Le président envisage t'il de prendre le même engagement de retour à l’antérieur vis à vis de tous ceux qui ont subi une hausse de la pression fiscale de la CAMVAL (1 % sur le foncier, niveau de la TEOM excessif, augmentation du tarif des différentes prestations, charges injustifiées imposées aux communes pour la petite enfance et le droit des sols, refus de financement de la gratuité des transports scolaires) ?
    A noter que cette hausse de la fiscalité a surtout servi à alimenter un bas de laine très important que l'on reporte d'année en année lors du vote du compte administratif.

  • JP Courtois dit que « dans le contexte économique difficile que connaît la France, toute pression fiscale supplémentaire est insupportable ». C'est le même Courtois JP qui vient d'augmenter les impôts locaux de Mâcon de 10%

  • JP Courtois indique que la CFE devrait être basée sur le résultat et pas sur le chiffre d'affaires des entreprises. On attend qu'il propose que l'impôt sur le revenu des personnes physiques soit basé sur ce qui nous reste quand on a payé toutes nos factures et plus sur notre revenu.

  • Le président qui annonce qu'il est candidat à sa succession a t'il utilisé les moyens de la CAMVAL pour faire sa propagande ? Si oui, nous demandons les mêmes moyens. 

 

CAMVAL_CFE3.jpg

Le conseil réuni hier soir à la salle Pavillon

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS : Les dispositions de l'Agglomération en matière de collecte des déchets

Suite aux mesures prises par le Gouvernement pour lutter efficacement contre la diffusion de l'épidémie de coronavirus, MBA est amené à modifier temporairement les modalités de collecte des déchets ménagers sur son territoire.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Une rentrée avec d’avantage d’étudiants sur le site universitaire de Mâcon

site universitaire Mâcon.jpg
Deux des principaux responsables du développement de l’enseignement supérieur à Mâcon ont dévoilé, lors d’une conférence de presse, les perspectives de la prochaine rentrée.

ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE : Des partenariats prestigieux pour le conservatoire de Mâcon

conservatoire Mâcon classe préparatoire (9).JPG
La création d’une classe préparatoire à l’enseignement supérieur au conservatoire Edgar Varèse de Mâcon ouvre des nouvelles opportunités de collaboration avec des établissements d’enseignement supérieur de la région.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : C'est parti pour la collecte des sapins de Noël !

Sapin.jpg
Publi-information - 8 points de collecte sont en place jusqu'au 25 janvier Rendez-vous le 29 janvier pour le broyat gratuit.

MÂCON : Le Multi-accueil des Blanchettes entièrement rénové

AcceuilBl (4).JPG
Il a été inauguré ce samedi en présence de Jean-Patrick Courtois, président de la MBA, et de Jérôme Gutton, préfet de Saône-et-Loire.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS : Comprendre les auteurs pour mieux prévenir les violences intra-familiales

colloque violences intrafamiliales Charnay.jpg
Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre la violence faite aux femmes, le réseau Violences Intra-Familiales (VIF) de Mâconnais-Beaujolais Agglomération a proposé ce lundi une journée de sensibilisation et d'échanges.

CLIN D'OEIL : Quelle seconde vie pour une cagette ?

JLServignat.jpg
La famille Servignat, deux créateurs passionnés de Tournus, expose ses objets recyclés et métamorphosés à l'espace Carnot de Mâcon, à l'occasion de l'opération 2nde vie de l'Agglomération MBA.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Le contrôle d'accès aux déchèteries porte ses fruits

entrée_déchetterie_Saint-Martin-Belle-Roche__3.JPG
A voir aussi, tous les chiffres du traitement des déchets sur l'Agglomération.

FORMATION : Le conservatoire de Mâcon agréé classe préparatoire musique

prépa conservatoire Mâcon.jpg
L'annonce a été faite jeudi soir en Conseil communautaire par le vice-président en charge de la culture, Hervé Reynaud. ACTUALISÉ

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : En route vers un plan pour le climat, l’air et l’énergie

diagnostic plan climat air energie MBA.jpg
Un diagnostic de l’environnement et de ses enjeux futurs, intitulé « Plan Climat Air Energie Territorial » a été présenté ce jeudi soir aux élus du Conseil communautaire de la communauté d'agglomération Mâconnais Beaujolais Agglomération (MBA).

REGION DE MÂCON : Plus de 800 élèves font leur rentrée au Conservatoire Edgar Varèse cet automne

rentrée conservatoire Mâcon 2019 (27).JPG
Le conservatoire de musique et de danse de Mâcon reprend ses cours avec des effectifs stables, des nouvelles pratiques et des projets d’enseignement uniques sur le département.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Plus de 1 500 étudiants.tes accueillis.es cette année

MBARentrée19.jpg
La communauté d'agglomération Mâconnais Beaujolais Agglomération a accueilli comme il se doit les étudiants.tes lors d'une cérémonie d’accueil ce mardi au Théâtre Louis Escande à Mâcon.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Un local à Mâcon, dédié à la nouvelle OPAH RU « Cœur de Ville » 2019-2024

permanence OPAH Mâcon.jpg
L'Agglomération met à disposition du public un espace destiné à accueillir, conseiller et épauler les propriétaires dans la conduite de leur projet de rénovation d’immeubles d’habitation.

MBA - Piscine de Mâcon : Ça se passe mal avec SER construction pour la couverture rétractable du bassin extérieur

Piscine (20).JPG
Le chantier prend encore du retard. Le vice-président de la MBA en charge du dossier et le directeur du centre aquatique le déplorent et le dénoncent.

MACONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Vers une meilleure prise en charge des violences intrafamiliales

convention vif MBA (68).JPG
Un contrat de mobilisation et de coordination sur les violences intrafamiliales, sexistes et sexuelles et une charte de déontologie du réseau Mâconnais Beaujolais Agglomération ont été signés ce vendredi à Mâcon.

MÂCON-SANCÉ : Une future Zone d’Aménagement Concertée aux Quatre Pilles

ZAC MACON SANCE - 8.jpg
L’Agglomération du Mâconnais-Beaujolais (MBA) souhaite développer le potentiel économique du Nord du territoire en accueillant des entreprises artisanales.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Le conseil vote un soutien au développement de l’offre privée d’accueil à la petite enfance

MBA souhaite améliorer l’offre privée d’accueil de la petite enfance en favorisant le maillage du territoire et l’accueil en horaires atypiques. La gauche s'est élevée contre cela par les voix de Eve Comtet-Sorabella et Maurice Plassard.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : La Mission économique au Salon des entrepreneurs de Lyon

MBA Salon des entrepreneurs1 bis.jpg
A voir, l'interview de Jean-Patrick Courtois par Mathilde Degorce (Widoobiz)

MÂCON : 600 emplois sur 18 mois !...

MBA MAROQUINERIE THOMAS ECONOMIE JPC1.jpg
...et une méthode pour assurer le développement économique de Mâconnais-Beaujolais Agglomération, c'est ce qu'a expliqué son président Jean-Patrick Courtois hier en conférence de presse. Une conférence tenue après l'annonce la semaine dernière de l'installation de Maroquinerie Thomas à Mâcon.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION - Budget Transport en commun : Un excédent de plus de 4 millions d’€ qui trouble l’opposition

Elle avait saisi le préfet l'été dernier. ACTUALISÉ : Le montant des investissements en 2019

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION – Budget 2019 : Priorité au développement économique

MBA BUDGET 2019 VOTE.jpg
Le budget a été adopté jeudi soir par le Conseil. Le président Jean-Patrick Courtois a salué une « situation saine avec un excédant de 4,8 millions d'€ ». L'opposition a déploré des hausses de tarifs et un « tout pour la ville centre ».

UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE : Deux nouvelles formations dans la filière vitivinicole, à Mâcon

FORMATIONS U MBA DAVAYE1.jpg
Licence professionnelle conduite stratégique de l'exploitation vitivinicole et certification de spécialisation à la conduite d'engins viticoles. Telles sont les deux grandes nouveautés proposées par l'Université de Bourgogne sur le site universitaire de Mâcon. Ces formations se feront au lycée viticole de Davayé.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Un site de compostage au Jardin du 1er mai de Mâcon

site compost partagé Mâcon.jpg
Pour marquer la Semaine Nationale du compostage de proximité, le pôle Environnement de la MBA a présenté le premier site de compostage partagé mis en place en plein centre-ville de Mâcon. Il est géré par les habitants et des restaurateurs du coin.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Les membres du réseau VIF en formation pendant deux jours

VIOLENCES INTRAFAMILIALES FORMATION MBA MACON - 6.jpg
Les violences intra-familiales (VIF) regroupent les violences au sein du couple et celles exercées à l’encontre des mineurs et des ascendants au sein de la cellule familiale.

MACONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Une « classe musicale » verra le jour au collège Pasteur

classe horaires aménagés musique collège Pasteur Macon.jpg
25 élèves seront choisis pour faire partie de la première « classe à horaires aménagés » dédiée à l’étude de la musique, à Mâcon, grâce à la collaboration du conservatoire Edgar Varèse avec le collège Pasteur.

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMERATION : Saône Digitale, ZI des Bruyères, Inobyz au centre des investissements

DSC00588 _ CC MBA.jpg
Comme l'a souligné Dominique Deynoux, vice-président en charge des finances, en lecture du Rapport d'orientations budgétaires 2019 : "Le développement économique est une des compétences centrales de l'agglomération". C'est donc principalement en faveur des grands projets de développement que le budget 2019 sera axé.