lundi 20 mai 2024

 

Les élu.e.s RN ont brandi des pancartes en conseil, provoquant une interruption de séance... La présidente annonce dans un communiqué vouloir porter plainte suite à un mot prononcé par un élus RN, «empruntant au vocabulaire Nazi » dénonce-t'elle... ACTUALISÉ : Le droit de réponse de l'élu ayant prononcé le mot «untermenschen», «sous-hommes en Français».

Cliquez ici pour lire l'article sur infos-dijon

 

Droit de réponse de Thomas Lutz à la suite de la plainte de Marie-Guite Dufay
 

Face à l’attitude insupportable et antidémocratique de la présidente socialiste de la Région Bourgogne Franche-Comté qui ne cesse de piétiner les droits des élus du Rassemblement National et au cours d’une séance particulièrement houleuse, j’ai utilisé de manière inadéquate, inappropriée et très malheureuse, le terme de « untermenschen » pour qualifier le statut des élus de l’opposition au conseil régional.

Il est bien évident qu’à aucun moment je n’ai voulu faire un parallèle avec le martyr du peuple juif et de nos amis israéliens qui depuis le 7 octobre 2023 subissent la barbarie des terroristes islamistes du Hamas. Aux personnes qui pourraient être blessées, j’adresse mes regrets d’avoir utilisé ce mot.

Je dénonce avec la plus grande fermeté cette odieuse et sordide exploitation politicienne d’une majorité NUPES aux abois dont il faut rappeler les écœurantes connivences avec l’extrême gauche LFI qui considère les massacreurs de juifs du Hamas comme des résistants sans que cela n’ait jamais choqué Marie-Guite Dufay.


Thomas LUTZ
Conseiller régional de Bourgogne Franche-Comté
 
 
Communiqué du RN BFC
 
La gauche régionale abandonne les victimes de viol :
Julien Odoul dénonce la plainte malhonnête de Marie-Guite Dufay
 
Après avoir brandi des pancartes « violeurs étrangers dehors », en soutien aux militantes du collectif féministe Némesis persécutées par la maire de Besançon et à toutes les Françaises victimes de l’immigration sauvage, la présidente du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a annoncé effectuer un signalement au procureur de la République et porter plainte contre les élus du Rassemblement National pour « incitation à la haine raciale ».

Cette manœuvre grotesque et cette communication stérile sont révélatrices des priorités infamantes de la majorité socialo-écolo-communiste qui préfère prendre le parti des migrants coupables d’agressions sexuelles au lieu de défendre les femmes qui en souffrent.

Les élues de gauche, féministes en carton recyclé, sont restées silencieuses. Pout toutes ces belles âmes, la défense des droits et libertés des femmes n’est qu’un fond de commerce, leur vrai combat étant celui de l’accueil à tour de bras de populations étrangères au détriment de la sécurité des femmes de la région.

Alors que les étrangers représentent 7,8% de la population en France, ils sont 13% parmi les mis en cause des violences sexuelles. A Paris, 52% des viols sont le fait d’étrangers et les étrangers représentent 73% des agresseurs sexuels dans les transports selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.
C’est une réalité incontestable et largement documentée : l’immigration est le carburant de l’insécurité !

Cette réalité est insupportable à tous les ayatollahs de l’immigration qui persistent dans leur aveuglement sur les conséquences de ce « vivre-ensemble » qui se transforme souvent en « vivre en enfer ». Pourtant, dénoncer ces faits intolérables, cette violence, cet ensauvagement, devrait rassembler.

Faut-il porter plainte contre le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui avait lui-même dit : « nous voulons permettre l'expulsion de tout étranger reconnu coupable d'un acte grave par la justice » ?

Faut-il porter plainte contre l’ancienne ministre Marlène Schiappa, qui avait déclaré : « quand un étranger commet des violences sexistes et sexuelles, il doit cesser d’être accueilli en France » ?

Coupable d’aveuglement idéologique, la majorité de gauche est aussi complice en alimentant l’immigration de peuplement par une politique attractive avec près de 32 millions d’euros consacrés à la formation des migrants depuis 2016.

Le Rassemblement National, comme 85% des Français, demande l’expulsion systématique des délinquants et criminels étrangers. Julien Odoul rappelle que la place d’un violeur français est en prison, la place d’un violeur étranger est dans un avion !

 

Communiqué de la présidente Marie-Guite Dufay

Le Rassemblement national emprunte au vocabulaire nazi :

la Présidente de Région Marie-Guite Dufay annonce son intention de porter plainte

Ce jeudi 11 avril, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional, a employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon.

Après avoir brandi des pancartes associant immigrés et viols plus tôt dans la séance, le Rassemblement national a une nouvelle fois dépassé les bornes de l’outrance en criant l’expression « untermensch » dans l’hémicycle, mot allemand appartenant à l'idéologie nazie, signifiant « sous-homme ».

« Nous ne devons jamais laisser passer les provocations et les outrances du Rassemblement national sans réagir. Emprunter au vocabulaire nazi est extrêmement grave, et donne un aperçu clair de ceux qui composent aujourd’hui un parti pourtant en quête de respectabilité », a déclaré Marie-Guite Dufay, qui a annoncé dans la foulée son intention de porter plainte auprès du procureur de la République.

 

 

Communiqué du groupe RN au Conseil régional

Parce que la sécurité des Français est la priorité du Rassemblement National, les conseillers régionaux RN ont brandi en Assemblée plénière au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, des pancartes « Violeurs étrangers dehors », pour apporter leur soutien aux militantes Némésis attaquées en justice par la maire écologiste Anne Vignot. 

Dimanche 7 avril, au carnaval de Besançon, deux militantes du collectif féministe Némésis ont brandi des pancartes pour réclamer l'expulsion des violeurs étrangers du territoire français. Une demande légitime quand les chiffres sont alarmants : 46 femmes auraient pu être épargnées si les obligation de quitter le territoire français (OQTF) avaient été appliquées ! 

Pour avoir demandé une politique que Gérald Darmanin et Marlène Schiappa avaient eux-mêmes soutenue, la militante Yona a été placée en garde à vue et son ordinateur mis sous scellés. Un véritable acharnement sur une jeune femme de 19 ans qui ne fait que dénoncer des réalités que refusent de voir les islamo-gauchistes ! En septembre 2023, Anne Vignot tenait un discours radicalement différent quand une manifestante d’extrême gauche avait brandi une pancarte « une balle, un flic » en disant « avoir pris connaissance des faits ». La maire écologiste cautionne l'appel au meurtre des policiers mais porte plainte contre les femmes qui osent dénoncer le laxisme migratoire et ses conséquences pour la sécurité des Françaises. 

En Bourgogne Franche-Comté, la majorité socialiste, alliée avec les écologistes, entretient et cautionne cette vague d'immigration depuis 2016, plus de 32 millions d'euros ont été alloués pour financer des formations aux migrants et l’argent public subventionne à tour de bras des festivals « pro migrants ». 

Julien Odoul et les élus du Rassemblement National apportent leur soutien aux militantes du collectif Némésis qui, comme 85% des Français*, demandent l’expulsion systématique des délinquants et criminels étrangers. 

 

EDITO : L'Union Européenne, l'opium des élites au pouvoir et des multinationales

Alors que les élections européennes se profilent à l'horizon, de plus en plus de voix s'élèvent contre la confiscation de la souveraineté nationale par le pouvoir politique. Confiscation qui date, rappelons-le, de 1992, année du traité de Maastricht approuvé par une très courte majorité de Français. Du bout des lèvres en effet, et à l'issue d'un débat qui est entré dans l'histoire pour les…

EUROPÉENNES : Jérémy Decerle en position éligible sur la liste conduite par Valérie Hayer

À lire aussi, le communiqué de soutien des députés Dirx, Marguerite et Rebeyrotte à la liste Besoin d'Europe. Les trois députés de Saône-et-Loire de la majorité présidentielle saluent la présence en bonne place de Jérémy Decerle. 

EUROPÉENNES - Sébastien Chenu (RN) à Mâcon : «Le 9 juin, dresser un cordon sanitaire autour de ceux qui ont ruiné le pays»

Le 9 juin se dérouleront les élections européennes, qui auront évidemment une dimension nationale. Sébastien Chenu, député du Nord, vice-président de l'Assemblée nationale et du RN, n'est pas candidat. Pour autant, en bon militant, il fait campagne pour Jordan Bardella. Il était à la cité des vins hier soir aux côtés d'Aurélien Dutremble, délégué du RN 71, et Valérie Deloge, conseillère régionale…

POLITIQUE : Remous au Conseil régional...

Les élu.e.s RN ont brandi des pancartes en conseil, provoquant une interruption de séance... La présidente annonce dans un communiqué vouloir porter plainte suite à un mot prononcé par un élus RN, «empruntant au vocabulaire Nazi » dénonce-t'elle... ACTUALISÉ : Le droit de réponse de l'élu ayant prononcé le mot «untermenschen», «sous-hommes en Français».

EXPRESSION SYNDICALE : « Le 8 mars, et après ? »

Les revendications de la CGT Mâcon pour véritable égalité femme-homme

ATTEINTE À LA LAÏCITÉ : Le Collectif Laïque National apporte son soutiens aux chefs d'établissements scolaires

L’association "Agir pour la Laïcité et les Valeurs Républicaines", association départementale de promotion de la Laïcité, est membre actif du Collectif Laïque National. Elle tenait hier à Mâcon son assemblée générale. L'occasion de faire passer le message suivant...

POLITIQUE : Un moratoire pour les zones de revitalisation rurale

L’initiative est saluée par les parlementaires de Saône-et-Loire

EXPRESSION POLITIQUE : Des élus locaux n'acceptent pas d'avoir été comparés à Poutine par le maire de Tournus

Ils s'insurgent contre la réaction du maire de Tournus à l'encontre d'un collectif qui a entamé une procédure contre le projet Eclat, parc historique porté par le Département sur la commune.

MÂCON – Conseil municipal : Règlements de comptes sur le budget

Après une longue intervention d'Eve Comtet-Sorabella pour le groupe d'opposition Mâcon Citoyens suite à la présentation du rapport d'orientation budgétaire, le maire Jean-Patrick a répondu par une leçon de gestion, taclant au passage la collectivité régionale...

MÂCON : Les Halles St-Pierre vendues à une société spécialisée qui réalisera les «Halles alimentaires marchandes et gourmandes»

Objet d’une délibération soumise au vote ce lundi soir en conseil municipal, la vente des Halles St-Pierre (situées derrière l’église du même nom) à la société OMC - Promotion a provoqué l’indignation du groupe d'opposition Mâcon Citoyens. Le maire a justifié une vente qui permet « une opération blanche ».

POLITIQUE : Bilan et perspectives pour Mâcon Citoyens à l'heure de la nouvelle année

Le groupe d'opposition au conseil municipal a mis en avant son point de vue sur la politique conduite par la majorité municipale : « La politique de prestige de la Ville à l'épreuve du concret, le quotidien des Mâconnais. »