dimanche 3 mars 2024

 

Ce mercredi, André Accary, président du Département de Saône-et-Loire et Catherine Amiot, vice-présidnte chargée de la transition écologique ont signé la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » en présence d’André Cicolella, président du Réseau environnement santé (RES).

La vice-présidente a ensuite présenté le plan d'action aux acteurs du territoire.

Le Plan environnement 2020-2030 du Département se renforce avec la signature de cette charte qui vise à réduire l’exposition de tous les Saône-et-Loiriens aux perturbateurs endocriniens.

De l’air intérieur que nous respirons aux vêtements que nous portons, en passant par les aliments que nous consommons, les perturbateurs endocriniens envahissent notre espace de vie. Les collectivités locales ont un rôle particulier à jouer. Elles disposent notamment du levier économique de la commande publique et peuvent aussi agir directement sur la formation des professionnels (petite enfance, santé, matériaux utilisés au quotidien etc...)

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?

C’est une substance chimique ou naturelle, étrangère à l’organisme, très largement présente dans notre environnement : dans l’air, l’alimentation, les produits ménagers, les ustensiles de cuisine, les jouets, le plastique, les matériaux, les meubles, les cosmétiques…

Cette substance interfère dans le fonctionnement des hormones et du système endocrinien en

affectant potentiellement différentes fonctions de l’organisme. Elle a des effets néfastes sur la santé : troubles de la croissance, du développement sexuel ou neurologique, certains cancers et maladies chroniques.

À la suite du premier colloque « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » (VTSPE) en octobre 2017 à Paris, une charte du Réseau environnement santé (RES) est proposée aux collectivités locales pour développer les bonnes pratiques afin de réduire l’exposition aux

perturbateurs endocriniens. La charte VTSPE n’est pas un label mais un engagement sur 5 points (phytosanitaire, alimentation, formation des professionnels, marchés publics, information à la population).

Elle se décline également dans les établissements de santé, de la petite enfance ou scolaires.

Le Réseau environnement santé (RES)

Créé en 2009, le RES a été l’instigateur de l’interdiction du Bisphénol A dans les biberons en France puis dans l’ensemble de l’Union Européenne.

Parmi les autres actions significatives, RES a initié la Stratégie nationale des perturbateurs endocriniens (SNPE). Avec l’appui des de ses délégations régionales et avec l’objectif de mettre la santé environnementale au cœur des politiques publiques, le RES organise régulièrement des colloques.

Une charte pour des alternatives faciles à mettre en place

La signature de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » du RES met en avant les convictions et actions du Département dans ces deux domaines : la santé et l’environnement.

En la signant et en l’incluant dans le plan « Mon environnement, ma santé », le Département appelle les professionnels de santé, de la petite enfance et les collectivités à se saisir de la question des pollutions de proximité.

Il s’adresse à tous les Saône-et-Loiriens et leur propose des alternatives faciles à mettre en place à la maison, pour limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens.

La Saône et Loire est le deuxième département de France à proposer un plan d’actions aussi complet et concret.

 

Les 5 engagements de la charte :

1) Restreindre l’usage des produits phytosanitaires

2) Réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens dans l’alimentation en développant la consommation de produits bio et en écartant l’utilisation de matériels comportant des perturbateurs endocriniens pour cuisinier et chauffer (notamment le plastique)

3) Favoriser l’information de la population, des professionnels de santé, des agents territoriaux

4) Mettre en place des critères d’éco-conditionnalité afin d’éliminer progressivement les perturbateurs endocriniens des achats publics

5) Informer chaque année les citoyens sur l’avancement des engagements pris.

Un des objectifs du Plan environnement 2020-2030 est d’agir pour un environnement plus sain, valoriser des actions et en développer de nouvelles.

Les quatre axes du plan « Mon environnement, ma santé » font écho aux 5 engagements de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » du Réseau environnement santé (RES).

  1. Réduire le risque subi en agissant là où l’exposition aux perturbateurs endocriniens est la plus prégnante

  2. Appeler les professionnels de santé, de la petite enfance et les collectivités à se saisir de la question des perturbateurs endocriniens

  3. Agir en tant que Département écologiquement responsable et investi dans l’exemplarité des politiques publiques qu’il porte

  4. Accompagner et informer de manière positive en proposant à chacun, des solutions, des alternatives

Le Plan Saône-et-Loire sans perturbateurs endocriniens du Département cible trois leviers d’action : agir chez l'enfant et l'adolescent, accompagner l’adaptation des modes de vie et les modes de faire et communiquer de manière positive.

Pour mobiliser un maximum de professionnels de santé et de la petite enfance à l’échelle du territoire, le Département prévoit d’informer et de sensibiliser plus de 200 professionnels répartis dans l’ensemble du territoire (médecins, infirmières, sages-femmes, professionnels du paramédical ainsi que des assistantes maternelles).

L’information et la formation des professionnels de santé et de la petite enfance est impératif pour accroître l’impact de leur discours auprès des femmes enceintes, des jeunes parents, des enfants…

Le plan d’actions du Département se structure autour de ces trois axes stratégiques pour rassembler autour de cette nouvelle préoccupation de santé publique et accompagner les Saône-et-Loiriens qui, sans le savoir, peuvent compromettre leur santé. Simples et pratiques à mettre en oeuvre, les actions invitent chacun d’entre nous à devenir plus responsable.

M.A.

Photos © M.A.

 

 

 

MÂCON : Une page se tourne pour l’association Mâcon, vacances et loisirs

Samedi matin à l’Escatel s’est déroulée la dernière assemblée générale de l’association. Elle permettait depuis 56 ans aux enfants de goûter aux joies des sports d’hiver au chalet Notre-Dame-de-Bellecombe.

MÂCON : Le Salon Maison & Jardin de Mâcon revient pour une 3ème édition !

Le Salon Maison & Jardin vous accueille pour sa troisième édition du 8 au 10 mars au Parc des Expositions de Mâcon. Cet événement réunira près de 130 professionnels du secteur de la maison et du jardin ! INSCRIVEZ-VOUS ICI MÊME POUR OBTENIR UNE INVITATION

VARENNES-LES-MÂCON : Trois hommes épinglés pour transport et détention d'une tonne de cigarettes

Ils ont été interpellés mardi par les gendarmes suite à la découverte des cigarettes dans un fourgon tombé en panne sur l'autoroute et transporté dans un garage à Varennes. Le conducteur n'était pas avec son véhicule... Les trois hommes ont été jugés en comparution immédiate cet après-midi.

Mâcon : Repair Café, la magie opère toujours !

Record d’affluence pour la session de Flacé ce jeudi !

SAÔNE-ET-LOIRE - Finances des foyers : + 4 % de surendettement en 2023

La Saône-et-Loire est moins marquée que la région et que le pays tout entier. Un pourcentage important concerne les dettes à la consommation. Tous les chiffres du surendettement en Saône-et-Loire avec la Banque de France.

CHARNAY : Ouverture prochaine d'une microbrasserie

Carnacus, un lieu éco-responsable prônant la convivialité et le partage

MÂCON - Rotary Club : Une projection au Pathé Marivaux le 12 mars au profit de l'association "espoir en tête"

« Vous avez tous un super pouvoir, votre générosité. Avec les rotariens, faites avancer la recherche fondamentale sur le cerveau »

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : De nouvelles élections municipales en avril !

ACTUALISÉ - Non, ce n'est pas la faute de l'opposition si le maire démissionne. À LIRE AUSSI, le communiqué de l'opposition « La valse des maires »

CHARNAY - Rénovation énergétique : Les terrains de tennis éclairés au LED

Du 26 février au 1er mars, la Ville profite des vacances scolaires pour procéder à une première phase de rénovation de l’éclairage des terrains de tennis mis à disposition du Tennis-club de Charnay.

MÂCON : Une boîte à livres colorée et flambant neuve aux Saugeraies

Une réalisation conçue avec les habitants, une première !

MÂCON - Halles Saint Pierre II : « Une opération blanche pour nos deniers publics » selon J-P Courtois.

Le nouveau destin des Halles Saint Pierre a été scellé ce matin, vendredi 23 février par l’annonce de la vente des bâtiments 1 à un opérateur privé, un professionnel spécialisé dans la gestion des halles.

PATRIMOINE : L'église de Saint-Gengoux-le-National remporte le premier prix du Mécénat populaire

L'église clunisienne du XIIème siècle est le seul projet de Bourgogne-Franche-Comté récompensé par la 19e édition du Prix du mécénat populaire de la Fondation du patrimoine.