samedi 21 mai 2022

 

Ce mercredi, André Accary, président du Département de Saône-et-Loire et Catherine Amiot, vice-présidnte chargée de la transition écologique ont signé la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » en présence d’André Cicolella, président du Réseau environnement santé (RES).

La vice-présidente a ensuite présenté le plan d'action aux acteurs du territoire.

Le Plan environnement 2020-2030 du Département se renforce avec la signature de cette charte qui vise à réduire l’exposition de tous les Saône-et-Loiriens aux perturbateurs endocriniens.

De l’air intérieur que nous respirons aux vêtements que nous portons, en passant par les aliments que nous consommons, les perturbateurs endocriniens envahissent notre espace de vie. Les collectivités locales ont un rôle particulier à jouer. Elles disposent notamment du levier économique de la commande publique et peuvent aussi agir directement sur la formation des professionnels (petite enfance, santé, matériaux utilisés au quotidien etc...)

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?

C’est une substance chimique ou naturelle, étrangère à l’organisme, très largement présente dans notre environnement : dans l’air, l’alimentation, les produits ménagers, les ustensiles de cuisine, les jouets, le plastique, les matériaux, les meubles, les cosmétiques…

Cette substance interfère dans le fonctionnement des hormones et du système endocrinien en

affectant potentiellement différentes fonctions de l’organisme. Elle a des effets néfastes sur la santé : troubles de la croissance, du développement sexuel ou neurologique, certains cancers et maladies chroniques.

À la suite du premier colloque « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » (VTSPE) en octobre 2017 à Paris, une charte du Réseau environnement santé (RES) est proposée aux collectivités locales pour développer les bonnes pratiques afin de réduire l’exposition aux

perturbateurs endocriniens. La charte VTSPE n’est pas un label mais un engagement sur 5 points (phytosanitaire, alimentation, formation des professionnels, marchés publics, information à la population).

Elle se décline également dans les établissements de santé, de la petite enfance ou scolaires.

Le Réseau environnement santé (RES)

Créé en 2009, le RES a été l’instigateur de l’interdiction du Bisphénol A dans les biberons en France puis dans l’ensemble de l’Union Européenne.

Parmi les autres actions significatives, RES a initié la Stratégie nationale des perturbateurs endocriniens (SNPE). Avec l’appui des de ses délégations régionales et avec l’objectif de mettre la santé environnementale au cœur des politiques publiques, le RES organise régulièrement des colloques.

Une charte pour des alternatives faciles à mettre en place

La signature de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » du RES met en avant les convictions et actions du Département dans ces deux domaines : la santé et l’environnement.

En la signant et en l’incluant dans le plan « Mon environnement, ma santé », le Département appelle les professionnels de santé, de la petite enfance et les collectivités à se saisir de la question des pollutions de proximité.

Il s’adresse à tous les Saône-et-Loiriens et leur propose des alternatives faciles à mettre en place à la maison, pour limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens.

La Saône et Loire est le deuxième département de France à proposer un plan d’actions aussi complet et concret.

 

Les 5 engagements de la charte :

1) Restreindre l’usage des produits phytosanitaires

2) Réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens dans l’alimentation en développant la consommation de produits bio et en écartant l’utilisation de matériels comportant des perturbateurs endocriniens pour cuisinier et chauffer (notamment le plastique)

3) Favoriser l’information de la population, des professionnels de santé, des agents territoriaux

4) Mettre en place des critères d’éco-conditionnalité afin d’éliminer progressivement les perturbateurs endocriniens des achats publics

5) Informer chaque année les citoyens sur l’avancement des engagements pris.

Un des objectifs du Plan environnement 2020-2030 est d’agir pour un environnement plus sain, valoriser des actions et en développer de nouvelles.

Les quatre axes du plan « Mon environnement, ma santé » font écho aux 5 engagements de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » du Réseau environnement santé (RES).

  1. Réduire le risque subi en agissant là où l’exposition aux perturbateurs endocriniens est la plus prégnante

  2. Appeler les professionnels de santé, de la petite enfance et les collectivités à se saisir de la question des perturbateurs endocriniens

  3. Agir en tant que Département écologiquement responsable et investi dans l’exemplarité des politiques publiques qu’il porte

  4. Accompagner et informer de manière positive en proposant à chacun, des solutions, des alternatives

Le Plan Saône-et-Loire sans perturbateurs endocriniens du Département cible trois leviers d’action : agir chez l'enfant et l'adolescent, accompagner l’adaptation des modes de vie et les modes de faire et communiquer de manière positive.

Pour mobiliser un maximum de professionnels de santé et de la petite enfance à l’échelle du territoire, le Département prévoit d’informer et de sensibiliser plus de 200 professionnels répartis dans l’ensemble du territoire (médecins, infirmières, sages-femmes, professionnels du paramédical ainsi que des assistantes maternelles).

L’information et la formation des professionnels de santé et de la petite enfance est impératif pour accroître l’impact de leur discours auprès des femmes enceintes, des jeunes parents, des enfants…

Le plan d’actions du Département se structure autour de ces trois axes stratégiques pour rassembler autour de cette nouvelle préoccupation de santé publique et accompagner les Saône-et-Loiriens qui, sans le savoir, peuvent compromettre leur santé. Simples et pratiques à mettre en oeuvre, les actions invitent chacun d’entre nous à devenir plus responsable.

M.A.

Photos © M.A.

 

 

 

FESTIVAL MÂCON WINE NOTE ? : À la santé des vins Mâcon !

C’est parti pour le festival des Vins Mâcon après deux années d’interruption. 26 cuvées sont à déguster sur l’esplanade jusqu’à 1h00 ce soir. Et rebelote samedi dès la fin de l’après-midi.

MÂCON - Ecoles qui chantent : place aux enfants du CP au CM2 !

Le théâtre de Mâcon a accueilli ce mardi la deuxième représentation des rencontres « Écoles qui chantent ».

CHARNAY : Mieux vaut prévenir que guérir

C'est ce qu'on appris les visiteurs samedi après-midi sur la place Mommessin transformée en place de la Prévention routière.

PHOTOS : à Mâcon, on s'éclate à la fête foraine ! (2)

Deuxième volet de notre album photos sur ce premier jour de la fête.

Val Lamartinien - Vélo Gourmande : un weekend ensoleillé pour le plus grand bonheur des cyclistes

La 4ème édition de la traditionnelle Vélo Gourmande a pris le départ, ce samedi matin, au caveau des Vignerons des Terres Secrètes à Verzé.

IGÉ : Pleins feux sur le marché gourmand des Vignerons d'Igé

Jusqu’à ce samedi soir, les Vignerons d’Igé organise un marché gourmand dans leur chai. Douze producteurs locaux vous y attendent jusqu’à 18 h !

MÂCON - La Chanaye : 200 offres et des candidats pour le 1er Forum de l’emploi et de la formation

Ce jeudi, le centre social de La Chanaye accueillait le Forum pour l’Emploi et la Formation. De 9 h à 13 h, des nombreux stands étaient ouverts aux résidents du quartier et proposaient de nombreuses offres d’emploi, d’aides et de formation. Une démarche de proximité pour contrer le déficit de candidatures du territoire.

MÂCON : La 7e biennale d'Art naïf s’invite à la Médiathèque

Après l’inauguration de la biennale samedi dernier, une exposition vernissage a eu lieu, ce mercredi, à la médiathèque pour remercier tous les acteurs qui ont participé à ce projet.