samedi 25 juin 2022

 

L’UFC-Que Choisir rend publique une analyse critique des 14 000 contrôles sanitaires officiels sur les aliments vendus en France qui révèle que plus de la moitié des fruits et légumes de l’agriculture intensive testés sont contaminés par des pesticides suspectés d’être cancérogènes, toxiques pour la reproduction ou l’ADN ou perturbateurs endocriniens.

 

Communiqué de l'UFC Que Choisir 

Sur la base de ce constat inquiétant, et alors que la FNSEA et le Ministre de l’agriculture, instrumentalisant les conséquences de la guerre en Ukraine, demandent de façon irresponsable un abandon des propositions européennes pour renforcer le cadre réglementaire sur les pesticides, l’Association saisit les autorités, dont l’ANSES, pour obtenir des procédures plus strictes d’autorisation des pesticides.

La majorité des produits issus de l’agriculture intensive contaminée et jusqu’à 92 % pour les cerises L’UFC-Que Choisir a épluché les analyses officielles de 14 000 échantillons de produits bio et conventionnels1 et a trouvé parmi les pesticides détectés pas moins de 150 substances suspectées d’être cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques ou perturbateurs endocriniens.

Le bilan est particulièrement inquiétant : pour les fruits et légumes de l’agriculture intensive, on révèle la présence d’un de ces pesticides à risque dans plus de la moitié (51 %) des contrôles et d’au moins deux pesticides à risques pour 30 % des contrôles. Loin de ne concerner que des traces infinitésimales non quantifiables, dans près d’un cas sur deux (43 %), les autorités ont été en capacité de mesurer les doses de ces substances.

On retrouve par exemple dans plus d’un quart des pomélos analysés (27,4 %), du pyriproxyfène, fortement suspecté d’être un perturbateur endocrinien et d’avoir contribué à des malformations de la tête et du cerveau observées au Brésil. Parmi les aliments les plus contaminés, on trouve les pommes (80 % des échantillons) où l’on détecte fréquemment du fludioxonil (48 % des échantillons), un fongicide suspecté d’être un perturbateur endocrinien, ou encore la quasi-totalité des cerises (92 % des échantillons) notamment contaminées en phosmet (47 % des échantillons), un insecticide suspecté par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (Aesa) d’être toxique pour la fonction reproductrice.

Le bio, meilleur moyen d’éviter les pesticides pour les consommateurs les plus sensibles À l’inverse, l’étude de l’UFC-Que Choisir montre que les aliments bio sont beaucoup moins contaminés notamment en raison de l’interdiction des pesticides de synthèse pour ce mode de production. Par rapport à leurs équivalents de l’agriculture intensive, on relève pratiquement six fois moins d’échantillons de tomates bio contaminées par des pesticides à risques (1 échantillon sur 10 en bio contre près de 6 sur 10 en conventionnel), sept fois moins pour les haricots verts bio et huit fois moins pour les pommes.

Dans les rares cas, où le bio est contaminé, les teneurs relevées en pesticides à risque sont également beaucoup plus faibles qu’en conventionnel. Elles ne sont quantifiables que pour 8 % des échantillons, dans tous les autres cas les substances étant généralement absentes ou présentes à l’état de traces non quantifiables. Conformément aux recommandations du Programme National Nutrition Santé (PNNS) du Ministère de la Santé, les produits de l’agriculture biologique constituent donc un recours pour les consommateurs, notamment les plus sensibles aux effets de ces molécules : femmes enceintes, enfants et adolescents. Mais il n’est pas admissible de devoir obliger les consommateurs à se reporter sur une offre plus chère, alors que ces constats globaux inquiétants sont le résultat d’un cadre réglementaire particulièrement laxiste.

Des procédures de contrôle biaisées et obsolètes

Alors que les bilans des contrôles sanitaires sur les produits alimentaires donnent régulièrement lieu à des satisfécits officiels, l’analyse critique de l’UFC-Que Choisir démontre que la réglementation actuelle en matière de pesticides ne permet pas de garantir l’absence de risque dans les aliments. En effet, ces contrôles tiennent essentiellement compte des limites maximales de résidus autorisées (LMR) par la réglementation. Mais les substances susceptibles d’être cancérogènes, toxiques pour les fonctions reproductrices ou les perturbateurs endocriniens, pourraient être nocives pour la santé même à très faibles doses. La conformité aux LMR est donc une notion obsolète qui n’offre pas de protection suffisante pour ces substances dont aucune trace ne devrait être tolérée, d’autant plus que leur action peut être accrue lorsqu’elles sont présentes en mélange (effet cocktail).

Les procédures d’autorisation des pesticides se révèlent également particulièrement biaisées. Bien que les études indépendantes s’accumulent pour alerter sur la dangerosité de certains pesticides, les agences sanitaires continuent de les autoriser sur la seule base des études transmises par les fabricants. Plus consternant encore, elles attendent généralement la fin des périodes d’autorisation pour procéder aux réévaluations. Ainsi le pyriproxyfène, évoqué plus haut, ne sera réexaminé qu’en 2035 !

Les divergences entre instances officielles constituent des failles supplémentaires de la réglementation. Malgré l’avis de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui considère le glyphosate comme un cancérogène probable, la Commission Européenne a prolongé en 2017 son utilisation de 5 ans. Quant à la France, faisant fi de l’interdiction européenne des néonicotinoïdes, elle a également prolongé l’utilisation de certains d’entre eux sur la betterave au moins jusqu’à la fin 2022. Rappelons que ces pesticides tueurs d’abeilles sont également soupçonnés d’agir sur le développement du système nerveux humain.

Comment, face à l’omniprésence des pesticides à risque dans l’alimentation, admettre un renoncement à l’ambition européenne salvatrice de réduire drastiquement leur utilisation en amont ? Cette posture de la FNSEA et dans sa suite, celle du Ministre de l’Agriculture, sont inadmissibles. Sur la base de son étude, l’UFC-Que Choisir exige un renforcement du cadre réglementaire national et européen, à travers : 

- La remise à plat des procédures d’autorisation et notamment l’élaboration de méthodologies officielles pour mieux identifier les composés cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques ou les perturbateurs endocriniens, ainsi que les effets en mélange de substances (effet cocktail) ;

- Des contre-analyses indépendantes réalisées sous la responsabilité des agences sanitaires en cas de doute sur la nocivité de certains pesticides ;

- L’interdiction immédiate de commercialisation et d’utilisation des molécules les plus à risques, en application du principe de précaution.

 

À cet effet, l’Association saisit l’Anses pour que celle-ci formule des propositions concrètes d’amélioration de la réglementation.

L’UFC-Que Choisir met à la disposition de tous les résultats complets de son analyse en libre consultation.

 

 

CONCOURS MISS : Erin Thévenard est la nouvelle Miss Châtillon 2022 (2)

Et la jeune femme de 18 ans, originaire de Birieux où elle habite depuis toute petite, a répondu à nos questions…

CONCOURS MISS : Erin Thévenard est la nouvelle Miss Châtillon 2022 (1)

L'élection de Miss Châtillon 2022 s’est déroulée ce vendredi 1er avril à l'espace Bel Air de Châtillon-sur-Chalaronne. Une édition placée sous le thème des fleurs.

Pesticides à risques : 50 % de fruits et légumes contaminés - le temps n’est plus au laxisme alerte l'UFC

L’UFC-Que Choisir rend publique une analyse critique des 14 000 contrôles sanitaires officiels sur les aliments vendus en France qui révèle que plus de la moitié des fruits et légumes de l’agriculture intensive testés sont contaminés par des pesticides suspectés d’être cancérogènes, toxiques pour la reproduction ou l’ADN ou perturbateurs endocriniens.

Covid, pass, vaccin : Une médecin en santé publique bouscule le discours officiel devant la commission des affaires sociales du Sénat

Le docteur Alice Desbiolles, médecin de santé publique, épidémiologiste, diplômée de vaccinologie, a été entendue par la commission le 08 février.

COVID-19 : Le Doctothon revient avec une édition spéciale enfants

C'est maintenant que ça se passe, sur internet. 

COVID-19 : 3 jours de télétravail obligatoire pour 3 semaines

Le détail des annonces du Premier ministre ce soir

COVID-19 - Pr Henri Joyeux : «J'ai soigné plus de 200 personnes avec les traitements de mes confrères Raoult et Péronne»

Ancien chirurgien cancérologue et chirurgien des hôpitaux, il défend ses confrères Raoult et Péronne et donne quelques conseils santé pour renforcer notre système immunitaire.

COVID-19 : Le Doctothon* sur internet, 12 millions de vues** !

Et le professeur Montagnier (Prix Nobel de médecine en 2008), aux côtés du docteur Alexandra Henrion-Claude, généticienne franco-britannique, pour une conclusion détonante...

COVID-19 : Le Doctothon, c'est en ce moment sur internet

Quelque 300 docteurs se relaient pendant 24h pour « éclairer cette période si sombre » indique le site internet créé à cette occasion.

« Pénuries de médicaments : finissons-en ! » alerte la Ligue contre le cancer

Face à une situation insupportable qui s'aggrave, la Ligue contre le cancer poursuit son combat pour que plus aucune personne malade ne subisse d'arrêt de traitement.

TÉLÉ : Quand un journaliste de Cnews interpelle un député LREM pour le renvoyer à ses responsabilités

Voilà un moment de télé rare et savoureux. Saluons la liberté de ton de Julien Pasquet qui bouscule le député LREM Jean Terlier. « Lâchez la bride, laissez-nous tranquille ! » lance le journaliste. Nous critiquons régulièrement les chaînes d'info continue. Avouons pour une fois que ce moment est plutôt croustillant...

ENGAGEMENT : Une Mâconnaise en mission contre le projet d'usine éolienne dans la baie de St-Brieuc

Nathacha Rault est partie le 1er août en Bretagne en tant que pilote et co-responsable de la mission Sea Sheperd Les Vents de la colère. Avec 7 autres engagés.es, l'objectif est de documenter les dégâts sur la biodiversité que représentent le projet de parc de 62 éoliennes offshore en baie de St-Brieuc.

SANTÉ : Seulement 2 % de patients covid dans les hôpitaux en 2020 !

Ce chiffre à peine croyable au vu de la peur qui s'est emparée du pays l'année dernière est donné par l'Agence technique de l'information sur l'hôpital (ATIH), qui vient de sortir un rapport sur l'activité hospitalière liée au covid-19 en France en 2020.

SACRÉE BESTIOLE : Une libellule géante vue dans les Pyrénées orientales

LIBELLULE GEANTE3 - 1.jpg
Actualisé : Elle a été vue également à Belleville-en-Beaujolais.

SOLIDARITÉ : La Fondation groupe EDF lance son Fonds de Solidarité Covid-19

Il est doté d’un million d’euros « pour soutenir les plus démunis, pour favoriser le retour à l’école et à l’emploi mais aussi participer à un nouveau modèle de société plus durable et solidaire. » Les associations peuvent déposer une demande.

CORONAVIRUS - Covid-19 : FO Services publics et de santé porte plainte contre X

Derrière le X, c'est l'Etat qui est visé bien sûr.

VIDÉO : Confiné mais sportif et, surtout, bien rigolo !

RIONS UN PEU - 1.jpg
Mais que s'apprête-t'il donc à faire avec son bidon d'huile ou de liquide vaisselle ?.... La réponse dans la vidéo.

CORONAVIRUS : L'école à la maison avec France 4, ça commence demain

A compter du lundi 23 mars, France 4 modifie toute sa programmation de journée pour diffuser en direct des cours dispensés par des professeurs de l’Education Nationale. Ceci pour répondre à la mission « Nation Apprenante ».

MONDE : Les épidémies les plus meurtrières à travers le temps

EPIDEMIES.jpg
Peste, choléra, variole, grippe, SIDA... les morts se comptent par millions depuis la première peste antonine survenue au IIème siècle. La peste noire du XIVème siècle avait fait 200 millions de morts !

MUNICIPALES 2020 - Coronavirus : Les recommandations du ministère de l'Intérieur pour les bureaux de vote

Le ministère de l'Intérieur adresse certaines recommandations : l'aménagement des bureaux de vote devra limiter les situations de promiscuité, chaque bureau devra prévoir un point d'eau et mettre à disposition du gel hydro-alcoolique. Les électeurs sont invités à apporter leur stylo personnel. etc.