lundi 27 mai 2024

 

C'est un « bon père de famille », Mâconnais de 32 ans, qui comparaissait cet après-midi devant le tribunal correctionnel. Bon père, pas tous les jours mais presque... Et samedi, quand sa compagne l'a vu avec sa serpette, elle a pris peur, au point d'aller se réfugier dans la supérette où elle travaille.

 

 

Un bon père de famille en effet, sauf une fois par semaine, le vendredi après-midi en général, quand il prend sa cuite avec des copains. Il va vite se coucher en rentrant pour ne pas que ces tout jeunes enfants (3 et 4 ans) le voient dans cet état.

 

Samedi, alors qu'il retrouvait sa compagne et ses enfants pour rentrer à la maison, il l'a traité de tous les noms. Les fils étaient dans la poussette... D'après la compagne, il avait une serpette dans la poche. Elle a pris peur et a décidé de se rendre à la supérette pour acheter à manger. Il lui a donné sa carte bancaire et elle est partie.

 

Une fois là-bas, la patronne a vu tout de suite que quelque chose n'allait pas. La compagne, effrayée, paniquée, s'est épanchée. Sa patronne lui a vivement conseillé d'appeler la police, ce qu'elle s'est résolue à faire.

 

Les policiers se sont rendus chez elle - donc chez eux - et ont constaté que la serpette était sur la table du salon...

 

Il est interpelé et placé en garde vue. Il refuse d'abord de se soumettre au test d'alcoolémie, puis fini par obtempérer quelques heures plus tard. « Nous avions bu une bouteille de whisky à quatre. J'étais ivre, oui, et j'ai été insultant, c'est vrai, mais je ne l'ai pas menacé avec la serpette, c'est faux » affirme-t'il. « Comme j'ai l'alcool mauvais, elle a dû avoir peur, je comprends. » Insultes donc, mais aucun coup porté ni menaces proférées se défend-il. « Oui, j'ai un problème avec l'alcool. Je veux m'en sortir. J'aime mes enfants et je m'en occupe beaucoup, surtout depuis qu'elle travaille. »

 

 

« C'est un bon père, il est très présent, même plus que moi, je veux pas le charger, je veux bien qu'on vive ensemble » fait-elle dire par son avocate. Elle ne demande d'ailleurs aucun dommages et intérêts, simplement qu'il prenne conscience de la situation. Elle veut des solutions et protéger ses enfants.

 

 

Mais alors pourquoi une comparution immédiate, censée juger les infractions les plus lourdes dans un délai très rapide (les faits datent de samedi) ? Parce que notre homme a un casier judiciaire bien rempli... Douze condamnations, dont cinq pour vols et extorsion, la première remontant à 2008. Il a déjà été condamné pour violence sur conjoint en 2016, et terminait une autre peine en avril 2022 (avec bracelet électronique). Depuis, il semblait reprendre le bon chemin, vivait à nouveau avec sa compagne depuis 3 mois. Seulement voilà, elle a trouvé du travail, pas lui... blessure narcissique ? Sans doute.

 

Par ailleurs, « insulter la mère de ses enfants devant eux fait risquer de perdre l'autorité parentale » lui indique la procureure. À l'énonciation de ce fait-là, il s'énerve. Ces fils sont ce qu'il y a de plus importants pour lui. La procureure enchaîne en lui précisant que, justement, elle ne requiert pas le retrait de l'autorité parentale. Il se calme aussitôt. Elle requiert néanmoins 10 mois de prison fermes, 3 mois avec sursis probatoire et mandat de dépôt.

 

 

Son avocate plaidera la bonne foi, le début du parcours de soin, la volonté réelle de s'en sortir, un homme engagé dans une démarche positive.

 

 

Le tribunal le déclare coupable des faits reprochés et le condamne à 8 mois fermes, mandat de dépôt mais, rapidement, aménagement de peine. Il la purgera chez son père, avec bracelet électronique. Il a évidemment obligation de soin.

 

Rodolphe Bretin

 

MÂCON : Il frappe son copain de deux coups de couteau et prend la fuite par le balcon

L'auteur des coups de couteaux, retrouvé deux mois après, a été jugé mardi au cours d'une comparution immédiate. Une amitié qui n'aura pas fait long feu...

MÂCON – Passage à tabac devant le Local libertaire : deux hommes interpellés et jugés ce vendredi

Nous avions publié au soir du 22 avril le communiqué de l'association Local Libertaire de Mâcon qui relatait et dénonçait une violente agression physique devant le local sis avenue Jean Jaurès dans la nuit du 13 au 14 avril par « un groupuscule d'extrême droite ». La victime avait refusé de porter plainte pour des raisons toutes personnelles, « n'affectionnant pas particulièrement les forces de…

MÂCON : Passage à tabac devant le Local Libertaire dans la nuit du 13 au 14 avril

macon-infos a été destinataire d'un communiqué du Local Libertaire de l'avenue Jean Jaurès faisant état d'une violente agression physique par « un groupuscule d'extrême droite » devant le local cette nuit-là. La police a ouvert une enquête mais la victime n'a pas déposé plainte. Le déroulé des faits par le Local Libertaire et les infos du Parquet.

SAÔNE-ET-LOIRE : L'A6 fermée à hauteur de Chalon suite à l'accident d'un camion citerne

ACTUALISÉ : La camion-citerne transportait un hydrocarbure. Le point de situation à 22h par la préfecture.

MÂCON : Un mort et trois personnes intoxiquées dans un incendie rue des Trappistines

L'alerte a été donnée samedi après-midi à 16h20. Une cinquantaine de pompiers a été mobilisée au 140 de la rue des Trappistines sur un feu d'appartement, adresse de la maison-relais des Trappistines, gérée par la Fondation Abbé Pierre et qui accueille des personnes en grande précarité. ACTUALISÉ : le préfet s'est rendu sur place en début de soirée.

VARENNES-LES-MÂCON : Trois hommes épinglés pour transport et détention d'une tonne de cigarettes

Ils ont été interpellés mardi par les gendarmes suite à la découverte des cigarettes dans un fourgon tombé en panne sur l'autoroute et transporté dans un garage à Varennes. Le conducteur n'était pas avec son véhicule... Les trois hommes ont été jugés en comparution immédiate cet après-midi.

SAÔNE-ET-LOIRE : Jusqu'à 7km de bouchons sur l'A6 cet après-midi, à hauteur d'Uchizy, suite à un accident

Un agent pénitentiaire a été grièvement blessé. ACTUALISÉ : Il est décédé des suites de ses blessures

CHARNAY : Un incendie de container chez Dubois isolation

RECTIFICATIF : Il était écrit que l'incendie avait touché l'entreprise Ecobat. Or, il s'agit de l'entreprise Dubois isolation. Toutes nos excuses pour les désagréments engendrés par cette erreur à l'entreprise Ecobat.

RCEA : Délit de très très grande vitesse à hauteur de Milly-Lamartine

Il ne lui manquait plus que des ailes pour s'envoler...

SAÔNE-ET-LOIRE : 26 000 usagers privés d'électricité suite à un incendie sur deux transformateurs à Gueugnon

L'incendie s'est déclaré cette fin d'après-midi. Le préfet a activé le centre opérationnel départemental en préfecture. ACTUALISÉ. Les usagers ré-alimentés rapidement. 

TRIBUNAL DE MÂCON : Il nie en bloc les violences sur sa femme, malgré le rapport du médecin légiste qui l'accable

Audience bien compliquée pour la juge vendredi après-midi, qui avait IA en comparution immédiate suite à des violences commises sur son épouse à deux périodes distinctes, les dernières ayant été signalées début octobre par l'hôpital de Mâcon.

CLUNY : 600 m² d'une maison bourgeoise partis en fumée !

Un dimanche glacial dans le département mais un dimanche de feu à Cluny.