dimanche 3 mars 2024

 

À l'occasion des 15 ans du Festiv'halles, macon-infos a souhaité aller à la rencontre de quelques bénévoles présents depuis le début pour évoquer l'histoire de ce festival pas comme les autres.

 

La genèse du Festiv'halles

 

Jean-Marie est revenu sur le début du festival :

« On a démarré avec deux copains d'Azé. On a la chance à Azé d'avoir un lieu magnifique qui s'appelle les Halles d'Azé. On a décidé de faire tout simplement un concert avec quatre chaises. On a donc invité des copains. C'était juste avant les élections municipales en 2008. Quand la nouvelle équipe est arrivée avec Patrick Monin, on a présenté le projet et le maire a répondu favorablement.

Au départ, ce que l'on peut dire c'est que la commune voulait faire elle même le festival. En discutant avec Patrick on a suggéré que ce serait mieux d'avoir une association support. À ce moment là, l'association du Foyer rural qui existait sur Azé n'était pas très en forme. On a été les 3 ou 4 amis à rentrer au Foyer rural. La municipalité nous a suivi. Et à partir de là, on a commencé à grandir. Et on a eu plein de copains, qui sont là aujourd'hui sur les échelles et à la sono, qui nous ont rejoint. Et aujourd'hui, on est plus de 40 pour le Festiv'halles.

La programmation se fait toujours par une commission composée d'une dizaine de personnes. La grande majorité des spectacles et j'aurai presque envie de dire la presque totalité des spectacles a été vue avant d'être programmée. Ce sont nos coups de cœur. On a chacun un petit peu nos envies. Il y a les théâtreux, les musiciens, les circassiens...C'est pour ça que c'est très varié et c'est toujours des spectacles que l'on aime.

Des difficultés ? Non, je ne crois pas. Les petites disputes font partie de l'éducation populaire. On n'est pas toujours d'accord mais on fait en sorte que tout se passe bien et il n'y a pas de souci.

Des émotions ? Je crois qu'on revendique la totalité des spectacles qu'on a montrés avec beaucoup de plaisir, d'émotion. Chaque spectacle a une partie d'émotion. Il y a des spectacles qui sont plus forts que d'autres. On a envie de défendre tous les spectacles que l'on a présentés.

 

Le Festiv'halles, un engagement de tous

 

Fannie, la présidente du Foyer rural, a mis l'accent sur l'évolution du Festiv'halles au fil de ces 15 ans :

« La grande évolution entre les débuts du Festiv'halles et maintenant c'est l'acquisition de gradins devant la popularité de l'événement. Et surtout de créer vraiment une ambiance festival avec la place tapissée de rouge. Alors qu'au début, il y avait bien sûr une restauration, c'était toujours sympathique mais là, on a créé une ambiance festival. C'est une évolution vraiment positive. Après le covid, on est reparti. Et depuis, on est presque débordé par le public. Les gens sont contents de passer un moment convivial et d'écouter de la bonne musique.

Les émotions sont inhérentes à chacun. Personnellement, ma première émotion pendant longtemps ça été de me dire que l'équipe est formidable quand même. Quand je sors du travail que j'arrive ici et que je vois que tout est prêt, que tous les bénévoles ont bien géré. C'est ma 1ère émotion forte. Et ma 2ème émotion c'est quand je vois les gradins remplis. Et là, je me me dis : Wouah, les gens sont venus ! Ce sont plus ces émotions là, que des spectacles. C'est l'engagement des gens pour la création du festival, et après la fidélité des spectateurs. Je trouve que ce sont les deux plus belles émotions.

Et puis, les coups durs, n'en sont pas vraiment. C'est une équipe avec des personnalités différentes, des intentions différentes, des façons de faire différentes et c'est ça qui est aussi extraordinaire. C'est d'arriver à faire cohabiter, d'harmoniser toutes ces intentions, ces générations. Depuis deux ans, on a plein de jeunes qui viennent comme bénévoles. On a une recrudescence de jeunes sur la période du Festiv'halles. Et ça c'est chouette ! »

 

Le Festiv'halles, une intendance au top

 

Muriel gère l'intendance du Festiv'halles.

« L'intendance c'est du travail : il faut rechercher des bénévoles, passer des commandes (plus de commandes depuis 2 ans), plus de repas. On est souvent entre 12 et 15 bénévoles pour la vente en restauration rapide. Jeudi soir, par moment ils étaient 3 par poste et 4 à la vente. On a des choix, on confectionne des salades végétales et les gens sont contents. Il y a une superbe ambiance. On travaille avec les commerces du village. C'est très important. Les bénévoles en binômes préparent les repas du midi. On fait travailler le boucher, le restaurateur, le boulanger avec 300 baguettes pour les hot dog sur la totalité du festival, des croissants et le bistrot où l'on va prendre notre petit déjeuner. On a ouvert un compte à l'épicerie qui vient de s'installer. On a de nouveaux bénévoles parmi les jeunes. Mathis le plus jeune bénévole a 17 ans. Il y a du lien social, la proximité avec les commerces.

On est une des rares associations a avoir autant de bénévoles. J'en trouve beaucoup par mes connaissances. Avec la technique, la caisse, et ceux qui viennent ponctuellement donner un coup de main, je pense qu'on tourne à près d'une soixantaine de bénévoles.

Les hébergeurs sont les habitants du village qui logent les artistes. Beaucoup offrent le petit déjeuner. Et tous préparent des plats pour le buffet du soir avec entrées, desserts. C'est vraiment le village tout entier qui se mobilise pour animer la commune, tisser du lien social et dynamiser l'environnement. »

 

Annick sa maman s'occupait de l'intendance à la création du Festiv'halles. Muriel a pris la relève.

 

« Je crois que je suis un petit peu la mémoire. On progresse depuis toutes ces années, on est de plus en plus nombreux. Je suis contente de me retirer tout doucement en passant le témoin aux autres. Je suis comme un couteau suisse pendant le festival et on est quelques uns comme ça. Capable d'être partout, d'aider à préparer une salade, gérer la caisse. C'est super, on se sent encore bien motivée. C'est formidable de faire bouger les gens en campagne comme ça, d'amener un peu de culture. Mon mari et ma fille aînée aident également. C'est une affaire familiale. J'espère que ce Festiv'halles va continuer encore plus de 15 ans. »

 

Propos recueillis par Maryse Amélineau 

VARENNES-LES-MÂCON : Trois hommes épinglés pour transport et détention d'une tonne de cigarettes

Ils ont été interpellés mardi par les gendarmes suite à la découverte des cigarettes dans un fourgon tombé en panne sur l'autoroute et transporté dans un garage à Varennes. Le conducteur n'était pas avec son véhicule... Les trois hommes ont été jugés en comparution immédiate cet après-midi.

Mâcon : Repair Café, la magie opère toujours !

Record d’affluence pour la session de Flacé ce jeudi !

MÂCON : Le Salon Maison & Jardin de Mâcon revient pour une 3ème édition !

Le Salon Maison & Jardin vous accueille pour sa troisième édition du 8 au 10 mars au Parc des Expositions de Mâcon. Cet événement réunira près de 130 professionnels du secteur de la maison et du jardin ! INSCRIVEZ-VOUS ICI MÊME POUR OBTENIR UNE INVITATION

SAÔNE-ET-LOIRE - Finances des foyers : + 4 % de surendettement en 2023

La Saône-et-Loire est moins marquée que la région et que le pays tout entier. Un pourcentage important concerne les dettes à la consommation. Tous les chiffres du surendettement en Saône-et-Loire avec la Banque de France.

CHARNAY : Ouverture prochaine d'une microbrasserie

Carnacus, un lieu éco-responsable prônant la convivialité et le partage

MÂCON - Rotary Club : Une projection au Pathé Marivaux le 12 mars au profit de l'association "espoir en tête"

« Vous avez tous un super pouvoir, votre générosité. Avec les rotariens, faites avancer la recherche fondamentale sur le cerveau »

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : De nouvelles élections municipales en avril !

ACTUALISÉ - Non, ce n'est pas la faute de l'opposition si le maire démissionne. À LIRE AUSSI, le communiqué de l'opposition « La valse des maires »

CHARNAY - Rénovation énergétique : Les terrains de tennis éclairés au LED

Du 26 février au 1er mars, la Ville profite des vacances scolaires pour procéder à une première phase de rénovation de l’éclairage des terrains de tennis mis à disposition du Tennis-club de Charnay.

MÂCON : Une boîte à livres colorée et flambant neuve aux Saugeraies

Une réalisation conçue avec les habitants, une première !

MÂCON - Halles Saint Pierre II : « Une opération blanche pour nos deniers publics » selon J-P Courtois.

Le nouveau destin des Halles Saint Pierre a été scellé ce matin, vendredi 23 février par l’annonce de la vente des bâtiments 1 à un opérateur privé, un professionnel spécialisé dans la gestion des halles.

PATRIMOINE : L'église de Saint-Gengoux-le-National remporte le premier prix du Mécénat populaire

L'église clunisienne du XIIème siècle est le seul projet de Bourgogne-Franche-Comté récompensé par la 19e édition du Prix du mécénat populaire de la Fondation du patrimoine.

SAONE-ET-LOIRE - Immobilier social : Habitat et Humanisme recherche des propriétaires solidaires

Logements surpeuplés ou insalubres, violences familiales, dénuement… Pour répondre à l’exclusion et l’isolement des personnes en difficulté, le Mouvement Habitat et Humanisme agit en faveur du logement, de l’insertion et de la recréation de liens sociaux. Une mission rendue d’autant plus urgente face à la pénurie de logements accessibles, à la hausse des coûts de construction, à la panne de…

MÂCON-SANCÉ - Manif à McDo : Les familles choquées ; McDonald’s répond aux manifestants

Si la manifestation était non-violente, des familles ont vécu une violence psychologique qu'elles dénoncent.