lundi 20 mai 2024

 

Yves Séguy, préfet, a réuni mercredi matin les directeurs et directrices de magasins de la grande distribution (Auchan, E.Leclerc, Carrefour, Super U, Intermarché) et les représentants des syndicats agricoles FDSEA, JA, Confédération paysanne, Coordination rurale, pour faire le point sur ce qui ne va pas dans la loi EGAlim...

...loi qui régit les relations commerciales dans le secteur agricole et le secteur alimentaire. Une réunion qui fait suite au mouvement des agriculteurs, pour la plupart non rémunérés par leur travail mais par des subventions, européennes notamment (PAC - Politique agricole commune), les coûts de production n'étant pas couverts par la seule vente des bêtes. « Nous sommes bien la seule profession qui vend à perte » déplorait la représentante de la Coordination rurale en réponse à une intervention du directeur de la Banque de France.


Pour les agriculteurs, et les éleveurs en particulier, le problème reste entier après leur mouvement : obtenir une juste rémunération de leur travail par des coûts de production qui soient au moins couverts. « Fixez vos prix en fonction de vos coûts de production et on s'adaptera » encourageait un des responsables de magasin, basé à Prissé.


Autour de la table, que des gens de bonnes volontés qui font bien leur travail, des directeurs qui contractualisent avec des éleveurs locaux. « Certes. Et pourtant ça ne va pas », réagissait Christian Bajard, président de la FDSEA. « C'est bien joli ce genre de réunion où on nous dit que tout va bien, que tout le monde travaille dans le bon sens, mais on nous a déjà servi ce discours il y a deux ans et les choses n'ont pas changé. Le marché c'est le marché ! Voilà ce qu'on nous répond le plus souvent. Et dans le laps de temps, les agriculteurs se meurent. Oui, nous vivons de subventions, mais on veut qu'il en soit autrement, que les choses soient plus équilibrées. Nous n'y arriverons pas sans subventions, mais nous n'y arriverons pas non plus sans être rémunérés à la juste valeur de notre travail. Il faut changer de paradigme, arrêter de dire que tout va bien, on veut des actes, des contrats tripartites qui garantissent les prix. »

« Une crise qui dure 50 ans, ce n'est pas une crise, c'est un système » avançait à sont tour Cédric Vidal, porte-parole de la Confédération paysanne, estimant qu’il y a des tricheurs.

 

Après le tour de table qui laissait la parole aux directeurs et P.-D.G. de magasins, les deux principaux obstacles à la juste rémunération des éleveurs étaient pointés : les industriels de l'agro-alimentaire – absents ce mercredi ! – qui font ce qu’ils veulent et « s'en mettent plein les poches » rappelaient au passage le représentant de la confédération paysanne ; la loi EGAlim, qui comporte différentes options, dont une qui n'impose pas la transparence à tous les niveaux et permet à ces industriels de s'engouffrer dans la brèche.


Au final, il est ressorti assez logiquement que c'est aux agriculteurs de fixer leurs prix de vente en fonction de leurs coûts de production.

Mais « la loi ne résoudra pas le problème du revenu » insistait Cédric Vidal. « Il faut interdire la vente à perte et fixer un prix de revient. »

Du côté des Jeunes agriculteurs, leur président Thibaut Renaud, rappelait que le coût de production moyen avait été chiffré par SICAREV avec l'Institut de l'élevage, et validé unanimement en 2017. « C'est de ce coût qu'il faut partir. »


Yves Séguy s'est engagé à faire remonter de manière claire et ferme la teneur de ces échanges matinaux. « Sachez également que cette réunion n'est pas une fin en soi. Nous allons nous revoir. » Il a salué également la bonne tenue des échanges, dans le respect de chacun.


Quoi qu'il en soit, si les choses ne changent pas, la Confédération paysanne a prévenu : « Si ça ne change pas, on va se mettre ensemble avec les différents syndicats pour faire repartir le mouvement, et on sera beaucoup moins gentils... » A bon entendeur.

Rodolphe Bretin

 

Présence également de Bernard Lacour, président de la Chambre d'agriculture : « Il est nécessaire de clarifier les relations commerciales »

Christian Bajard, président de la FDSEA

« Je suis installé depuis 14 ans et au RSA pendant 10 ans. Comment voulez-vous que je donne envie à mes enfants de faire mon métier. » Cédric Vidal, porte parole de la Confédération paysanne. 

MACON : La deuxième édition de la « JPC » se tient ce dimanche

Le collectif Mâcon Citoyens organise ce dimanche, jusque 17h à l’espace Paul Bert, la deuxième édition de la Journée de partage citoyen.

MÂCON : La fête foraine est ouverte !

Chaque année, elle est très attendue à Mâcon à la mi mai.

MÂCON : Les Mâcon wine note ? c'est ce soir !

Le programme des concert en détail

HÔPITAL DE MÂCON : 64 internes accueillis à la Cité des Climats et Vins de Bourgogne

Le centre hospitalier de Mâcon accueille une nouvelle promotion d'internes composée de 64 médecins pour le semestre à venir

MÂCON - Lycée Dumaine : Une visite militaire pour les 3èmes Prépa-Métiers

La délégation militaire 71 a organisé cette visite sur deux sites : L’hôtel du gouverneur militaire de Lyon et la nécropole de la DOUA à Villeurbanne.

MÂCON : Nouveau rassemblement en soutien au peuple palestinien le 18 mai

Actualisé vendredi soir : Le rassemblement n'est pas autorisé par la préfecture

MÂCON - Écoles qui chantent : c’était au tour des écoles primaires hier soir

350 élèves des écoles Arc-en-Ciel, Georges Brassens, Jules Ferry, Grand Four, et Jean Moulin ont chanté ce soir dans le grand théâtre bien rempli. À voir aussi, la vidéo

MÂCON : Le Collectif de soutien au peuple palestinien condamne la pancarte scandaleuse tenue par un manifestant samedi dernier

Comme tous les samedis depuis plusieurs semaines, le Collectif mâconnais de soutien au peuple palestinien se réunit place St-Pierre pour manifester son soutien aux Palestiniens victimes du Hamas à Gaza. Samedi dernier, une pancarte avec une citation de Hitler était tenue par un manifestant...

MÂCON : Au revoir Marick... et MERCI !

Passation de pouvoir à l'association Les Fées Papillons

MÂCON : C'est parti pour la 31ème édition des écoles qui chantent !

384 élèves de six écoles maternelles mâconnaises ont chanté sur la scène du Grand Théâtre de Mâcon ce lundi

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Pour séduire les touristes, la région a de beaux atouts

Le tourisme représente 43 000 emplois en Bourgogne-Franche-Comté, soit presque autant que la filière automobile ! Notre région compte de nombreux atouts à faire valoir avec ses moyennes montagnes, ses vignobles, son patrimoine UNESCO mondialement reconnu, ses voies navigables, ses véloroutes et sa gastronomie qui en fait saliver plus d’un… 

MÂCON : Le collectif Mâcon-Palestine poursuit sa mobilisation

Actualisé mardi matin : Une pancarte d'un manifestant a déclenché une série d'indignations. Le collectif organisateur nous a transmis un mot pour rappeler l'état d'esprit des mobilisations du samedi après-midi. Réactions à lire sous la photo de la pancarte en cause, que nous avons volontairement dissociée de l'article.

SAÔNE-ET-LOIRE : Alerte aux pollens de graminées !

Une alerte est en cours dans les départements de Saône-et-Loire et de la Nièvre où ces pollens sont responsables d'un risque allergo-pollinique élevé.

ST-MARTIN-BELLE-ROCHE : Près de 450 enfants au traditionnel tournoi de l’Ascension

Encore une fois, les chiffres du tournoi Jean-Michel Vaterlaus, ancien président trop tôt disparu, font tourner les têtes. 13 clubs, 76 équipes, près de 200 matchs, et quasiment 450 enfants. D’U7 à U13, en passant par les U9 et U11, le succès de ce tournoi départemental ne se dément pas depuis des années.

PHOTOS : Combats rapprochés aux Médiévales de Berzé

À l'épée ou à cheval, les médiévistes sont impressionnants d'habileté et de précision. Illustration avec le béhourd et la joute.