jeudi 25 avril 2024

Salaires, postes, conditions de travail, réformes... les syndicats FSU 71, FNEC FP-FO 71, CGT Educ’Action 71 et le SE-UNSA71 estiment l'éducation en danger et appellent à la grève unitaire le jeudi 1er février. 

Les preuves du mépris que porte ce gouvernement à l’Éducation Nationale, à ses personnels mais aussi aux élèves ne manquent pas :


• A peine devenue Ministre, Amélie Oudéa-Castera s’est signalée par son attaque frontale contre l’école publique et laïque. Au delà du fait de scolariser ses enfants dans un établissement privé confessionnel obscurantiste, ses propos sur l’absentéisme des enseignants ont été d’une très grande violence et totalement infondés. Les enquêtes démontrent que cet absentéisme est plus faible de 50 % que dans le privé et sont liés aussi au temps de formation pédagogique.


• La dilution des missions du ministère de l’éducation dans un ministère plus grand avec notamment la jeunesse, les sports et les jeux Olympiques et paralympiques témoigne du peu de considération faite à nos métiers par ce gouvernement. La disparition du ministère de la Transformation et de la Fonction publiques au moment même où des négociations salariales étaient réclamées avec force pour 2024 en est une autre.


• La non reconnaissance du métier des AESH, qui n’ont toujours pas de statut de fonctionnaire ni de conditions salariales dignes est un exemple flagrant et supplémentaire.


• Ce sont également les choix budgétaires engagés de longue date et renforcés depuis 2017 par le Président Macron qui ont mis à mal notre système éducatif et dégradé les conditions d’enseignement, de travail des personnels et d’apprentissage des élèves. Plus de 8 000 postes ont été supprimés depuis 2017, et à la rentrée 2024 dans l’Académie de Bourgogne, 98 postes dont 24 en Saône et Loire seront supprimés dans le premier degré et 60 postes dans le second.


• Sur la question de l’inclusion, tous les voyants sont au rouge et les personnels enseignants et AESH sont à un point de rupture. C’est pourquoi nos organisations revendiquent :
◦ La défense de l’enseignement spécialisé et adapté, le maintien et la création des places nécessaires dans les établissements sociaux et médico-sociaux.
◦ Un statut de fonctionnaire et un vrai salaire pour les AESH, des recrutements d’AESH et de moyens humains à hauteur des besoins.
◦ L’abandon des mesures prises dans le cadre de l’acte 2 de l’Ecole inclusive (statut d’emploi d’ARE fusionnant les AESH et les AED, menace que l’Éducation Nationale mette la main sur les notifications handicap à la place de la MDPH) et l'ouverture de discussions avec les organisations syndicales sur la base des revendications des personnels.

Plutôt que de culpabiliser les agent·es, il faut des moyens !

Le peu de temps passé par M.Attal au poste de ministre n’a pas empêché un nombre important de réformes aux conséquences lourdes d’être prises :
• Le projet de réforme du lycée professionnel est lui aussi emblématique du moins d’école, moins d’enseignant·es, plus d’entreprises, plus d’externalisation des missions, et plus de management !


• Les mesures présentées comme “Choc des savoirs” dessinent un projet d’école qui revient sur l’objectif de démocratisation et aggrave les inégalités.


• Les annonces rétrogrades du Président de la République (méthodes imposées, évaluations standardisées, manuels uniques et labellisés par le ministère, imposition de l’uniforme, généralisation du Service National Universel à tous les élèves de seconde) témoignent d’une dérive grave vers un pilotage populiste et réactionnaire du système éducatif.

Ces mesures doivent être abandonnées immédiatement.

Pour toutes ces raisons, la crise d’attractivité que connaissent nos métiers requiert non pas un « choc des savoirs » mais bien un « choc des reconnaissances », passant par des mesures de rattrapage des pertes salariales en particulier par une augmentation significative du point d’indice pour tous les personnels dans ce contexte de forte inflation et l’arrêt du salaire au mérite avec l’abandon du pacte notamment.

L’exigence d’une véritable politique d’augmentation des salaires est posée.
Pour nos revendications, jeudi 1er février 2024, FSU 71, FNEC FP-FO 71, CGT Educ’Action 71 et le SE-UNSA71 appelons tous les personnels de l’éducation à se mettre en grève et à se mobiliser massivement à Chalon-sur-Saône, à 14h30, place de Beaune.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE : La Région accompagne, facilite et accélère la transformation numérique

La Région se mobilise pour les territoires : un camion démonstrateur de domotique en Saône-et-Loire ; une gestion innovante de la voirie à Nevers ; des tiers lieux etc.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE - Etude : Les Bourguignons et le sport

Selon une étude de l'Insee, 426 000 licences sportives ont été délivrées en 2022 en Bourgogne-Franche-Comté. C’est la 5e région de France métropolitaine comptant le moins de licences pour 1 000 habitants. Et sur le podium des sports pratiqués, on retrouve... 

BOURGOGNE – Élevage : L214 veut faire fermer un abattoir Bigard en Côte-d’or

L’association de défense des animaux a dévoilé cette semaine une enquête menée à l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes en Côte d’or. Elle dénonce, images à l’appui, l’égorgement à vif, une violence délibérée et de graves infractions.

LE SAVIEZ-VOUS ? - Tabac : 40 % des cigarettes consommées ne viennent pas de chez le buralistes

La faute aux contrefaçons, à la contrebande, au duty-free, au commerce transfrontalier... Et Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas exception.

EMPLOI : La Bourgogne a besoin de cadres

Un peu plus de 6 200 recrutements de cadres prévus en Bourgogne-Franche-Comté en 2024 selon l'APEC.

ENSEIGNEMENT - Mouvement social : Les enseignants bourguignons un peu moins grévistes que la moyenne

Le rectorat de Dijon a communiqué les taux de grévistes dans le cadre du mouvement social de ce jour dans l’académie.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE : La Région a du souffle !

La pratique sportive se révèle être un formidable vecteur d’échanges et d’émotions collectives, un lieu privilégié pour mettre en place et promouvoir les idéaux d’égalité et de fraternité. Logique que la Région investit et s’investisse pour que les quelque 500 000 licenciés inscrits dans les 7 500 clubs - dont les 9 « professionnels » - améliorent encore leurs performances !

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Tous les chiffres de l'"égalité" femmes-hommes

L'INSEE dresse un panorama des conditions sociales et des situations professionnelles respectives des femmes et des hommes.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : La région la plus rurale de France !

C'est l'association des maires ruraux qui nous le dit. 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Un nouveau fonds pour soutenir les start-ups du territoire

Le mercredi 6 mars, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Patrick Blasselle et Guillaume Blanchet, directeurs associés d’UI Investissement, ont annoncé le lancement du nouveau fonds inter-régional en soutien aux start-ups du territoire : Cap Création 6.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Confédération paysanne appelle à « poursuivre la mobilisation »

« La question fondamentale du revenu n’étant toujours pas prise à bras le corps par le gouvernement, la Confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation » indique le syndicat agricole dans un communiqué

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Le chômage à la hausse au dernier trimestre 2023

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté en Bourgogne, y compris en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : La présidente de la Région au soutien des agriculteurs

En ce jour de forte mobilisation des agriculteurs, Marie-Guite Dufay dit entendre « le sentiment de totale injustice que ressentent les agriculteurs ».

BOURGOGNE - Education Nationale : Les syndicats appellent à la grève le 1er février

Salaires, postes, conditions de travail, réformes... les syndicats FSU 71, FNEC FP-FO 71, CGT Educ’Action 71 et le SE-UNSA71 estiment l'éducation en danger et appellent à la grève unitaire le jeudi 1er février. 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Le covoiturage quotidien bondit de 92 % en 2023 avec BlaBlaCar daily

Portée par la dynamique impulsée par la Prime Covoiturage et les partenariats établis avec les collectivités locales, l'année 2023 a été favorable aux mobilités durables, entraînant une augmentation notable des trajets domicile-travail covoiturés.

AUTONOMIE : La Bourgogne-Franche-Comté se mobilise contre les chutes des personnes âgées

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) et la Carsat Bourgogne-Franche-Comté sont engagés depuis 2022 dans le plan anti-chute des personnes âgées. Premier bilan ce mardi 16 janvier.

BOURGOGNE - Population : Le recensement démarre aujourd'hui !

Le recensement de la population démarre ce jeudi 18 janvier 2024 en France métropolitaine. Il se déroulera jusqu’au samedi 17 février dans les communes de moins de 10 000 habitants concernées et jusqu’au samedi 24 février dans les communes de 10 000 habitants ou plus (sur un échantillon de logements). 125 communes sont concernées en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE - Vins : Laurent Delaunay, nouveau président du BIVB

Lors de l’assemblée générale de l’interprofession des vins de Bourgogne, Laurent Delaunay (Maison Edouard Delaunay) a succédé à François Labet en devenant président du BIVB.

ACADÉMIE DE DIJON : Les chefs et cheffes d'établissements scolaires du SNPDEN outrés par les propos de leur toute nouvelle ministre

Qu'un ou une ministre de l'Éducation nationale choque les personnels de direction est plutôt rare... Ils demandent, en urgence, une audience au recteur. La lettre du SNPEDN-UNSA (Syndicat National des Personnels de Direction de l'Éducation Nationale) envoyée à la ministre. 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE - Démographie : La population régionale est en légère baisse

2 800 194 c'est le nombre exact d'habitants au 1er janvier 2021 (-0,1 % par rapport à 2015) selon l'Insee. Si Mâcon a vu sa population progresser (+ 1200 habitants), la Saône-et-Loire a perdu plus de 6 000 habitants. Retrouvez tous les chiffres de la grande étude de l'Insee.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : L’emploi salarié toujours en baisse dans la filière automobile au premier semestre 2023

Fin juin 2023, les 363 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté emploient près de 38 000 salariés. Cet effectif baisse de 3,2 % en un an, après -5,3 % l'année précédente. Les détails avec l'INSEE BFC.