mardi 27 février 2024

 

 

Communiqué de l'APF

La déconjugalisation de l’AAH adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale et votée conforme hier soir par le Sénat est donc définitivement adoptée ! Elle constitue l’aboutissement d’un combat de longue haleine mené par APF France handicap. L’association salue cette avancée historique qui met fin à une injustice qui n’a que trop duré. Toutefois, l’horizon d’octobre 2023 pour la mise en place effective de la mesure demeure lointain, et ce dans un contexte d’’inflation galopante qui précarise encore plus les personnes en situation de handicap.

Par ailleurs, APF France handicap demande une clarification des dispositions techniques ouvrant un droit d’option entre l’ancien et le nouveau régime. Le choix du dispositif le plus favorable aux couples doit être explicitement indiqué dans le décret de mise en œuvre, et notamment qu’il est possible pour les couples d’en bénéficier jusqu’à l’extinction définitive de leurs droits AAH et qu’il est également ouvert à tous les nouveaux bénéficiaires. L’association demande à être associée aux réunions techniques annoncées par Olivier Dussopt, Ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, qui élaboreront les modalités d’application.

Une revendication de longue date enfin entendue !

Portée depuis de nombreuses années par APF France handicap, la déconjugalisation de l’AAH a fait l’objet d’une mobilisation sans précédent des personnes concernées, des associations et de la société civile notamment durant toute l’année 2021, dépassant les clivages politiques traditionnels. Aujourd’hui, cette avancée historique permet aux allocataires en couple de vivre dignement sans dépendre des revenus de leur conjoint dans le calcul de l’AAH et d’exercer ainsi leur pleine citoyenneté.

Des contours encore partiellement satisfaisants

L’amendement adopté laisse toutefois place à des zones d’ombre. En effet, afin de maintenir le droit d’option qui permettrait aux bénéficiaires de rester sur le régime actuel s’ils le souhaitent, le gouvernement envisage une mise en œuvre de la mesure au plus tard le 1 er octobre 2023. APF France handicap demande que le calendrier soit resserré pour une mise en œuvre dès janvier 2023.

En outre, le dispositif de calcul le plus favorable aux couples doit être possible jusqu’à l’expiration des droits de la personne, ce qui demande à être explicité dans le décret comme l’a promis le ministre Olivier Dussopt en séance afin d’éviter qu’il puisse être mal interprété et donc défavorable dans certaines situations. APF France handicap demande que la mention « jusqu’à l’expiration définitive des droits » soit clairement indiquée et définie dans le décret. Au-delà de la déconjugalisation de l’AAH, le gouvernement doit s’engager à lutter contre la pauvreté des personnes en situation de handicap.

Le montant de l’AAH (919 euros) comme de certaines pensions d’invalidité ne peut décemment demeurer inférieur au seuil de pauvreté. De plus, il est essentiel de prévoir une revalorisation trimestrielle en lien avec l’inflation pour permettre aux bénéficiaires de vivre dignement.

APF France handicap reste mobilisée pour la création d’un revenu d’existence d’un montant au moins égal au seuil de pauvreté ainsi que pour une revalorisation des pensions d’invalidité les plus modestes au niveau du seuil de pauvreté.

Par ailleurs la question essentielle des tarifs de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), qui n’ont pas été revalorisés depuis 2006 et qui pèsent sur le pouvoir d’achat en occasionnant de très lourds restes à charge pour les personnes en situation de handicap notamment pour les personnes ayant les besoins les plus importants, doit faire l’objet au plus vite de mesures de revalorisations. L’inflation touche également les aides techniques, les aménagements du logement, des véhicules etc.

 

POLITIQUE : Bilan et perspectives pour Mâcon Citoyens à l'heure de la nouvelle année

Le groupe d'opposition au conseil municipal a mis en avant son point de vue sur la politique conduite par la majorité municipale : « La politique de prestige de la Ville à l'épreuve du concret, le quotidien des Mâconnais. »

POLITIQUE : Océane Godard lance la reflexion sur la mutualisation du patrimoine des lycées et CFA de la région

Vice-présidente de la Région Bourgogne Franche Comté, en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage, et de l’orientation, Océane Godard était à Mâcon ce mardi 21 novembre dans le cadre de sa mission de suivi de la situation des lycées à l’entrée de l’hiver.

MÂCON - Rassemblement contre l'antisémitisme - Mario Benzazon : « Je n’ai stigmatisé personne »

Le droit de réponse de Mario Benzazon, Président de la Communauté Israélite de Mâcon, à la Ligue des droits de l'Homme, qui réagissait tout récemment à ses propos tenus lors du rassemblement du 12 novembre.

Glyphosate : l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire appelle à son interdiction dans toute l’Union européenne

« Emmanuel Macron s’était engagé à sortir du glyphosate en France au plus tard début 2021 » rappelle l'association de défense des consommateurs dans un communiqué... Un vote crucial à Bruxelles aura lieu le 16 novembre sur le sujet.

LOUP : Le Sénateur de Saône-et-Loire Fabien Genet voudrait revoir le statut du prédateur

Le loup est aujourd'hui une espèce protégée. Le sénateur de Saône-et-Loire aimerait que ce statut soit réexaminé.

MÂCON - Conflit Israël/Palestine : Quelque 200 personnes réunies pour la paix à Gaza

Malgré une pluie battante, éclairs et tonnerre, le rassemblement départemental s'est déroulé place Saint-Pierre cette fin d'après-midi. 

MÂCON : La ministre des sports en visite dans la ville Préfecture

Ce vendredi après-midi, après une première visite à Vinzelles où elle a inauguré le terrain multisport/city stade de l’école municipale avec le député Benjamin Dirx, la ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra s’est rendue au complexe sportif Fernand-Velon de Mâcon.

POLITIQUE : Michel Neugnot suspendu de ses fonctions de 1er secrétaire du PS 21

Le vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté est accusé d'avoir tenu des propos racistes. Actualisé : il s'en défend.

ÉDITO : Le référendum n'est pas un « cas échéant », c'est une obligation constitutionnelle

Faut-il le rappeler, le référendum est un des modes d'expression de la souveraineté du peuple, gravé dans le marbre constitutionnel en son article 3.

Harcèlement scolaire : L'éloignement du harceleur, "une mesure attendue mais il reste encore beaucoup à faire" estime Marie Mercier

Le 21 février, je déposais une proposition de loi "visant, dans le cadre d’un harcèlement scolaire, à poser le principe d’une mesure d’éloignement du harceleur pour protéger la victime", indique Marie Mercier, sénatrice de Saône-et-Loire, dans un communiqué.