samedi 2 mars 2024

L’association Femmes Solidaires a invité Johanna Dagorn pour une conférence.

Maltraitances physiques, agressions sexuelles, discriminations… Les femmes en situation de handicap sont victimes de violences plus souvent que les autres. Mais la parole peine à se libérer dans ce domaine, même si cette question est de plus en plus rapportée au niveau des instances publiques. Pour aider les victimes à s’exprimer et accompagner les professionnels souvent démunis, des initiatives se multiplient au niveau national, mais aussi, et cela a été le cas hier soir à Mâcon, au niveau local.

Femmes Solidaires, dont la présidente actuelle est Colette Marchand, a organisé une soirée conférence sur ce thème afin de dévoiler les diverses facettes de ces violences. Johanna Dagorn, directrice de recherches de l’Observatoire régional de Nouvelle-Aquitaine, sociologue, professeure à Paris-8, a répondu à l’invitation pour tenir une conférence devant un public nombreux constitué de professionnels travaillant dans le secteur de lutte contre les violences, d'aide aux personnes en situation de handicap, de membres d’associations et de citoyens.

Claude Cannet, vice-présidente au Conseil départemental chargée du maintien à domicile, des personnes âgées et personnes en situation de handicap, des affaires sociales, a tenu, en préambule, à souligner que beaucoup des personnes concernées ne se rendent pas compte de ce qu’est la violence, que les travailleurs sociaux qui sont en première ligne doivent être en capacité de la reconnaître et d’accompagner ces personnes dans l’écoute et l’orientation des enquêtes, sociales ou juridiques.

La prévention doit se faire dès le plus jeune âge, l’adolescence étant la bonne période pour la parole et la diffusion des informations.

Le public de cette conférence sera aussi le relais de cette parole et des informations diffusées.

Témoignage poignant que celui de M. L., personne en situation de handicap, présentant simplement, mais avec beaucoup d'émotion, son parcours de vie dans la violence, et cela, dès son enfance. Harcèlement scolaire, violences institutionnelles, maltraitances des compagnons successifs sans intervention des professionnels qui la suivait… Ce témoignage ne pouvait qu’être entrée en matière pour l’intervention de Johanna Dagorn.

Les rapports des entretiens sur les parcours de ces femmes avec handicap est cruellement violent tant dans les témoignages sur les violences physiques, sexuelles que psychologiques, financières, économiques subies, celles-ci pouvant s’ajouter les unes aux autres, ce qui n'est pas le cas de violences faites aux femmes valides.

On parle aussi bien de femmes devenues handicapées suite aux violences vécues que de personnes handicapées de naissance (handicap physique, psychique, mental) qui peuvent subir des violences d’autant plus perverses qu’elles s’ajoutent à l’apparence, aux incapacités physiques ou aux difficultés de s’exprimer, de lire ou d’écrire.

Perversité du compagnon, de l’entourage, des enfants quelquefois, moqueries, insultes, sournoiseries, les victimes ne sont souvent pas écoutées, passent pour des menteuses, des folles… Les violents peuvent facilement cacher leurs méfaits, paraître gentils, bons en société alors que le débordement d’actes violents ne sera accompli qu’en "privé", rendant alors la possibilité pour la victime de se plaindre et d’être crue quasiment impossible.

Si l’on sait que la pandémie et sa succession de confinements ont fait augmenter le taux des violences faite aux femmes de 20 %, si l’on sait que 50 % des violences sont toujours cachées, si l’on apprend que le plus souvent les femmes en situation de handicap violentées terminent leurs témoignages par une phrase stéréotypée «… Mais il y a plus grave que moi ! », le bilan est d’autant plus consternant, accablant.

Violences physiques, coups, blessures avec ou sans objet, viol, inceste …

Violences psychiques, moqueries, insultes, rabaissements systématiques …

Violences économiques, dépossession d’argent, tenue de compte bancaires …

Violences financières, détournement et appropriation des aides pour handicapé(e)s par les compagnons officiels ou non.

Le pire, si l’on peut dire, est que les auteurs de ces violences ont pratiquement toujours un sentiment d’impunité, d’intouchable.

Terminer par une note positive ? De quoi chercher quelque peu il faut dire !

Résilience des victimes constatée lorsqu’elles décident de couper les ponts avec les auteurs, de s’en séparer définitivement, résilience incroyable qui témoigne, après avoir accepté de se dévoiler, d’une force magnifique possible pour s’en sortir.

Colette Marchand a tenu à remercier le Conseil départemental, la mairie de Mâcon représentée par Véronique Lefeuve, chargée des affaires sociales, de la lutte contre l'isolement, des services aux familles et de la santé publique, les associations AMI 71 et APF France handicap, partenaires, et tous les bénévoles d’un soir ayant apporté leur contribution à la réussite de cette soirée.

MsP

 

 

 

VARENNES-LES-MÂCON : Trois hommes épinglés pour transport et détention d'une tonne de cigarettes

Ils ont été interpellés mardi par les gendarmes suite à la découverte des cigarettes dans un fourgon tombé en panne sur l'autoroute et transporté dans un garage à Varennes. Le conducteur n'était pas avec son véhicule... Les trois hommes ont été jugés en comparution immédiate cet après-midi.

Mâcon : Repair Café, la magie opère toujours !

Record d’affluence pour la session de Flacé ce jeudi !

MÂCON : Le Salon Maison & Jardin de Mâcon revient pour une 3ème édition !

Le Salon Maison & Jardin vous accueille pour sa troisième édition du 8 au 10 mars au Parc des Expositions de Mâcon. Cet événement réunira près de 130 professionnels du secteur de la maison et du jardin ! INSCRIVEZ-VOUS ICI MÊME POUR OBTENIR UNE INVITATION

SAÔNE-ET-LOIRE - Finances des foyers : + 4 % de surendettement en 2023

La Saône-et-Loire est moins marquée que la région et que le pays tout entier. Un pourcentage important concerne les dettes à la consommation. Tous les chiffres du surendettement en Saône-et-Loire avec la Banque de France.

CHARNAY : Ouverture prochaine d'une microbrasserie

Carnacus, un lieu éco-responsable prônant la convivialité et le partage

MÂCON - Rotary Club : Une projection au Pathé Marivaux le 12 mars au profit de l'association "espoir en tête"

« Vous avez tous un super pouvoir, votre générosité. Avec les rotariens, faites avancer la recherche fondamentale sur le cerveau »

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : De nouvelles élections municipales en avril !

ACTUALISÉ - Non, ce n'est pas la faute de l'opposition si le maire démissionne. À LIRE AUSSI, le communiqué de l'opposition « La valse des maires »

CHARNAY - Rénovation énergétique : Les terrains de tennis éclairés au LED

Du 26 février au 1er mars, la Ville profite des vacances scolaires pour procéder à une première phase de rénovation de l’éclairage des terrains de tennis mis à disposition du Tennis-club de Charnay.

MÂCON : Une boîte à livres colorée et flambant neuve aux Saugeraies

Une réalisation conçue avec les habitants, une première !

MÂCON - Halles Saint Pierre II : « Une opération blanche pour nos deniers publics » selon J-P Courtois.

Le nouveau destin des Halles Saint Pierre a été scellé ce matin, vendredi 23 février par l’annonce de la vente des bâtiments 1 à un opérateur privé, un professionnel spécialisé dans la gestion des halles.

PATRIMOINE : L'église de Saint-Gengoux-le-National remporte le premier prix du Mécénat populaire

L'église clunisienne du XIIème siècle est le seul projet de Bourgogne-Franche-Comté récompensé par la 19e édition du Prix du mécénat populaire de la Fondation du patrimoine.

SAONE-ET-LOIRE - Immobilier social : Habitat et Humanisme recherche des propriétaires solidaires

Logements surpeuplés ou insalubres, violences familiales, dénuement… Pour répondre à l’exclusion et l’isolement des personnes en difficulté, le Mouvement Habitat et Humanisme agit en faveur du logement, de l’insertion et de la recréation de liens sociaux. Une mission rendue d’autant plus urgente face à la pénurie de logements accessibles, à la hausse des coûts de construction, à la panne de…

MÂCON-SANCÉ - Manif à McDo : Les familles choquées ; McDonald’s répond aux manifestants

Si la manifestation était non-violente, des familles ont vécu une violence psychologique qu'elles dénoncent.