dimanche 3 mars 2024

 

Communiqué

L’U.M.C.R. 71 attire l’attention des habitants et de tous les élus du département sur les intentions de la Cour des Comptes, haut-lieu de la technocratie d’Etat, d’affaiblir les communes.

Dans un rapport récent*, la Cour des comptes, une institution clé de la République et influente, vient de se ranger du côté des institutions qui veulent la disparition des communes.
En proposant que les communes ne perçoivent plus directement les dotations de l’Etat pour organiser des services pour les habitants, elle prend fait et cause pour une stratégie vouée à l’échec dans notre démocratie : affaiblir la commune, pour ensuite la supprimer.

La Cour des comptes, depuis son siège du Palais Cambon à Paris 1er arrondissement, ignore tout du fonctionnement des communes, rurales notamment, de la sobriété de gestion qui les caractérise ; et elle se trompe dans ses calculs, négligeant aussi le quasi-bénévolat des élus de proximité.
 
L’U.M.C.R. 71 condamne avec la plus grande vigueur le fait qu’une institution, qui se doit d’être neutre, prenne fait et cause pour une solution qui fragilise la démocratie, renforce la confusion dans l’esprit de nos concitoyens, accroit le « mille-feuilles », et méprise le rôle-clé de l’élu de proximité qu’est le Maire, en le mettant définitivement sous tutelle intercommunale.
 
L’U.M.C.R. 71 invite les parlementaires du département à prendre leurs distances avec les préconisations de ce rapport et rappelle ses propositions fortes pour renforcer le principe de libre administration des communes et repositionner le rôle incontournable du Maire et des équipes municipales.

Jean-François FARENC
Président et le Bureau de l’UMCR 71

 

*Cour des Comptes - Les Finances publiques locales 2022 – Fascicule 2

POLITIQUE : Bilan et perspectives pour Mâcon Citoyens à l'heure de la nouvelle année

Le groupe d'opposition au conseil municipal a mis en avant son point de vue sur la politique conduite par la majorité municipale : « La politique de prestige de la Ville à l'épreuve du concret, le quotidien des Mâconnais. »

POLITIQUE : Océane Godard lance la reflexion sur la mutualisation du patrimoine des lycées et CFA de la région

Vice-présidente de la Région Bourgogne Franche Comté, en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage, et de l’orientation, Océane Godard était à Mâcon ce mardi 21 novembre dans le cadre de sa mission de suivi de la situation des lycées à l’entrée de l’hiver.

MÂCON - Rassemblement contre l'antisémitisme - Mario Benzazon : « Je n’ai stigmatisé personne »

Le droit de réponse de Mario Benzazon, Président de la Communauté Israélite de Mâcon, à la Ligue des droits de l'Homme, qui réagissait tout récemment à ses propos tenus lors du rassemblement du 12 novembre.

Glyphosate : l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire appelle à son interdiction dans toute l’Union européenne

« Emmanuel Macron s’était engagé à sortir du glyphosate en France au plus tard début 2021 » rappelle l'association de défense des consommateurs dans un communiqué... Un vote crucial à Bruxelles aura lieu le 16 novembre sur le sujet.

LOUP : Le Sénateur de Saône-et-Loire Fabien Genet voudrait revoir le statut du prédateur

Le loup est aujourd'hui une espèce protégée. Le sénateur de Saône-et-Loire aimerait que ce statut soit réexaminé.

MÂCON - Conflit Israël/Palestine : Quelque 200 personnes réunies pour la paix à Gaza

Malgré une pluie battante, éclairs et tonnerre, le rassemblement départemental s'est déroulé place Saint-Pierre cette fin d'après-midi. 

MÂCON : La ministre des sports en visite dans la ville Préfecture

Ce vendredi après-midi, après une première visite à Vinzelles où elle a inauguré le terrain multisport/city stade de l’école municipale avec le député Benjamin Dirx, la ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra s’est rendue au complexe sportif Fernand-Velon de Mâcon.

POLITIQUE : Michel Neugnot suspendu de ses fonctions de 1er secrétaire du PS 21

Le vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté est accusé d'avoir tenu des propos racistes. Actualisé : il s'en défend.

ÉDITO : Le référendum n'est pas un « cas échéant », c'est une obligation constitutionnelle

Faut-il le rappeler, le référendum est un des modes d'expression de la souveraineté du peuple, gravé dans le marbre constitutionnel en son article 3.