jeudi 28 septembre 2023

 

Aujourd’hui, la pension moyenne perçue par les femmes est inférieure de près de 40 % à celle des hommes. Si l’on tient compte des pensions de réversion et de la majoration pour enfants, la retraite moyenne des femmes est inférieure de 25,2 % à celle des hommes. Un rapport de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Dress) portant sur 2020, la pension moyenne des femmes est de 1 154 brut par mois pour les femmes contre 1 931 brut pour les hommes.

Cet écart est le résultat des inégalités au travail : salaires, carrières interrompues pour congés parentaux, temps partiels, emplois précaires, etc. Il résulte aussi des effets des réformes
successives : les femmes ont été les premières pénalisées par l’allongement de la durée de cotisation, l’application de la décote et le report de l’âge légal de départ en retraite.

Même si, d’après le gouvernement, des aidants familiaux, en majorité des femmes, pourront valider des périodes durant lesquelles ils se sont occupés d’un proche, (enfant handicapé,
parent dépendant..)

Même si jusqu’à 4 trimestres effectués en congé parental pourront être pris en compte dans le dispositif « carrières longues » commencées avant 20 ans, cela concerne des femmes à 90 %, et devrait permettre à de nombreuses femmes de partir plus tôt, Ce dispositif est loin d’être compensé par les mesures d’accompagnement.
Que dire des millions de femmes pour qui l’allongement de 62 à 64 ans va annuler l’effet positif de la majoration de 8 trimestres par enfant.

L’allongement de la durée de cotisation à 43 annuités va impacter directement les personnes ayant des carrières courtes, qui sont majoritairement des femmes. Ces femmes qui ne parviennent pas à avoir une carrière complète, ne pourront donc pas percevoir les fameux 1200 euros brut par mois mis en avant par le Gouvernement, elles toucheront bien moins !

Enfin, l’âge de départ à la retraite sans décote restera fixé à 67 ans et continuera à concerner bien plus de femmes que d’hommes (19% des femmes contre 10% des hommes).
Cela plongerait davantage les femmes dans la précarité. En effet, plus l’on vieillit, plus augmente le risque d’être au chômage, en arrêt maladie, en invalidité, en contrat court, etc. Les femmes séniores sont moins en activité que les hommes séniors. Une situation qui pourrait encore s’accentuer avec un nouveau report de l’âge de départ à la retraite.
Les femmes ont déjà été les premières pénalisées par la réforme de 1993 passant le calcul des pensions des dix meilleures années aux vingt-cinq meilleures années. Le système de décote et le report antérieur de l’âge légal à 62 ans ont contribué à la dégradation des pensions des retraitées. À cause de cela, les femmes sont davantage concernées par la décote et liquident de fait leur pension plus tard que les hommes.

À chaque fois que l’on repousse la durée de cotisation requise, elle est toujours moins atteignable pour les femmes, notamment par l’absence de mise en place par les employeurs de l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes au travail.
N’oublions pas que rendre l’égalité salariale et professionnelle effective, permet non seulement de mettre fin à une injustice flagrante mais aussi de dégager des ressources supplémentaires pour financer le système de retraite. Augmenter les salaires des femmes, à travail égal, au niveau de celui des hommes représenterait plus de 5,5 milliards d’euros par an de recettes supplémentaires pour financer les retraites !

Cette réforme ne constitue donc pas un progrès pour les femmes, au contraire ! Rien n’est prévu pour permettre de réduire ces inégalités que subissent les femmes et, bien au contraire, tout recul de l’âge de départ et tout allongement de la durée de cotisation ne feront qu’aggraver ces situations d’inégalités. Une nouvelle fois, les femmes vont être plus impactées que les hommes. L’argument brandi par le Gouvernement d’une plus grande justice pour les femmes n’est donc pas une réalité.

Femmes solidaires 71

 

POLITIQUE : Michel Neugnot suspendu de ses fonctions de 1er secrétaire du PS 21

Le vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté est accusé d'avoir tenu des propos racistes. Actualisé : il s'en défend.

ÉDITO : Le référendum n'est pas un « cas échéant », c'est une obligation constitutionnelle

Faut-il le rappeler, le référendum est un des modes d'expression de la souveraineté du peuple, gravé dans le marbre constitutionnel en son article 3.

Harcèlement scolaire : L'éloignement du harceleur, "une mesure attendue mais il reste encore beaucoup à faire" estime Marie Mercier

Le 21 février, je déposais une proposition de loi "visant, dans le cadre d’un harcèlement scolaire, à poser le principe d’une mesure d’éloignement du harceleur pour protéger la victime", indique Marie Mercier, sénatrice de Saône-et-Loire, dans un communiqué.

POLITIQUE - Julien Odoul (porte-parole du RN) à Mâcon : « La France est en danger de mort »

Une première fête des nationaux en Saône-et-Loire s’est déroulée ce jour samedi 8 juillet, en présence du député et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, invité par Aurélien Dutremblre, responsable de la Fédération du 71.

Des polluants en nombre dans les cheveux des sénatrices et sénateurs socialistes

Les Sénatrices et Sénateurs socialistes ont fait dépister leurs cheveux. Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire, évoque la chose...

POLITIQUE : Le rapport d'évaluation présenté par le député Benjamin Dirx « 5000 terrains de sport » adopté par la commission des finances de l'AN

En Saône-et-Loire, 17 terrains de sport ont bénéficié du dispositif, dont 5 sur la 1ère circonscription.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Le groupe d'opposition au conseil municipal très remonté contre la majorité

Le départ précipité de la directrice générale des services après seulement 3 mois d'exercice a provoqué l'ire des quatre élu.e.s d'opposition, qui ont décidé de s'exprimer ensemble lors d'une conférence de presse ce samedi matin. L'occasion d'évoquer différents sujets très épineux.

MÂCON – Conseil municipal : Budget 2023 adopté, pas à l'unanimité mais sans remous. Quoi que...

La séance consacrée au budget 2023 s'est tenue lundi soir. Les investissements s'élèvent à 70,2 millions d'€. Les élu.e.s de gauche l'ont qualifié de budget « à contre-courant », qui « nous conduit dans l'impasse », mettant aux couleurs locales le « quoi qu'il en coûte »... Par ailleurs, le maire a annoncé une évolution prochaine dans la vidéo-protection.

Banalisation de cours : «Une injonction tardive, précipitée et irrespectueuse du travail des équipes pédagogiques et éducatives»

Une banalisation de cours « pour les épreuves de spécialités de terminale » qui met en colère un certain nombre de personnels de direction... 

POLITIQUE - Réforme des institutions : Sébastien Martin plaide pour « une France des bassins de vie »

À l’occasion de la réunion entre le président de la République et les présidentes et présidents d’associations d’élus à l’Élysée cet après-midi, Sébastien Martin, président du Grand Chalon et président de Intercommunalités de France en a appelé à la mise en œuvre du modèle porté l'association...

EXPRESSION CITOYENNE - 8 mars : «Les femmes mâconnaises remercient Monsieur le Maire» ironise Refondations 71

Message à propos de la Journée Internationale des droits des Femmes du 8 mars organisée par le maire de Mâcon.

Explosion du coût de l'électricité, la faute à l'Europe ? Henri Proglio répond par l'affirmative

Dans un entretien accordé à la chaîne internet Thinkerview, l'ex-capitaine d'industrie, ex-patron d'EDF, raconte comment a été opéré le sabotage de ce fleuron industriel français par ce qu'il nomme une « doctrine » bruxelloise de la concurrence. Florilège. 

EXPRESSION CITOYENNE : «Le sexisme, on ne sait pas toujours comment ça commence, mais on sait comment ça se termine…»

L'association Femmes solidaires Mâcon s'exprime sur le dernier rapport du Haut conseil à l'égalité homme-femme quant au sexisme en France.