vendredi 21 juin 2024

 

Aujourd’hui, la pension moyenne perçue par les femmes est inférieure de près de 40 % à celle des hommes. Si l’on tient compte des pensions de réversion et de la majoration pour enfants, la retraite moyenne des femmes est inférieure de 25,2 % à celle des hommes. Un rapport de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Dress) portant sur 2020, la pension moyenne des femmes est de 1 154 brut par mois pour les femmes contre 1 931 brut pour les hommes.

Cet écart est le résultat des inégalités au travail : salaires, carrières interrompues pour congés parentaux, temps partiels, emplois précaires, etc. Il résulte aussi des effets des réformes
successives : les femmes ont été les premières pénalisées par l’allongement de la durée de cotisation, l’application de la décote et le report de l’âge légal de départ en retraite.

Même si, d’après le gouvernement, des aidants familiaux, en majorité des femmes, pourront valider des périodes durant lesquelles ils se sont occupés d’un proche, (enfant handicapé,
parent dépendant..)

Même si jusqu’à 4 trimestres effectués en congé parental pourront être pris en compte dans le dispositif « carrières longues » commencées avant 20 ans, cela concerne des femmes à 90 %, et devrait permettre à de nombreuses femmes de partir plus tôt, Ce dispositif est loin d’être compensé par les mesures d’accompagnement.
Que dire des millions de femmes pour qui l’allongement de 62 à 64 ans va annuler l’effet positif de la majoration de 8 trimestres par enfant.

L’allongement de la durée de cotisation à 43 annuités va impacter directement les personnes ayant des carrières courtes, qui sont majoritairement des femmes. Ces femmes qui ne parviennent pas à avoir une carrière complète, ne pourront donc pas percevoir les fameux 1200 euros brut par mois mis en avant par le Gouvernement, elles toucheront bien moins !

Enfin, l’âge de départ à la retraite sans décote restera fixé à 67 ans et continuera à concerner bien plus de femmes que d’hommes (19% des femmes contre 10% des hommes).
Cela plongerait davantage les femmes dans la précarité. En effet, plus l’on vieillit, plus augmente le risque d’être au chômage, en arrêt maladie, en invalidité, en contrat court, etc. Les femmes séniores sont moins en activité que les hommes séniors. Une situation qui pourrait encore s’accentuer avec un nouveau report de l’âge de départ à la retraite.
Les femmes ont déjà été les premières pénalisées par la réforme de 1993 passant le calcul des pensions des dix meilleures années aux vingt-cinq meilleures années. Le système de décote et le report antérieur de l’âge légal à 62 ans ont contribué à la dégradation des pensions des retraitées. À cause de cela, les femmes sont davantage concernées par la décote et liquident de fait leur pension plus tard que les hommes.

À chaque fois que l’on repousse la durée de cotisation requise, elle est toujours moins atteignable pour les femmes, notamment par l’absence de mise en place par les employeurs de l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes au travail.
N’oublions pas que rendre l’égalité salariale et professionnelle effective, permet non seulement de mettre fin à une injustice flagrante mais aussi de dégager des ressources supplémentaires pour financer le système de retraite. Augmenter les salaires des femmes, à travail égal, au niveau de celui des hommes représenterait plus de 5,5 milliards d’euros par an de recettes supplémentaires pour financer les retraites !

Cette réforme ne constitue donc pas un progrès pour les femmes, au contraire ! Rien n’est prévu pour permettre de réduire ces inégalités que subissent les femmes et, bien au contraire, tout recul de l’âge de départ et tout allongement de la durée de cotisation ne feront qu’aggraver ces situations d’inégalités. Une nouvelle fois, les femmes vont être plus impactées que les hommes. L’argument brandi par le Gouvernement d’une plus grande justice pour les femmes n’est donc pas une réalité.

Femmes solidaires 71

 

LÉGISLATIVES - Benjamin Dirx : « Créer de la richesse pour mieux la partager, c'est ce que je continuerai de porter » 

Benjamin Dirx et sa suppléante Anne Brochette, candidats de la majorité présidentielle, ont tenu réunion publique mercredi soir à Mâcon devant plus d'une centaine de personnes dont un parterre d'élu.e.s.

POLITIQUE – Conseil régional : Gilles Platret et les élus de l’opposition viennent « prendre le pouls du terrain »

Gilles Platret, président du groupe des RDCEI (rassemblement des Républicains de la Droite, du Centre et des Écologistes Indépendants) à la Région Bourgogne-Franche-Comté avait donné rendez-vous à la presse ce vendredi 7 juin au bar de l’Hôtel de Ville de Mâcon.

EUROPÉENNES : Valérie Hayer est passée par Mâcon et Jalogny avant de poursuivre sa route en Saône-et-Loire

Avec trois députés appartenant à la majorité présidentielle sur cinq que compte la Saône-et-Loire, et un député européen du même bord, la visite en Saône-et-Loire de la candidate tête de liste “Besoin d'Europe” était incontournable. C'est fut chose faite ce samedi 25 mai.

EDITO : L'Union Européenne, l'opium des élites au pouvoir et des multinationales

Alors que les élections européennes se profilent à l'horizon, de plus en plus de voix s'élèvent contre la confiscation de la souveraineté nationale par le pouvoir politique. Confiscation qui date, rappelons-le, de 1992, année du traité de Maastricht approuvé par une très courte majorité de Français. Du bout des lèvres en effet, et à l'issue d'un débat qui est entré dans l'histoire pour les…

EUROPÉENNES : Jérémy Decerle en position éligible sur la liste conduite par Valérie Hayer

À lire aussi, le communiqué de soutien des députés Dirx, Marguerite et Rebeyrotte à la liste Besoin d'Europe. Les trois députés de Saône-et-Loire de la majorité présidentielle saluent la présence en bonne place de Jérémy Decerle. 

EUROPÉENNES - Sébastien Chenu (RN) à Mâcon : «Le 9 juin, dresser un cordon sanitaire autour de ceux qui ont ruiné le pays»

Le 9 juin se dérouleront les élections européennes, qui auront évidemment une dimension nationale. Sébastien Chenu, député du Nord, vice-président de l'Assemblée nationale et du RN, n'est pas candidat. Pour autant, en bon militant, il fait campagne pour Jordan Bardella. Il était à la cité des vins hier soir aux côtés d'Aurélien Dutremble, délégué du RN 71, et Valérie Deloge, conseillère régionale…

POLITIQUE : Remous au Conseil régional...

Les élu.e.s RN ont brandi des pancartes en conseil, provoquant une interruption de séance... La présidente annonce dans un communiqué vouloir porter plainte suite à un mot prononcé par un élus RN, «empruntant au vocabulaire Nazi » dénonce-t'elle... ACTUALISÉ : Le droit de réponse de l'élu ayant prononcé le mot «untermenschen», «sous-hommes en Français».

EXPRESSION SYNDICALE : « Le 8 mars, et après ? »

Les revendications de la CGT Mâcon pour véritable égalité femme-homme

ATTEINTE À LA LAÏCITÉ : Le Collectif Laïque National apporte son soutiens aux chefs d'établissements scolaires

L’association "Agir pour la Laïcité et les Valeurs Républicaines", association départementale de promotion de la Laïcité, est membre actif du Collectif Laïque National. Elle tenait hier à Mâcon son assemblée générale. L'occasion de faire passer le message suivant...

POLITIQUE : Un moratoire pour les zones de revitalisation rurale

L’initiative est saluée par les parlementaires de Saône-et-Loire

EXPRESSION POLITIQUE : Des élus locaux n'acceptent pas d'avoir été comparés à Poutine par le maire de Tournus

Ils s'insurgent contre la réaction du maire de Tournus à l'encontre d'un collectif qui a entamé une procédure contre le projet Eclat, parc historique porté par le Département sur la commune.

MÂCON – Conseil municipal : Règlements de comptes sur le budget

Après une longue intervention d'Eve Comtet-Sorabella pour le groupe d'opposition Mâcon Citoyens suite à la présentation du rapport d'orientation budgétaire, le maire Jean-Patrick a répondu par une leçon de gestion, taclant au passage la collectivité régionale...

MÂCON : Les Halles St-Pierre vendues à une société spécialisée qui réalisera les «Halles alimentaires marchandes et gourmandes»

Objet d’une délibération soumise au vote ce lundi soir en conseil municipal, la vente des Halles St-Pierre (situées derrière l’église du même nom) à la société OMC - Promotion a provoqué l’indignation du groupe d'opposition Mâcon Citoyens. Le maire a justifié une vente qui permet « une opération blanche ».